Images de page
PDF
ePub

Elle est donnée conformément aux programmes adoptés par le ministre sur la proposition d'une commission spéciale chargée de leur rédaction (A. 1848, art. 8).

L'instruction théorique comprend la grammaire, le dessin des machines, l'arithmétique, la géométrie, la mécanique, la chimie et la physique.

L'enseignement moral et religieux, au point de vue de l'éducation, est confié à l'aumônier et au pasteur protestant (A. 1848, art. 9).

Il y a pour l'instruction pratique quatre ateliers dans chaque école : forges; -fonderies et moulages divers ; - ajustage et serrurerie; tours, modèles et menuiseries (Arr. 1848, art. 10).

Encouragements.

Il sera distribué des prix aux élèves qui s'en seront rendus dignes. L'examinateur nommé par le ministre présidera à leur distribution. Il désignera parmi les élèves de la troisième année les quinze jeunes gens qui se seront le plus distingués par leurs progrès. Chacun de ces élèves recevra une médaille d'argent portant son nom, avec ces mots : École d'Arts et Métiers. -- Récompense. Indépendamment de cette récompense, le ministre pourra allouer un encouragement pécuniaire à ceux qu'il en jugera dignes; mais cet encouragement ne sera délivré qu'après avoir justifié d'une année entière passée dans les ateliers particuliers (A. 1848, art. 15).

Il est affecté à chaque école vingt-cinq bons de degrèvement d'un quart de pension pour être répartis à la suite des examens de fin d'année à titre de récompense et encouragement à ceux des élèves qui s'en seront montrés dignes par leurs progrès et leur bonne conduite (Id. art. 2, § dernier).

Une rente de 3,000 fr. a été léguée par la dame de Lorme, veuve Leprince, aux écoles de Châlons et d'Angers. Les élèves dont les droits à cette rente auront été reconnus ne recevront le prix qu'à leur sortie de l'école (Id. art. 16).

CHAPITRE II.

CONSERVATOIRE IMPÉRIAL DES ARTS ET MÉTIERS.,

Aux termes de la loi du 19 vendémiaire an ini, il a été formé à Paris, sous le nom de Conservatoire des Arts et Métiers, un dépôt de machines, modèles, outils, dessins, descriptions et livres dans tous les genres d'arts et métiers. L'original des instruments et machines inventés et perfectionnés devait y être déposé ; on devait en outre y expliquer la construction et l'emploi des outils et machines utiles aux arts et métiers.

L'administration de cet établissement, souvent modifiée, est régie aujourd'hui par le décret du 10 décembre 1853 et l'arrêté ministériel du 19 janvier 1854.

Les collections se sont successivement accrues, par suite de circonstances diverses, de dons émanant des particuliers, d'acquisitions faites par l'Etat, de dépôts en exécution de diverses lois. La bibliothèque contient environ 15,000 volumes.

L'enseignement est aujourd'hui un des plus complets : on y fait quatorze cours ; ils ont pour objet : la géométrie appliquée aux arts; l'agriculture; la mécanique ; la législation industrielle; la chimie appliquée à l'industrie ; la chimie appliquée aux arts; la chimie agricole; la filature et le tissage; la teinture, l'impression et l'apprêt des tissus ; la zoologie appliquée à l'agriculture et à l'industrie; la physique appliquée aux arts; la géométrie descriptive; l'administration et la statistique industrielles ; les constructions civiles; les arts céramiques. A cette haute école d'application des connaissances scientifiques au commerce et à l'industrie est annexée une école élémentaire dont la fondation remonte à l'année 1806. Cette école a passé par diverses phases; à ses débuts elle eut pour élèves des personnes qui se sont fait un grand nom dans l'industrie, MM. Schneider et Dolfuss entre autres. Actuellement les études de cette école annexe comprennent seulement la géométrie élémentaire et descriptive, le dessin appliqué aux machines et à l'architecture, le moulage d'ornements et de figures.

Les cours du Conservatoire sont publics. Ils sont fréquentés par un auditoire nombreux au milieu duquel se pressent non - seulement des chefs d'industrie, mais encore beaucoup de simples ouvriers.

CHAPITRE III.

ECOLE CENTRALE DES ARTS ET MANUFACTURES.

Objet.

Cet établissement placé à Paris est sous la protection du ministre de l'agriculture, du commerce et des travaux publics; il est destiné à former des ingénieurs civils, des directeurs d'usines, des chefs de manufactures et des professeurs de sciences appliquées.

[merged small][ocr errors][merged small]

Les candidats doivent avoir seize ans au moins. Ils doivent subir un examen préalable : à Paris, devant les professeurs de l'école ; dans les départements, devant les professeurs de mathématiques des lycées ou colléges. Ces examens ont lieu à Paris, du 1er août au 10 novembre; dans les départements, du 1er août au 20 octobre. L'examen oral porte sur l'arithmétique, l'algèbre, la géométrie élémentaire, la géométrie des lignes et surfaces courbes. Les candidats traitent par écrit un sujet de composition pour constater si leur écriture est lisible et s'ils ont une orthographe correcte; ils doivent construire avec la règle et le compas quelques problèmes de géométrie élémentaire.

D'après cet examen, le conseil des études constate s'ils sont en état de suivre les cours.

Prix, -Bourses.

Le prix est fixé à 778 fr. par an ; il y a des bourses et fractions de bourses accordées par l'Etat et divers départements. Ces bourses sont données par le ministre après un concours spécial qui a lieu à Paris, en octobre, à des jeunes gens français et âgés de 18 à 21 ans.

Régime de l'Ecole, -Enseignement, -Diplômes.

Le régime de l'école est l'externat; la durée de l'enseignement est de trois ans.

Cet enseignement porte surtout sur les sciences et leur application à l'industrie.

Les élèves de troisième année, qui satisfont aux épreuves du concours, reçoivent le diplôme d'ingénieur civil. Ceux qui ne subissent avec distinction qu'une partie des épreuves reçoivent un brevet de capacité. (Circul. des 4 juillet 1833 et 31 juillet 1837.)

« PrécédentContinuer »