Dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle: - 1768

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 595 - ... aussi l'histoire nous parle de lions attelés à des chars de triomphe, de lions conduits à, la guerre ou menés à la chasse, et qui, fidèles à leur maître, ne déployaient leur force et leur courage que contre ses ennemis.
Page 334 - Les peuples de la Perfe', de la Turquie, de l'Arabie, de l'Egypte & de toute la Barbarie , peuvent être regardés comme une même nation , qui , dans le temps de Mahomet & de fes fucceffeurs , s'eft extrêmement étendue, a envahi des terreins immenfes, & s'eft prodigieufement mêlée avec les peuples de ces pays.
Page 331 - Timor , sont peut-être les gens du monde les plus misérables , et ceux de tous les humains qui approchent le plus des brutes. Ils sont grands , droits et menus ; ils ont les membres longs et déliés , la tête grosse , le front rond , les sourcils épais ; leurs paupières sont toujours...
Page 311 - La superstition a porté certains peuples à céder les prémices des vierges aux prêtres de leurs idoles, ou à en faire une espèce de sacrifice à l'idole même. Les prêtres des royaumes de Cochin et de Calicut jouissent de ce droit ; et chez les...
Page 599 - Il est beaucoup plus fort par la tête, les mâchoires et les jambes de devant que par les parties postérieures du corps. Il voit la nuit comme les chats ; il ne dort pas longtemps, et s'éveille aisément ; mais c'est mal à propos que l'on a prétendu qu'il dormait les yeux ouverts.
Page 597 - ... que le lion, elle ne connoît point le danger, elle fe jette indifféremment fur les hommes & fur les animaux qu'elle rencontre, elle les met à mort, fe charge enfuite de fa proie, la porte & la partage à fes lionceaux, auxquels elle apprend de bonne heure à fucer le fang & à déchirer la chair. D'ordinaire elle met bas dans des lieux très-écartés & de difficile accès, & lorfqu'elle craint d'être découverte, elle cache fes traces en retournant...
Page 310 - Z qui dépend d'une simple inspection , prouve que les hommes ont voulu trouver dans la Nature ce qui n'étoit que dans leur imagination , puisqu'il ya plusieurs anatomistes qui disent de bonne foi qu'ils n'ont jamais trouvé d'hymen ni de caroncules dans les filles qu'ils ont disséquées, même avant l'âge de puberté ; puisque ceux qui...
Page 594 - ... grand nombre, et sont tels que la nature les produit: accoutumés à mesurer leurs forces avec tous les animaux qu'ils rencontrent, l'habitude de vaincre les rend intrépides et terribles...
Page 643 - ... à leur extrémité d'un pinceau de poils noirs ; la queue beaucoup plus courte & noire à l'extrémité, le tour des yeux blancs, & l'air de la face plus agréable & moins féroce.
Page 702 - ... anime plutôt encore que la crainte, c'est qu'ils les suivent assez loin, et qu'ils font ce cri contre tous les animaux voraces et carnassiers, tels que le loup, le renard, la marte, le chat sauvage, la belette, et jamais contre le cerf, le chevreuil, le lièvre, etc. Les martes sont aussi communes dans le nord de l'Amérique que dans le nord de l'Europe et de l'Asie; on en apporte beaucoup du Canada ; il y en a dans toute l'étendue des terres septentrionales de l'Amérique jusqu'à la baie...

Informations bibliographiques