Paris révolutionnaire, Volume 2

Couverture
Chez Guillaumin, 1834
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 212 - Aucun membre de l'une ou de l'autre chambre ne peut, pendant la durée de la session, être poursuivi ni arrêté en matière de répression, qu'avec l'autorisation de la chambre dont il fait partie, sauf le cas de flagrant délit.
Page 35 - L'imprimerie a changé le sort de l'Europe, elle changera la face du monde ; je la considère comme une nouvelle faculté ajoutée aux plus belles facultés de l'homme; par elle la liberté cesse d'être resserrée dans de petites agrégations républicaines, elle se répand sur les royaumes, sur les empires ; l'imprimerie est pour l'immensité de l'espace ce qu'était la voix de l'orateur sur la place publique d'Athènes et de Rome ; par elle...
Page 55 - Necker pouvait-il convenir à la bouche vertueuse du monarque français ? Regardez les députés : leurs sentiments se peignent sur leurs physionomies ; les uns frémissent de rage, les autres pleurent, le grand nombre applaudit ; et le roi sort , et l'on se met à jurer ; et l'on admet au serment les femmes, les écoliers, les moines, les soldats , les religieuses ; et c'est une maladie qui gagne les districts ; et toutes les mains sont en action : mettez les vôtres dans vos poches, car il n'ya...
Page 35 - L'imprimerie est, pour l'immensité de l'espace, ce qu'était la voix de l'orateur sur la place publique d'Athènes et de Rome; par elle, la pensée de l'homme de génie se porte à la fois dans tous les lieux, elle frappe, pour ainsi dire, l'oreille de l'espèce humaine entière. Partout le désir secret de la liberté, qui jamais ne s'éteint entièrement dans le cœur de l'homme, la recueille, cette pensée, avec amour, et l'embrasse quelquefois avec fureur; elle se mêle, elle se confond dans...
Page 48 - Misérables 1 vous osez vous ériger en législateurs, lorsque vous n'êtes que des bourreaux. Vous faites parade d'humanité, lorsque le meurtre et la destruction vous précèdent. Vous prétendez gouverner les peuples avec le sceptre de la philosophie , lorsqu'il est démontré que la philosophie ne peut et ne doit former aucune alliance avec la politique ! Vous législateurs! Ah! croyez-moi, croyez-en la voix de l'univers entier! vous n'êtes que de plats charlatans, faits tout au plus pour représenter...
Page 40 - Les grands ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. Levons-nous ! " Et de plus en plus forte se révèle, dans 1' empire français, la tendance à l'autonomisme et même au séparatisme.
Page 57 - N'était-ce pas en même temps une véritable jouissance pour des députés dont la plupart avaient passé leur vie à saluer le bailli de leurs villages , ou à courtiser l'intendant de leurs provinces; n'était-ce pas, dis-je , une douce jouissance pour eux que de fouler aux pieds un des premiers trônes du monde ? Des avocats pouvaient-ils résister au plaisir d'humilier les cours souveraines ? Ceux qui n'avaient rien n'étaient-ils pas charmés de distribuer les trésors de l'église aux vampires...
Page 36 - ... véritable dessein? Car sans » doute la nature entend que tous les hommes soient » également libres et heureux. » Vous ne réduirez donc pas, messieurs, les moyens » de communication entre les hommes. L'instruction » et les vérités nouvelles ressemblent à tous les genres » de produits: elles sont dues au travail.
Page 57 - ... et, si c'est une monarchie, que le roi sera toujours le premier magistrat. Ainsi, quoiqu'il soit vrai au fond que tout vient de la terre, il ne faut pas moins qu'on la soumette par le travail et la culture, comme on soumet le peuple par l'autorité et par les lois. La souveraineté est dans le peuple comme un fruit est dans nos champs, d'une manière abstraite. Il faut que le fruit passe par l'arbre qui le produit, et que l'autorité publique passe par le sceptre qui l'exerce.
Page 56 - Les écrivains du tiers-état , et en général tous les philosophes , ayant poussé à bout et forcé les conséquences du principe que la souveraineté est dans le peuple , il a bien fallu que la révolution , écrite dans les livres, fût jouée et représentée dans la capitale et dans les provinces. Pouvait-on , en effet , arrêter une Assemblée qui exerçait la souveraineté du peuple , et qui avait gagné l'armée ? N'était-ce pas en même temps une véritable jouissance pour des députés...

Informations bibliographiques