Images de page
PDF
ePub

« aurait dû payer, s'il eût été en état de le faire. »

Cette jurisprudence a été, avec de légères variations, celle que l'on a abservée jusqu'à la fin du règne de Louis XIV. On trouve, sous la date du 8 août 1523, un arrêt du Parlement par lequel un hermite clerc, accusé de plusieurs blasphêmes exécrables, est « débouté du renvoi qu'il avait demandé par« devant le juge ecclésiastique, et condamné à être « mené devant l'église Notre-Dame dans un tombe« reau où l'on porte les immondices de la ville, y faire « amende honorable; ce fait, être conduit au marché « aux pourceaux, et y être brûlé vif après avoir eu « la langue coupée. » Mais cet exemple étant unique dans notre histoire, il y a tout lieu de croire que le cas en question aura présenté quelques circonstances particulièrement aggravantes, et dont nous ne pouvons juger par le seul extrait de l'arrêt que nous connaissons.

FIN DU VOLUME.

DES MATIÈRES

CONTENUES DANS CE VOLUME.

TROISIÈME PARTIE.

CULTE.

CHAPITRE UNIQUE.

CULTE DES GAULOIS, DRUIDISME;
ÉTABLISSEMENT DE LA RELIGION CHRÉTIENNE DANS LES GAULES;

ANCIENS ÉVÊQUES DE FRANCE;
LIBERTÉS DE L'ÉGLISE GALLICANE; INQUISITION FRANÇAISE;
PRAGMATIQUE - SANCTION; CONCORDAT DE FRANÇOIS jer;

DES JUIFS; POLICE RELIGIEUSE.

Fages

[ocr errors]

de nos rois, par BULLET. .................... 149

« PrécédentContinuer »