Images de page
PDF
ePub

» Le clergé belge, Sire, ne cessera de prier Dieu pour l'accomplissement de ce væu , pour la prolongation des jours précieux de Votre Majesté et pour la prospérité de son auguste famille. »

Mariage de Monseigneur le Duc de Brabant.

I. Pendant le séjour qu'il avait fait à Vienne, en mai 1853, Sa Majesté le Roi des Belges avait, avec l'autorisation de Sa Majesté Apostolique, chef de l'auguste famille impériale et royale, demandé pour S. A. R. le duc de Brabant, la main de S. A. I. l'archiduchesse Marie-Henriette-Anne, fille de feu S. A. I. l'archiduc Joseph et de Madame l'archiduchesse Marie-Dorothée, née princesse de Wurtemberg. Cette demande fut accueillie de la manière la plus favorable, aussi bien par l'auguste mère de l'archiduchesse Marie que par la princesse elle-même, et la main de S. A. I. fut accordée avec joie au prince Léopold.

Il ne nous appartient guère d'apprécier l'importance politique de l'union du prince héréditaire des Belges avec une archiduchesse d'Autriche. Nous croyons pourtant pouvoir nous hasarder à dire que le 22 août 1853, est la date réelle de l'avènement de la dynastie nationale belge.

II. Les publications du mariage civil eurent lieu, à Bruxelles, le 7 et le 14 août.

Le 8 août, l'archiduchesse Marie renonça, pour elle et ses descendants, à tous ses droits de succession et d'héritage aux États de l'empire d'Autriche.

Le mariage par procuration fut célébré, le 10 août, à Schoenbrunn. Le représentant du duc de Brabant fut l'Archiduc Charles-Louis, frère de S. M. I. et R. A.

Le 14 août, Madame la duchesse de Brabant partit pour Bruxelles; le samedi, 20 du même mois, elle arrivait à Verviers , où S. A. I. et R. devait etre remise aux autorités belges.

L'appartement de la duchesse communiquait avec le salon de réception par un salon intermédiaire disposé pour la cérémonie de la remise et qui, suivant le cérémonial autrichien, fut déclaré territoire neutre.

Voici la déclaration de neutralité :

Sa Majesté le Roi des Belges ayant manifesté le désir que la remise solennelle de Son Altesse Impériale Madame l'Archiduchesse d'Autriche Marie-HenrietteAnne, Duchesse de Brabant, au plénipotentiaire de Sa dile Majesté, se fil à Verviers, et les deux Cours d'Autriche et de Belgique élant convenues que la salle préparée à cet effet serait déclarée neutre, pour la durée de la cérémonie de remise et de réception;

• Nous, plénipotentiaires de Sa Majesté le Roi des Belges et de Sa Majesté l'Empereur d'Autriche, avons signé la présente déclaration de neutralité, dressée en double, et y avons fait apposer le sceau de nos armes.

» Fait en ladite salle commune à Verviers , le 20 août 1853.

(L. S.) Comle O'SULLIVAN DE GRASS. » (L. S.) Prince De SCHWARZENBERG. »

Cette déclaration échangée, la cérémonie de la remise commença.

Au moment où S. A. I. et R., sortant de ses appartements, entrait dans le salon neutre, le commissaire royal de S. M. y entrait, de son côté, venant du salon de réception.

Le commissaire belge prononça les paroles suivantes :

et que,

« Je viens, au nom du Roi des Belges, mon auguste souverain, au-devant de Son Altesse Impériale Madame l’Archiduchesse Marie-Henriette d'Autriche, unie le 10 de ce mois, dans le château de Schenbrunn, à son Altesse Royale Monseigneur le Duc de Brabant. Sa Majesté m'a autorisé à conduire près d'Elle et près de Monseigneur le Duc de Brabant, son auguste époux, Madame l'Archiduchesse Marie-Henriette. C'est pour remplir une aussi honorable mission que je me suis rendu à Verviers, accompagné des personnes destinées à composer la Cour de Madame la Duchesse de Brabant,

dans celte salle, légalement reconnue comme étant un terrain ncutre, je suis prêt à signer, en vertu de mes pleins pouvoirs dont il va être donné lecture, l'acte de réception qui a été préparé selon les formes prescrites. Je n'ai donc plus qu'à attendre, de la pari du Haut Commissaire de Sa Majesté Impériale et Royale Apostolique, la remise solennelle de l'auguste Archiduchesse qui va être accueillie comme une fille chérie, par le Roi, mon auguste souverain, comme une tendre épouse, par le prince royal des Belges, et qui va bientôt être saluée par les acclamations de tout un peuple dont elle a adopté la nationalité. »

Son Excellence le prince de Schwarzenberg, commissaire impérial, répondit immédiatement :

« Par l'art. 2 du contrat de mariage arrêté el signé à Vienne, le 8 août 1853, entre les plénipotentiaires respectifs de Sa Majesté l'Empereur d'Autriche, d'une part, et de Sa Majesté le Roi des Belges et du Prince royal , Duc

de Brabant, d'autre part, il a été stipulé qu'après la cérémonie du mariage qui a été célébré à Schenbrunn, par procuration, le 10 août 1853, Madame Marie-Henriette-Anne, princesse impériale, Archiduchesse d'Autriche, aujourd'hui Duchesse de Brabant, se mettrait en route avec le cortége convenable à son haut rang pour être remise, à Verviers, au commissaire plénipotentiaire de Sa Majesté le Roi des Belges, dùment autorisé à la recevoir.

