Histoire de Bretagne, Volume 3

Couverture
Firmin Didot père et fils, 1826
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 340 - une grande rue , et défendu de les recueillir sur peine « de la vie ; de sorte qu'on voyait tous ces misérables , « femmes accouchées, vieillards,' enfants, errer en pleurs « au sortir de cette ville, sans savoir où aller, sans avoir « de nourriture ni de quoi se coucher.
Page 340 - On a pris soixante bourgeois : on commence demain à pendre. Cette province est un bel exemple pour les autres , et surtout de respecter les gouverneurs et les gouvernantes, de ne leur point dire d'injures , et de ne point jeter de pierres dans leur jardin.
Page 338 - On ne laisse pas de pendre ces pauvres Bas-Bretons; ils demandent à boire et du tabac , et qu'on les dépêche : et de Caron pas un mot.
Page 340 - On a fait une taxe de cent mille écus sur le bourgeois; et si on ne trouve point cette somme dans vingt-quatre heures, elle sera doublée, et exigible par les soldats. On a chassé et banni toute une grande rue, et défendu de les recueillir sur peine de la vie ; de sorte qu'on voyoit tous ces misérables, femmes accouchées , vieillards...
Page 341 - Vous me parlez bien plaisamment de nos misères ; nous ne sommes plus si roués ; un en huit jours seulement pour entretenir la justice : la penderie me paraît maintenant un rafraîchissement.
Page 341 - Il est vrai que la penderie me paraît maintenant un rafraîchissement : j'ai une tout autre idée de la justice, depuis que je suis en ce pays ; vos galériens me semblent une société d'honnêtes gens qui se sont retirés du monde pour mener une vie douce.
Page 259 - Bretagne , fît son entrée solennelle dans la capitale comme duc et seigneur ; 2° de se réserver à lui-même l'usufruit et l'administration du pays ; 3° de prononcer la réunion perpétuelle du duché à la couronne de France , en maintenant les droits , libertés et privilèges de la province , et en faisant jurer au dauphin de les maintenir.
Page 340 - Rennes, et défendu de les recevoir sous peine de la vie ; de sorte qu'on voyait tous ces misérables, femmes accouchées, vieillards, enfants, errer en pleurs au sortir de cette ville, sans savoir où aller, sans avoir de nourriture, ni de quoi se coucher. Avant-hier on roua un violon qui avait commencé la danse et la pillerie du papier timbré ; il a été écartelé après sa mort, et les quatre quartiers exposés aux quatre coins de la ville, comme ceux de Josseran, à Aix.
Page 204 - Je me suis délibéré de faire le mariage de ma petite fille Jeanne et du petit duc d'Orléans pour ce qu'il me semble que les enfants qu'ils auront ensemble ne leur coûteront guère à nourrir...
Page 252 - Le 28 juin de la même année , considérant que, par cette donation à vie, elle n'a point satisfait à son vouloir, qui est de céder cette possession au roi à perpétuité , au cas qu'il lui survive , considérant toutes les dépenses que le roi a faites , et tous les travaux auxquels il s'est livré pour reconquérir le duché de Milan, dont elle, reine Claude, est la légitime héritière, considérant que si le duché de Bretagne venait à tomber aux mains de quelques princes étrangers, il...

Informations bibliographiques