Images de page
PDF
ePub

importantes. Or, le plus sûr est ce qui nous éloigne le plus de la doctrine des hérétiques; comme si en fuyant un excès on ne pouvait pas tomber dans l'autre. La vraie piété est fondée sur la vraie créance; et le plus sûr en matière de religion, est ce qui a toujours été cru par toute l'Eglise. On doit bien plutôt se faire conscience de mépriser les conciles et l'autorité de l'Eglise universelle, que tout le monde reconnaît pour infaillible, que de ne pas attribuer aux papes tout ce que

les flatteurs lui donnent depuis deux-cents ans. La flatterie et la complaisance servile sont des vices odieux; la liberté et le courage à soutenir la vérité sont des vertus chrétiennes qui font partie de la piété. C'est pour

obvier à ces nouveautés que le clergé, assemblé à Paris le 19 mars 1682, fit sa déclaration contenue en ces quatre articles (1):

(1) On avait mis en question si Bossuet était véritablement l'auteur de la Défense de cette déclaration, imprimée en deux volumes in-4° : les observations suivantes ne permettent pas d'en douter:

« Sous le pontificat de Clément XII, la publication de l'ouvrage latin de M. Bossuet fit une vive sensation en « Italie. Les plus habiles théologiens ultramontains ne pu« rent s'empêcher de reconnaître que l'auteur appuyait sur « des preuves démonstratives le sentiment de l'école de Pa« ris, et on en trouve l'aveu dans un ouvrage du cardinal « Orsi : mais ceux qui, dominés par la force du préjugé, se « faisaient un point d'honneur de ne pas se rendre à l'évi« dence, prirent le parti de solliciter auprès du pape la pros

cription d'un livre auquel ils ne pouvaient répliquer. Ils

1

I. La puissance que Dieu a donnée à saint Pierre et à ses successeurs, vicaires de J.-C., et à l'Eglise même, n'est

que

des choses spirituelles et concernant le salut éternel, et non des choses civiles et tempo

« motivèrent leur dénonciation sur ce què M. Bossuet con« testait au pape , prononçant ex - cathedrá, le don de l'in« faillibilité, la supériorité sur les conciles oecuméniques, et « toute puissance, même indirecte, sur les princes souve« rains et les choses temporelles. Clément XII refusa, après a un môr examen, de proscrire l'ouvrage et d'en censurer a la doctrine.

« Tous ces faits sont rappelés dans l'excellent bref de « Benoît XIV à l'archevêque de Compostelle, grand-inqui« siteur d'Espagne, du 21 juillet 1748. Vous devez savoir, lui « dit-il, que depuis peu d'années on a publié et imprimé un ou« vrage dont tout le but est de soutenir les propositions établies

par le clergé de France, dans l'assemblée de 1682. Quoique le « nom de l'auteur ne s'y trouve pas, tout le monde sait bien qu'il « a été composé par Bossuet, évêque de Meaux. On examina « rieusement, dans le temps de Clément XII, notre prédécesseur « immédiat, si on proscrirait cet ouvrage; et il fut conclu qu'on « s'abstiendrait de toute proscription, tant à cause de la « moire de l'auteur, qui avait si bien mérité de la religion par « tant d'autres chefs, que par la juste crainte de faire naitre de « nouvelles disputes.

Il est donc évident que ces deux papes ont reconnu la fense de la Déclaration pour être l'ouvrage de Bossuet; que l'un et l'autre, remplis de sagesse et d'équité, ont refusé de la condamner, et que les plus ardens ultramontains ne sauraient la censurer eux mêmes sans une extrême témérité. (Extrait de la Préface du tome 19 des Euvres de Bossuet, édit. de 1790.)

1. 100 Liv.

14

relles; donc les rois et les princes, quant au temporel, ne sont soumis, par l'ordre de Dieu, à aucune puissance ecclésiastique, et ne peuvent directement ni indirectement être déposés par l'autorité des clés, ni leurs sujets être dispensés de l'obéissance, ou absous du serment de fidélité.

II. La pleine puissance des choses spirituelles qui réside dans le saint Siege et les successeurs de saint Pierre, n'empêche pas que les décrets du concile de Constance ne subsistent, touchant l'autorité des conciles généraux exprimée dans les quatrième et cinquième sessions; et l'Eglise gallicane n’approuve point que l'on révoque en doute leur autorité, ou qu'on les réduise au seul cas du schisme.

