Images de page
PDF
ePub

emprunts pour payer les tributs. Tacite rapporte les plaintes des révoltés, et il n'y a rien qui puisse donner l'idée d'une persécution religieuse (1). La seconde révolte est de l'année 69, postérieure de près de cinquante ans à la première. Tacite nous a conservé deux discours, l'un tenu par Julius-Civilis, dans le dessein

[ocr errors]

(1) « Cette année, plusieurs cités des Gaules tentèrent de « secouer le joug pour s'affranchir des dettes dont elles étaient « accablées. Les plus ardens à souffler la révolte furent Ju« lius Florus au pays de Trèves, et Julius Sacrovir chez les « Eduens. L'un et l'autre étaient d'un sang illustre. Leurs « aïeux, pour des services signalés, avaient été fails citoyens « romains en un temps où cette distinction était rare et ré« servée au mérite. Dans des conférences secrètes où se trou« vaient et les esprits les plus altiers et ceux à qui l'indigence « ou la craințe ne laissait de ressource que le crime, ces « deux hommes formèrent le projet d'un soulèvement. Ils se (chargèrent de faire prendre les armes , Florus aux Belges, « Sacrovir aux cités plus voisines de la sienne. Pour cet ef« fet, ils couraient les assemblées générales et particulières « de chaque peuple, tenant partout des discours séditieux u sur la durée éternelle du tribut, sur l'intérêt énorme des sommes

empruntées pour le payer, sur la tyrannie des gens en place. Ils ajoutaient que l'on remarquait dans les légions un esprit « de discorde depuis la mort de Germanicus. Voici, disaient« ils, le temps de rompre nos fers, si nous considérons notre puis« sance, la faiblesse de l'Italie, l'abátardissement du peuple de « Rome. Il ne sait plus manier l'épée, et toute la force des ar« mées romaines consiste aujourd'hui dans les étrangers. » (Tacite, Annal., wu, 40, de la traduction de M. l'abbé de la Bletterie.)

/

d'aniiner les Gaulois à s'unir pour recouvrer leur liberté; l'autre

par Cerialis, pour excuser la conduite des Romains. Dans l'un et dans l'autre, il n'y a rien qui ait le moindre rapport à l'abolition de l'ancien culte, ou à une persécution religieuse. Cerialis ne parle que des tributs, et de la nécessité d'en imposer pour soutenir les dépenses du gouvernement (1). Il est vrai que ces deux discours sont l'ouvrage de Tacite; mais de ce qu'il ne fait aucune mention de la religion, il en faut conclure qu'elle n'entra point dans le prétexte de ces deux révoltes; car Tacite n'était pas homme à omettre un si beau sujet de réflexions politiques.

Ce qui était arrivé dans l'île britannique donne lieu à la même réflexion. Tacite et Dion, qui ont rapporté cet évènement, nous montrent que la révolte des Iceni, qui prirent alors les armes, fut causée par les seules

la seule injustice des officiers du fisc. Prasutagus, roi de ce canton, qui avait toujours été fidèle allié des Romains, étant mort, et ne laissant que deux filles, avait institué l'empereur pour son héritier, espérant par-là procurer une protection à sa famille :

l'intendant du fisc s'empara, sous ce prétexte, des Etats et des biens du prince breton; sa veuve et les princesses ses filles furent exposées aux insultes les plus cruelles et les plus honteuses : Uxor Bonduica

violences et par

il se trompa;

(1) Neque quies gentium sine armis, neque arma sine stipendiis, neque stipendia sine tributis haberi queant. (Tacit., Hist, iv, 73.)

verberibus affecta, et filiæ stupro violatæ sunt; les grands furent dépouillés de leurs biens, et les parens du roi réduits en esclavage; ce furent là les motifs qui firent prendre les armes aux Iceni; il n'était pas question d'une persécution religieuse. Les insulaires furent forcés, malgré leur résistance, qui fut très-grande; l'ile fut ravagée par les vainqueurs, qui arrachèrent les bois sacrés, souillés par le sang des victimes humaines. Les Romains y abolirent les sacrifices humains, ainsi qu'ils l'avaient fait dans les Gaules ; mais ils laissèrent subsister le reste du culte des druides. Le renom et le ministère des druides subsistèrent dans l'île britannique jusqu'à l'entière destruction de l'idolâtrie.

