L'Esprit des journaux, françois et étrangers, Numéro 7

Couverture
Valade, 1775
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 71 - ... un point qui s'appelloit le tympan. Le tyran avoit fait faire au bout du tympan un petit trou qui communiquoit à une chambre où il avoit coutume de fe cacher. Il appliquoit fon oreille à cette ouverture; & on croit qu'il entendoit diftindlement tout ce qui fe difoit dans la caverne.
Page 101 - Succède un jour plus radieux encore ; Et tous les fruits qu'un amant peut cueillir Ont achevé de naître et d'embellir. L'essor est pris, l'âme a senti ses ailes; Tous ses besoins sont des fêtes nouvelles. Le cœur instruit démêle ses désirs : C'est à vingt ans qu'on a tous les plaisirs. De trente hivers le temps marque les traces, La beauté perd ce qu'on ajoute aux grâces ; On n'est plus jeune, on est belle pourtant ; On met plus d'art aux pièges que l'on tend : C'est le tissu des intrigues...
Page 135 - Pour sa corde corder, trois cordons il accorde ; Mais si l'un des cordons de la corde décorde, Le cordon, décordant, fait décorder la corde.
Page 71 - Il appliquoit fon oreille à ce trou , & l'on croit qu'il entendoit diftinftement tout ce qui fe difoit dans la caverne. Dès que cet ouvrage fut achevé & qu'on en eut fait l'épreuve , il fit mettre à mort tous les ouvriers qui y avoient travaillé. Il y...
Page 83 - Il ya des perfonnes qui les mettent en caiffe , & qui prétendent que c'eft un moyen d'avoir des figues plus précoces , en plus grande abondance & de meilleur goût : de plus on a l'avantage de pouvoir les mettre dans la ferre pendant l'hiver.
Page 6 - Ibériens , Corfes , &c. comme une forte de pénitence, fondée fur la honte & le repentir d'avoir donné le jour à un .être de fon efpece.
Page 103 - D'un air d'audace abordez les cruelles, D'écrits galans inondez les ruelles ; Amans par faste , et Volages par goût , Vous n'aimez rien quand vous adorez tout , Mais vous plaisez par le charme suprême D'un air, d'un ton, d'un ridicule même ; Brillans auteurs des scandales du temps, Trop dangereux si vous étiez constans. Toi qui , loin d'eux , dans la route commune , N'es comme moi...
Page 414 - OXlfOISSÀirci des veines de Houille , ou Charbon de Terre, & leur exploitation dans la. Mine qui les contient, avec l'origine des Fontaines, des...
Page 104 - ... ridicule même ; Brillans auteurs des scandales du temps , Trop dangereux si vous étiez constans. Toi qui, loin d'eux, dans la route commune, N'es comme moi qu'un soldat de fortune , Sans ces secours vole au combat , suis-moi , Et par toi seul ose suffire à toi. Pour mieux séduire, apprends à te contraindre : L'Amour permet l'art que l'on met à feindre. Amant soumis , Protée adorateur, Voile ton front du masque adulateur.
Page 68 - L'air, qui auparavant étoit brûlant, étoit alors frais & rafraîchiflant ,%& toutes les routes étoient embaumées de mille parfums qu'exhaloient les riv ches plantes aromatiques dojit le terrein eft couvert.

Informations bibliographiques