» Et comme Sa Majesté l'Empereur d'Autriche, mon auguste maitre, par un effet de sa bienveillance, a daigné me confier la tâche honorable d'effectuer en son nom celle remise et que pour cet effet Son Allesse Impériale Madame l'Archiduchesse Marie-Henriette-Anne , Drichesse de Brabant, est arrivée à Verviers, j'invite le commissaire plénipotentiaire de Sa Majesté le Roi des Belges à se légitimer pour la consommation de l'acte solennel, de même que, de mon côté, le secrétaire spécialement nommé par Sa Majesté l'Empereur va lire à haute voix lant les pleins pouvoirs dont je me trouve muni, que le mandat impérial dont il est lui-même pourvu pour intervenir à l'acte de remise.»

Lecture fut ensuite donnée des pleins pouvoirs des commissaires et des actes de remise et réception.

Acte de remise.

« Nous, Jean-Adolphe, prince de Schwarzenberg, duc de krummau, conseiller intime actuel et chambellan de Sa Majesté Impériale et Royale Apostolique, chevalier de la Toison d'Or, etc., etc., commis et autorisé par Sadite Majesté pour tous les actes relatifs à la conduite et à la remise de Son Altesse Impériale Madame Marie-Henriette-Anne, Princesse Impériale et Archiduchesse d'Autriche, aujourd'hui Duchesse de Brabant, certifions à lous ceux qu'il appartient, qu'ayant été convenu entre Sa Majesté l'Empereur d'Autriche et Sa Majesté le Roi des Belges, qu'après la célébration du mariage, qui a eu lieu par procuration à Schønbrunn, le 10 du mois d'août, de cette année, entre Madame Marie-Henriette-Anne, Princesse Impériale et Archiduchesse d'Autriche, et le Sérénissime Prince Royal Léopold, Duc de Brabant, cette illustre Princesse serait conduite à Verviers avec les honneurs dûs à sa naissance et à son rang, poor y être remise à la personne autorisée, de la part de Sa Majesté Léopold , Roi des Belges, à la recevoir; que cette Princesse est arrivée cejourd'hui en ladite ville de Verviers à l'endroit préparé pour la cérémonie de remise, et que l'excellent seigneur le comte Alphonse O'Sullivan de Grass de Séovaud, commandeur de l'Ordre de Léopold de Belgique, grand-croix de l'Ordre de la branche Ernestine de Saxe, grand officier de l'Ordre impérial de la Légion d'Honneur, décoré de l'Ordre impérial du Sultan de première classe, en brillants, commandeur de l'Ordre de Saint Grégoire le Grand , chevalier de l'Ordre de Sainte-Anne de la deuxième classe en brillants, etc., ambassadeur extraordinaire de Sa Majesté Belge près Sa Majesté Impériale et Royale Apostolique, etc., se trouvant chargé par Sa Majesté le Roi des Belges de la commission honorable de recevoir cette Auguste Princesse, nous soussignés nous

sommes communiqué réciproquement les pleins pouvoirs respectifs trouvés en bonne et due forme et dont les copies sont écrites au bas des actes de remise et de réception ; qu'enfin les formalités usitées ayant été remplies de part et d'autre, nous avons remis Madame Marie-Henriette-Anne, Princesse Impériale et Archiduchesse d'Autriche, aujourd'hui Duchesse de Brabant, audit seigneur le comte O'Sullivan de Grass , pour être conduite par lui auprès de Sa Majesté le Roi des Belges, conformément aux ordres à lui donnés par Sa dite Majesté.

» En foi de quoi, nous, Jean-Adolphe prince de Schwarzenberg, en vertu de nos pleins pouvoirs, et nous Charles de Hummelauer, conseiller aulique actuel au ministère de la maison impériale des affaires étrangères de Sa Majesté Impériale et Royale Apostolique, etc., en vertu de la commission spéciale dont copie est ci-jointe, et par laquelle nous sommes autorisé à constater ladite remise par ce présent acte authentique et à le signer conjointement avec ledit prince de Schwarzenberg, avons à icelui apposé nos signatures et l'avons muni du cachet de nos armes.

