Monnaies féodales de France, Volume 2

Couverture
Bureau de la Revue Numismatique Française, 1860
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 120 - Le prince, debout et de face, dans un navire ; il est couronné, porte de la main droite une épée, et de la gauche un bouclier aux armes de France et d'Angleterre.
Page 38 - Maule'on, croisé (\), salut... Le même roi, appréciant vos services et votre dévouement, vous a, dans sa munificence royale, concédé le droit de battre monnoie en votre terre. Nous , ayant pour agréable la concession de ce droit, en tant que vous en avez légitime et paisible jouissance, vous la confirmons par l'autorité du Saint-Siége apostolique (2).
Page 143 - Quercy, dans le Recueil des travaux de la Société d'Agriculture, Sciences et Arts d'Agen, IIe Série, t.
Page 36 - ... espèces dans quelque ville appartenant à Jean -sans-Terre, sous la surveillance des officiers de ce prince. Mais , à l'époque où fut donnée la lettre qui précède , la mort de son oncle l'avoit rendu maître de la seigneurie de ses ancêtres, et nous le voyons obtenant le droit de frapper monnoie dans sa terre, c'est-à-dire à Mauléon même , et de la faire de la valeur des tournois, et non de la monnoie poitevine , comme porte la lettre précédente. Il est facile de se rendre compte...
Page 108 - N° 261. tcoîaexijîienijre:, buste allongé et coupant la légende, de profil, la main gauche levée et tenant de la droite une épée à l'épaule, dans un cercle multilobé. — g .itme-jgccac-Tsm-xe+M, croix aux douze besants. (DuBY, pi. XXXIII, n° 5. — PoEï-D'AvANT, n« 2826.) N° 262. * ccxvxTae Bva»e<s5ïne, tête couronnée et barbue, de face. — g . e»'-aex-an<s-nxe, croix anglaise, cantonnée de trois besants, aux 1...
Page 154 - Quod ipse a data praesentium per duos annos proximo sequentes plenarig completos cudi et fabricari facere possit in civitate Baione, seu in castro de Guissen, vel alio loco ubi voluerit, in Senescalcia Landarum, monetam de auro et argento et alio metallo, de quocumque cunio allaia et tallia prout sibi placuerit (excepto de Anglia et Aquitania) per manus Pelgrini de Ser vel alterius quem per ipsum filium nostrum vel deputatos suos, ordinari seu deputari contigerit in hac parte, volentes quod proficuum...
Page 121 - N° 263. * se»'îKOs<SnesBe<sxesHB, les deux dernières lettres liées. Buste du prince, vu de profil à droite, la main gauche levée, la droite tenant une épée à l'épaule. — | . sfiBn-ccK6-aaï-Tï[n, type aux douze besants. (PI. XX, fig. 4.) (ÏD.,n
Page 289 - Montpellier auxquels il concède le droit de frapper ou faire frapper, à leur convenance, la monnaie quse vocatur millarès (3) , au titre de dix deniers moins une pougeoise d'argent fin, et au poids de dix deniers moins une pougeoise également par groupe de douze deniers (ce qui, suivant M. Germain, établit, pour chaque pièce, un poids de ler,033, son calcul supposant l'usage de la livre poids de marc de 489er,50).
Page 190 - Monogramme pareil à celui du droit, mais plus petit. Croix aux bras tortillés, évidée et cantonnée de deux A et de deux I couronnés.
Page 253 - Chorson) , que l'on disait avoir été fait comte de Toulouse par Charlemagne, était idolâtre et portait trois moutons dans son écusson. Comme il était au siége de Bayonne, un ange, dit-on, lui apparut et lui ordonna de substituer une croix pommetée à ses premiers insignes.

Informations bibliographiques