Voyage dans les royaumes de Siam, de Cambodge, de Laos et autres parties centrales de l'Indo-Chine: relation extraite du journal et de la correspondance de l'auteur

Couverture
Hachette, 1868 - 335 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Voyage dans les royaumes de Siam, de Cambodge, de Laos : Et autres parties centrales de l'Indochine, 1858-1861

Avis d'utilisateur  - epubforge - Babelio

Voyage dans les royaumes de Siam, de Cambodge, de Laos : Et autres parties centrales de l'Indochine, 1858-1861 par Henri Mouhot Sa passion du voyage conduit le naturaliste Henri Mouhot (1826-1861) en ... Consulter l'avis complet

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 22 - Siam, des magasins de toute sorte de choses ; on y voit aussi une superbe pagode dont le pavé est recouvert de nattes d'argent et dans laquelle sont deux idoles ou statues de Bouddha, l'une en or massif de quatre pieds de haut, l'autre faite d'une seule émeraude d'une coudée de long , évaluée par les Anglais 200,000 piastres (plus d'un million...
Page 194 - Une chaussée traversant un large fossé, revêtu d'un mur de soutènement très épais conduit à la colonnade, qui n'est qu'une entrée, mais une entrée digne du grand temple. De près, la beauté, le fini et la grandeur des détails l'emportent de beaucoup encore sur l'effet gracieux du tableau vu de loin et sur celui de ses lignes imposantes. Au lieu d'une déception, à mesure que l'on approche, on éprouve une admiration et un plaisir plus profonds. Ce sont tout d'abord de belles et hautes...
Page 194 - A la vue de ce temple, l'esprit se sent écrasé, l'imagination surpassée ; on regarde, on admire, et, saisi de respect, on reste silencieux ;> car où trouver des paroles pour louer une œuvre architecturale qui n'a peut-être pas, qui n'a peut-être jamais eu son équivalent sur le globe.
Page 194 - ... harmonisant l'infini et la variété des détails avec la grandeur de l'ensemble, et qui, non content encore, a semblé chercher partout des difficultés pour avoir la gloire de les surmonter et de confondre l'entendement des générations à venir?
Page 17 - ... Le roi les charge en son particulier de bien garder la porte qui va leur être confiée , et de venir avertir si les ennemis ou les rebelles se présentaient pour prendre la ville. A l'instant on coupe les cordes, et les malheureuses victimes de la superstition sont écrasées par la lourde massé qui tombe sur leur tête.
Page 53 - Une fois assis sur le trône, il paraît que l'usurpateur, s'y trouvant bien, ne songea plus à remplir sa promesse. Cependant le prince Chào-Fa, craignant que s'il acceptait quelque charge dans le gouvernement, tôt ou tard, et sous quelque spécieux prétexte , son frère ne vînt attenter à sa vie, se réfugia prudemment dans une pagode, et se fit talapoin.
Page 52 - Chào-Fa-Mongkut n'avait guère que vingt ans ; en sa qualité de fils aîné de la reine, le trône lui appartenait ; mais un de ses frères, fils d'une concubine, et plus âgé que lui, s'empara du pouvoir, en disant au prince : Tu es encore trop jeune, laisse-moi régner quelques années, et, Ère dt.
Page 325 - Leur musique est très-douce , harmonieuse et sentimentale; il ne faut que trois personnes pour former un concert mélodieux; l'un joue d'un orgue en bambou, l'autre chante des romances avec l'accent d'un homme inspiré , et le troisième frappe en cadence des cliquettes d'un bois sonore qui font très-bon effet.
Page 220 - ... a été simplement de dévoiler l'existence des monuments les plus imposants, les plus grandioses et du goût le plus irréprochable que nous offre peut-être le monde ancien, d'en déblayer un peu les décombres, afin de montrer en bloc ce qu'ils sont...
Page 53 - Siam quelques milliers de captifs. Au commencement de 1851, le roi étant tombé très-malade , rassembla son conseil, et proposa un de ses fils pour successeur. On lui répondit : Sire , le royaume a déjà son maître. Atterré par cette réponse, le monarque rentra dans son palais et ne voulut plus reparaître en public ; le chagrin et la maladie le minèrent bien vite, et il expira le 3 avril 1851. Ce jour-là même, malgré les complots des fils du roi défunt, que le premier ministre sut habilement...

Informations bibliographiques