» Fait à Verviers, dans l'endroit expressément préparé pour la cérémonie de la remise et de la réception par ordre des deux Cours, le 20 du mois d'août l'an mil huit cent cinquante-trois.

(L. S.) Prince de SCHWARZENBERG.
(L. S.) CHARLES DE HUMMELAUER. »

Acte de réception.

» Nous, comte Alphonse O'Sullivan de Grass, baron de Séovaud, ambassadeur extraordinaire près Sa Majesté Impériale et Royale Apostolique, etc., etc., etc., commis et autorisé par Sa Majesté le Roi des Belges pour tous les actes relatifs à la réception et à la conduite de Son Altesse Impériale Madame MarieHenriette-Anne, Princesse Impériale et Archiduchesse d'Autriche, aujourd'hui Duchesse de Brabant, certifions à tous ceux à qui il appartient qu'ayant été convenu entre Sa Majesté le Roi des Belges et Sa Majesté l'Empereur d'Autriche, qu'après la célébration du mariage qui a eu lieu par procuration, à Vienne, le dix du mois d'août de cette année, entre le Sérénissime Prince royal Léopold, Duc de Brabant, et Madame Marie-Henriette-Anne, Princesse Impériale, Archiduchesse d'Autriche, celle illustre Princesse serait conduite à Verviers, avec les honneurs dûs à sa naissance et à son rang, pour y être remise à la personne autorisée de la part de Sa Majesté, cette Princesse est arrivée cejourd'hui en ladite ville, à l'endroit préparé pour la cérémonie de remise, et que son Altesse Sérénissime Jean-Adolphe-Joseph-Auguste-Frédéric-Charles, prince et seigneur de Schwarzenberg, landgrave princier de Kleggau, comte de Soulz et duc de Krummau, conseiller intime actuel et chambellan de Sa Majesté Impériale et Royale Apostolique, commissaire impérial et grand-maitre de Son Allesse Impériale et Royale Madame l'Archiduchesse Marie-Henrielle-Anne, chevalier de l'Ordre de la Toison d'Or et grandcroix de l'Ordre de l'Aigle-Rouge de Prusse, etc., etc., etc., se trouvant chargé, par

Sa Majesté l'Empereur d'Autriche, de la commission honorable de remettre cette Auguste Princesse, nous nous sommes communiqué réciproquement les pleins pouvoirs respectifs trouvés en bonne et due forme et dont les copies sont écrites au bas des actes de remise et de réception; qu'enfin, les formalités usitées ayant été remplies de part et d'autre, nous avons reçu Madame MarieHenriette-Anne, Princesse Impériale et Archiduchesse d'Autriche, aujourd'hui Duchesse de Brabant, dudit Seigneur de Schwarzenberg, pour être conduite par nous auprès de Sa Majesté le Roi des Belges , conformément aux ordres à nous donnés par Sa dite Majesté.

» En foi de quoi, nous commissaire royal, en vertu de nos pleins pouvoirs, et nous, secrétaire, en vertu de la commission spéciale de Sa Majesté, dont copie est ci-jointe et par laquelle nous sommes autorisé à constater ladite réception par ce présent acte authentique et à le signer, conjointement avec ledit seigneur de Schwarzenberg, avons à icelui apposé nos signatures el l'avons muni du cachet de nos armes.

Fait à Verviers, dans l'endroit expressément préparé pour la cérémonie de la remise et de la réception par ordre des deux Cours, le vingt du mois d'août l'an mil buit cent cinquante-trois.

» (L. S.) Comte O'SULLIVAN DE GRASS.

(L. S.) C. MATERNE (1).

»

Le 20 août, au soir, la famille royale arriva à Bruxelles, le mariage eut lieu le 22.

Acte de naissance de Son Altesse Impériale l'Archiduchesse

Marie-Henriette-Anne d'Autriche.

Lecturis Salutem in Domino!

Infrascriplus vigore praesentium fidem facio indubium et adtestor, in libro Baptisalorum tomo 1mo, page 156 bis, parochiae meae praeposituralis ad S. Sigismundum in ara caes-regia Budensi haccce formularia, de verbo ad verbum reperiri.

Anno Christi millesimo octingentesimo trigesimo sexto (1836), die vigesima tertia Augusti nata et vigesima quarta ejusdem baptisata est Maria-HenricaAnna legitima, rom. catholica.

Parentes : Serenissimus Caesareus Hungariae et Bohemiae regius hereditarius princeps et Archidux Austriae, Dominus Josephus-Antonius-Joannes, roin. catholic, Aurei Velleris, insignium ordinum S. Stephani regis apostolici, et caesario Brasiliensi de meridionali cruce magnae crucis eques, regni Hungariae palatinus et locum-tenens regius, uti et generalis ejusdem regni

(1) M. Constant Materne, ministre résident, secrétaire général et directeur des affaires politiques au Ministère des affaires étrangères.

« PrécédentContinuer »