Recueil des actes de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, Volume 10

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 545 - Il ya, pour toute la République, un institut national chargé de recueillir les découvertes, de perfectionner les arts et les sciences.
Page 131 - ... parvenir aux premiers honneurs. Ce que fit la philosophie pour conserver l'état de la Grèce n'est pas croyable. Plus ces peuples étaient libres, plus il était nécessaire d'y établir par de bonnes raisons les règles des mœurs, et celles de la société.
Page 134 - La charité est cette affection constante et raisonnée qui nous immole au genre humain, comme s'il ne faisait avec nous qu'un individu , et qui nous associe à ses malheurs et à ses prospérités.
Page 565 - Les mémoires doivent être écrits en français ou en latin, et envoyés francs de port, avant le 30 septembre, au secrétariat général de l'Académie, hôtel du Musée, rue Saint-Dominique, n" 1. Tous doivent porter une sentence et, dans un billet cacheté renfermant cette même sentence, le nom de l'auteur et son adresse. Les billets ne seront ouverts que lorsque les ouvrages auront été jugés dignes du prix, ou d'une récompense académique.
Page 536 - ... employer leurs talents et leurs facultés à l'avancement des sciences et à l'illustration de leur patrie ; » 8° Au cas qu'il y ait quelques droits à payer à raison du présent légat et fondation, soit par amortissement, indemnité, centième, denier ou autres, ce que je ne crois pas, attendu qu'il s'agit de l'avantage du public, je prie MM. les Académiciens d'y pourvoir par les voyes les plus convenables, sans donner atteinte, sous ce prétexte, au logement ou à la pension du bibliothécaire;...
Page 349 - Nous appliquons cette théorie à l'ensemble des dépôts tertiaires de l'Aquitaine, et nous allons jusqu'à admettre que dans la Saintonge , l'Angoumois et le Périgord, les parties les plus inférieures de la molasse du Fronsadais sont un équivalent d'eau douce du calcaire...
Page 136 - C'est seulement lorsque le système du tribut d'assistance (/«ou) est en vigueur que l'on cultive des champs en commun. D'après cette citation du Livre des t'ers, on voit que même sous les Tcheou on percevait encore le tribut d'assistance. Établissez des écoles de tous les degrés pour instruire le peuple, celles où l'on enseigne à respecter les vieillards, celles où l'on donne l'instruction à tout le monde indistinctement, celles où l'on apprend à tirer de l'arc qui se nommait Hiao sous...
Page 543 - L'Assemblée nationale décrète que , jusqu'à ce qu'il ait été statué par le corps législatif sur l'organisation de tous les établissements pour le progrès des lettres , des sciences et des arts , les dépenses de ceux dont le comité des finances s'est occupé seront réglées ainsi qu'il suit.
Page 558 - Si les populations rurales refusent de se prêter aux perfectionnements de l'art agricole, on doit principalement l'attribuer aux préjugés traditionnels qui les dominent; si nos campagnes se dépeuplent, au grand dommage nonseulement de l'agriculture, mais de la population manufacturière elle-même, c'est parce que le paysan se croit instruit dès qu'il sait lire, et que les livres mis à sa portée, loin de l'éclairer sur les avantages de la vie des champs, le portent à s'exagérer le bien-être...
Page 165 - Les bons se retirent, parce qu'ils ne sont ni empressés ni flatteurs ; les bons attendent qu'on les cherche, et les princes ne savent guère les aller chercher ; au contraire, les méchants sont hardis, trompeurs, empressés à s'insinuer et à plaire , adroits à dissimuler, prêts à tout faire contre l'honneur et la conscience pour contenter les passions de celui qui règne.

Informations bibliographiques