Les mots de Tacite, sustulit druidas eorum, ne pouvant s'entendre de l'abolition de l'ordre des druides, qui a toujours subsisté depuis Claude et Tibère, il faut les expliquer par ces mots, sustulére monstra in quibus hominem occidere religiosissimum erat; et par ce qui est dit des Gaulois dans le quatrième livre de Strabon : « Les Romains ont fait quitter aux peuples de la Gaule ces coutumes féroces, aussi bien que toutes les pratiques condamnées par noslois, qu'ilsemployaient dans leurs. sacrifices et dans leurs divinations. » Les Romains toléraient en général toutes les religions

étrangères, et ne proscrivaient que celles qui leur pai raissaient contraires au bon ordre ou au repos de la

société; c'est-à-dire celles qui étaient exclusives, comme le judaïsme et le christianisme, ou celles dont les pratiques étaient opposées aux mours et à l'humanité. C'est sur ce fondement qu'ils supprimèrent les bacchanales, et qu'ils défendirent les sacrifices humains dans les Gaules : Sustulit druidas eorum, et hoc genus vatum medicorumque (1) ....... non satis æstimari potest quantùm Romanis debeatur qui suSTULERE MONSTRA in quibus hominem occidere religiosissimum erat......

Au reste, il n'est pas facile de se persuader que les Gaulois aient renoncé tout d'un

coup

à leurs principes cruels d'une religion inhumaine; et s'ils n'y ont pas renoncé, ils ont dû être portés à en pratiquer les cérémonies en secret, quand ils le pouvaient faire avec sûreté. Ceux qui ne pouvant plus sacrifier d'hommes publiquement, versaient encore quelques gouttes de sang

humain sur les autels à la vue des Romains, selon que nous l'apprend Pomponius Mela, ceux-là étaient sans doute très-disposés à égorger les victimes mêmes, quand on n'éclairait pas leur conduite. Qui pouvait empêcher un grand seigneur gaulois, établi dans une province écartée, de sacrifier quelqu'un de ses esclaves, sur lesquels on exerçait alors un pouvoir absolu? Il n'y eut sans doute qu'une religion contraire qui put effacer ces impressions enracinées; et avant qu'elles fussent éleintes, il a dû y avoir dans les Gaules un temps où les anciens habitans du pays étaient idolâtres, à la romaine extérieurement, et à la gauloise intérieu

(1) Les druides fouillaient dans les entrailles des victimes humaines pour y trouver le présage de l'avenir. Homines sacris devoti gladio tergum ferientes ex ejus palpitatione ariolabantur. (Sırab., liv. 4. Voy.aussi Diodore de Sic., liv.9, ch. g.)

rement et secrètement; c'est ce que prouve un passage de Tertullien, qui dit en parlant aux Romains : « On pratique encore à présent en secret les sacrifices d'enfans en Afrique. Les chrétiens ne sont pas les seuls qui vous méprisent; on sacrifie des hommes faits à Mercure dans les Gaules (1). »

Ainsi je crois pouvoir avancer qu'il n'y a eu aucune persécution religieuse exercée dans les Gaules contre la religion du pays, et que les druides n'ont

pas

cessé d'être les ministres du culte gaulois. On ignore absolument le détail des changemens qui arrivèrent dans l'ordre des druides sous le gouvernement des Romains. On ne sait s'ils continuèrent de former un seul corps, et s'ils conservèrent leur chef. On ne sait pas non plus si les druides de chaque cité formaient des

corps

différens, et quelle espèce de subordination subsistait parmi eux : on ne trouve rien sur cela dans les anciens. On ne pourrait donc proposer sur tout cela que

des conjectures absolument destituées de preuves, et il vaut mieux avouer de bonne foi notre ignorance.

Tout ce que nous savons, c'est que l'ordre des druides subsista dans les Gaules jusqu'à l'entière destruction de l'idolâtrie, et qu'ils avaient la confiance des peuples. Réduits aux seules fonctions civiles, ils avaient rare

(1) Sed et nunc in occulto perseverat hoc sacrum facinus : non soli vos contemnunt christiani, nec ullum scelus in perpetuum eradicatur, aut mores suos aliquis Deus mutat... Major ætas apud Gallos Mercurio prosecatur. ( Tertull., Apolog., c. 9.)

« PrécédentContinuer »