Le meneur de loups

Couverture
Michel Lévy frères, 1868 - 311 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Le meneur de loups

Avis d'utilisateur  - Ellane92 - Babelio

Le meneur de loups par Alexandre Dumas Alexandre Dumas, au cours de sa première chasse, est persuadé d'avoir réussi son tir sur un loup. Or le loup s'est enfui, il n'en reste que la balle du fusil. C ... Consulter l'avis complet

Le meneur de loups

Avis d'utilisateur  - Arakasi - Babelio

Le meneur de loups par Alexandre Dumas Thibault est sabotier et, cette condition peu reluisante mise à part, plutôt gâté par la Nature : beau garçon, vif d’esprit, bon danseur, habile chasseur ... Consulter l'avis complet

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 1 - Pourquoi, pendant les vingt premières années de ma vie littéraire, c'est-à-dire de 1827 à 1847, pourjuoi ma vue et mon souvenir se sont-ils si rarement reportés vers la petite ville où je suis né, vers les bois qui l'environnent, vers les villages qui l'entourent? Pourquoi tout ce monde de ma jeunesse me semblaitil disparu et comme voilé par un nuage, tandis que...
Page 3 - ... physionomie s'éclaire. /C'est que, par un bienfait de la Providence, la Providence permet que, ne pouvant pas retourner vers la jeunesse, la jeunesse revienne à lui. / Et, dès lors, il aime à raconter tout haut ce que lui dit tout bas la mémoire. / Est-ce que la vie serait ronde comme la terre ? Est-ce que, sans s'en apercevoir, on en ferait le tour ? Est-ce qu'à mesure qu'on approche de la tombe, on se rapprocherait de son berceau ?" Comment interpréter ces propos ? S'agit-il d'une simple...
Page 1 - Pourquoi tout ce monde de ma jeunesse me semblaitil disparu et comme voilé par un nuage, tandis que l'avenir.vers lequel je marchais m'apparaissait limpide et resplendissant .comme ces îles magiques que Colomb et ses compagnons prirent pour des corbeilles de fleurs flottant sur la mer? Hélas ! c'est que, pendant les vingt premières années de la vie, on a pour guide l'espérance, et, pendant les vingt dernières, la réalité.
Page 72 - Deux de ces femmes, à gauche, tiennent un ciergs à la main; une troisième, devant la châsse, a les bras étendus, dans l'attitude de la prière; une quatrième, à droite, porte la main à son front pour faire le signe de la croix. Dans le coin supérieur de gauche, un ange les ailes épioyées. Au-dessous de ce bois, cette inscription : Les fêmes de paris allât en pelerinaige.
Page 280 - Mais, au contraire, si je vous aimais, je ferais tout au monde pour vous le cacher. mais, nidé par toi, en combinant ces souhaits, je puis te faire riche comme une reine... nous pouvons quitter le pays, la France, l'Europe; il ya de grandes contrées que tu ne connais pas même de nom, Agnelette, qu'on appelle l'Amérique, qu'on appelle l'Inde. Ce sont des paradis, avec un ciel bleu, de grands arbres, des oiseaux de toute espèce. Agnelette, dis que tu veux me suivre ; personne ne saura que nous...
Page 169 - ... seigneurie de la Costardaye la vicomté de Médréac, le fief des Nobles en Médréac et la terre noble du Poudouvre en cette même paroisse ; le tout fut uni en une seule haute justice sous le nom de la Costardaye ; ces lettres royales furent enregistrées au parlement de Bretagne le ii mars i6So.
Page 37 - Son père avait fait une faute, grave en tout temps, mais plus grave à cette époque d'absolutisme où personne ne pouvait s'élever au-dessus de son état, que dans notre temps, où, avec de la capacité, on peut parvenir à tout. Son père lui avait fait donner une éducation au-dessus de sa position. Thibault avait été à l'école de l'abbé Portier, magister de Villers-Cotterets ; il savait lire, écrire, compter; il avait appris même un peu de latin, ce qui le rendait très-fier.
Page 31 - C'était un rude veneur que le seigneur Jean, baron de Vez. Quand vous suivrez la belle vallée qui va du Berval à Longpré, vous verrez à votre gauche une vieille tour qui vous paraîtra d'autant plus haute et d'autant plus formidable qu'elle est isolée. C'est aujourd'hui la propriété d'un vieil ami de celui qui raconte cette histoire...
Page 268 - Il ne ressentit ni repentir ni regret. La satisfaction qu'il éprouvait de se voir désormais en mesure de rendre aux hommes le mal pour le mal, l'orgueil de pouvoir lutter, grâce à ses terribles auxiliaires, avec ceux qui le persécutaient, dominèrent en lui tout autre sentiment.
Page 130 - Apprêter son petit repas n'était plus pour lui, comme jadisj une distraction ; lorsque la faim se faisait»sentir, il mangeait avec répugnance un morceau de pain noir, et l'envie, qui n'avait été jusque-là chez lui qu'une sorte d'aspiration vague vers le bien-être, prenait peu à peu dans le fond de son cœur le caractère d'une rage sourde et violente qui lui faisait baïr son prochain.

Informations bibliographiques