III. Par conséquent, l'usage de la puissance apostolique doit être réglé par les canons que tout le monde révère; on doit aussi conserver inviolablement les règles, les coutumes et les maximes reçues par le royaume et l'Eglise de France, approuvées par le consentement du saint Siege et des Eglises.

IV. Dans les questions de foi, le pape a la principale autorité, et ses décisions regardent toutes les Eglises, et chacune en particulier; mais son jugement peut être corrigé, si le consentement de l'Eglise n'y concourt (1).

[ocr errors][merged small]

(1) Quæ accepta à Patribus ad omnes ecclesias gallicanas, atque episcopos üs spiritu sancto præsidentes, mittenda decrevimus ; ut idipsum dicamus omnes, simusque in eâdem sententia. Voilà la conclusion de cette célèbre Déclaration. Elle fut

Ces quatre articles se réduisent à deux principaux : que la puissance temporelle est indépendante de la spirituelle; que la puissance du

pape
n'est
pas

tellement souveraine dans l'Eglise, qu'il ne doive observer les canons, que ses décisions ne puissent être examinées, et que lui

même ne puisse être jugé en certains

cas.

Le prétexte de la prétention des papes sur le temporel, est venu de l'excommunication. On a expliqué à la dernière rigueur la défense d'avoir aucun commerce avec les excommuniés, ni de leur rendre aucun honneur; on les a regardés comme infâmes et

souscrite par trente-cinq évêques et par trente-quatre membres du second ordre. La lettre de l'Assemblée à tous les évêques de l'Eglise de France est très-remarquable, et développe la doctrine des quatre articles. Cette Déclaration a été autorisée par un édit du mois de mars de la même année 1682, enregistrée au parlement, qui ordonne que la doctrine en sera enseignée dans toutes les universités et dans les facultés de droit canonique du royaume. L'édit et la Déclaration du clergé furent portés en Sorbonne et à l'Université de Paris, par M. le premier président, accompagné de trois conseillers laïques et de trois conseillers clercs de la grand'chambre, et de M. de Harlai, alors procureur - général. Elle a été reçue avec respect par tous ces corps, comme l'ancienne doctrine de l'Eglise gallicane, et la seule qui fit approuvée et reçue dans le royaume. Ce qu'elle contient est prouvé d'une manière invincible dans le Traité de la puissance ecclésiastique et temporelle, imprimé in - 8o en 1707. (Edit.)

comme déchus de tous leurs droits; quelques-uns ont passé jusqu'à dire

que

le crime en lui-même privait de toute dignité et de toute charge publique, ce qui est une hérésie condamnée en Wiclef (1).

De l'autre côté, pour soutenir l'indépendance des souverains, on a prétendu qu'ils ne pouvaient être excommuniés (2), comme supposant que

l'excommunication donnerait atteinte à leur dignité, ce qui a été avancé particulièrement en France, sous prétexte de quelques bulles

que
les rois avaient obtenues des

papes pour

défendre à tous les évêques de mettre en interdit les terres de leur domaine, ou d'y fulminer des excommunications générales (3). On a soutenu de même que

les officiers des rois ne pouvaient être excommuniés pour le fait de leurs charges, comme s'ils ne pouvaient y excéder.

D'ailleurs, pour éloigner d'autant plus la confusion des deux puissances, quelques-uns ont soutenu qu'elles

[merged small][ocr errors]

(1) Wiclef prétendait que, pour avoir un droit légitime de posséder quelque chose sur la terre, il faut être juste, et qu'un homme perdait son droit à ses possessions, lorsqu'il commettait un péché mortel. (Edit.)

(2) Qu'en France on n'a eu aucun égard aux excommunications prononcées contre nos souverains, et qu'elles y ont toujours été regardées comme nulles. (Edit.)

(3) L'interdit consiste à priver toute une ville, tout un peuple, lout un royaume, de l'usage des choses saintes, en suspendant de leurs fonctions les ministres de l'Eglise, ou, ce qui revient au même, en leur défendant de faire aucun exercice de leur puissance. (Edit.)

« PrécédentContinuer »