Oeuvres de Descartes

Couverture
F. G. Levrault, 1824
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 66 - ... établissant un ordre entre toutes les pensées qui peuvent entrer en l'esprit humain, de même qu'il y en a un naturellement établi entre les nombres...
Page 308 - ... comprendre, c'est embrasser de la pensée ; mais pour savoir une chose il suffit de la toucher de la pensée.
Page 67 - ... l'invention de cette langue dépend de la vraie philosophie; car il est impossible autrement de dénombrer toutes les pensées des hommes, et de les mettre par ordre...
Page 276 - ... le titre en général sera : Le projet d'une science universelle qui puisse élever notre nature à son plus haut degré de perfection ; plus , la dioptrique f les météores et la géométrie , où les plus curieuses matières que l'auteur ait pu choisir , pour rendre preuve de la science universelle qu'il propose, sont expliquées en telle sorte que ceux mêmes qui n'ont point étudié les peuvent entendre.
Page 310 - Vous rejetez ce que j'ai dit, qu'il suffit de bien juger pour bien faire; et toutefois il me semble que la doctrine ordinaire de l'école est que voluntas non fertur in malum , nisi quatenus ei sub aliqua ratione boni...
Page 138 - ... seulement d'en parler ; car,' comme on peut voir de ce que j'en dis, elle consiste plus en pratique qu'en théorie: et je nomme les traités suivants des essais de cette méthode...
Page 203 - ... meurtres. Que si vous craignez les hivers du septentrion, dites-moi quelles ombres, quel éventail, quelles fontaines vous pourraient si bien préserver à Rome des incommodités de la chaleur comme un poêle et un grand feu vous exempteront ici d'avoir froid.
Page 126 - ... pourquoi un son est plus agréable que l'autre, sinon que le mot de beau semble plus particulièrement se rapporter au sens de la vue. Mais généralement ni le beau, ni l'agréable, ne signifient rien qu'un rapport de notre jugement à l'objet ; et parce que les jugements des hommes sont si différents, on ne peut dire que le beau, ni l'agréable, aient aucune mesure déterminée.
Page 109 - Que les vérités mathématiques, lesquelles vous nommez éternelles, ont été établies de Dieu et en dépendent entièrement, aussi bien que tout le reste des créatures.
Page 243 - ... fait que je suis plus aise d'être délivré de la crainte que j'avais d'acquérir plus de connaissances que je ne désire, par le moyen de mon Écrit, que je ne suis fâché d'avoir perdu le temps et la peine que j'ai employée à le composer.

Informations bibliographiques