Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]

De ces astres qui me couronnent
La nature me fit le roi;
Pour moi seul le soleil se lève,
Pour moi seul le soleil achève
Son cercle éclatant dans les airs;
Et je vois, souverain tranquille,
Sur son poids la terre immobile
Au centre de cet univers. 1
Fier mortel, bannis ces fantômes,
Sur toi-même jette'un coup-d'ail.
Que sommes-nous, faibles atomes ,
Pour porter si loin notre orgueil ?
Insensés ! nous parlons en maitres,
Nous qui dans l'océan des êtres
Nageons tristement confondus;
Nous , dont l'existence légère ,
. Pareille à l'ombre passagere,
Commence, paraît et n'est plus.
Mais quelles routes immortelles
Uranie entr'ouvre à mes yeux!
Déesse, est-ce toi qui m'appelles
Aux voûtes brillantes des cieux ?
Je te sais. Mon âme agrandie, .
S'élancant d'une aile hardie,
De la terre a quitté les bords :
De ton flambeau la clarté pure.
Me guide au temple où la nature
Cache ses augustes trésors.
Grand Dieu ! Quel sublime spectacle
Confond mes sens, glace ma voix!.
Où suis-je ? quel nouveau miracle
De l'Olympe à changé les lois ?
Āu loin, dans l'étendue immense,
Je contemple seul en silence
La marche du grand univers ;
Et dans l'enceinte qu'il embrasse,
Mon oil surpris voit sur sa trace
Retourner les orbes divers. 3 .
Portés du couchant à l'aurore
Par un mouvement éternel, **
Sur leur axe ils tournent encore
Dans les vastes plaines du ciel.
Quelle intelligence secrète
Règlé en son cours chaque planète
Par d'imperceptibles ressorts ?...

1 Système de Ptolomée, 2 Système de Copernic.

Le soleil est-il le génie
Qui fait avec tant d'harmonie
Circuler les célestes corps ?
Au milieu du vaste fluide ·
Que la main du Dieu créateur
Versa dans l'abime du vide,
Cet astre unique est leur moteur.

Sur lui-même agité sans cesse ,
* Il emporte , il balance, il presse

L'éther et les orbes errans;
Sans cesse une force contraire, *
De cette ondoyante matière
Vers lui repousse les torrens. .
Ainsi se forment les orbites
Que tracent ces globes connus :
Ainsi dans des bornes prescrites
Volent et Mercure et Vénus.
La terre suit ; Mars moins rapide,
D'un air sombre s'avance et guide
Les pas tardifs de Jupiter ;
Et son père, le vieux Saturne,
Roule à peine son char nocturne
Sur les bords glacés de l'éther.
Oui, notre sphère , épaisse masse,
Demande au Soleil ses présens.
A travers la dure surface
Il darde ses feux bienfaisans.
Le jour voit les heures légères
Présenter les deux hémisphères
Tour-à-tour à ses doux rayons;
Et sur les signes inclinée,
La terre promenant l'année
Produit des fleurs et des moissons.
Je te salue, âme du monde,
Sacré Soleil, astre de feu,
De tous les biens source féconde,
Soleil, image de mon Dieu !
Aux globes qui, dans leur carrière,
Rendent hommage à la lumière,
Annonce Dieu par ta splendeur :
Règne à jamais sur ses ouvrages, the
Triomphe, eutretiens tous les âges
De son éternelle grandeur.

* Allusion.. ie * Du ciel auguste sonyeraine, ne C'est toi que je peins sous ces traits

Le tourbillon qui nous entraîne,
Vierge, ne t'ébranla jamais.
Enveloppés de vapeurs sombres
Toujours errans parmi les ombres,
Du jour nous cherchons la clarté.
Ton front seul, aurore nouvelle,
Ton frout sans nuage étincelle
Des feux de la divinité. .

Cette ode didactique est d'une grande beauté. On sent combien il était difficile à la poésie de se prêter avec autant d'aisance et de naturel à un sujet purement scientifique, et dans lequel l'imagination ne pouvait qu'embellir avec sagesse la sévérité des préceptes et se laisser à peine apercevoir, tout en apimant l'auteur et l'ouvrage. La noble simplicité du style, la justesse et la grandeur des pensées, la clarté des définitions, placent cette ode parmi celles que l'on offre pour modele.

GILBERT. Nicolas-Joseph-Laurent Gilbert était né avec une santé délicate, une imagination ardente et une âme faible. Sa satire intitulée le Dix-Huitième siècle, dans laquelle il attaquait injustement des gens de lettres estimables, eut un grand succès et lui attira une foule d'ennemis. Il ne se vit pas plus tôt en butte à un parti puissant, qu'il se livra à des craintes sans cesse renaissantes. Sa raison s'aliéna par degré. Il mourut'en 1780, à l'Hôtel-Dieu, ayant, dans un des accès de sa déplorable maladie mentale, avalé la clef de sa cassette. Gilbert n'avait encore que 2g ans; déjà ses beaux vers, pleins de verve, de chaleur et d'images, l'avaient placé parmi les meilleurs écrivains. La mélancolie de son caractère, ses malheurs, irritèrent son imagination et portè

rent son goût vers la satire. L'abbé le Batteux, dont les principes sont admirables en littérature comme en morale, a dit en parlant des satires : Ce genre d'ouvrage a un caractère condamnable ; on ne saurait étre trop sur ses gardes, en lisant des satires, pour se préserver de la contagion de la méchanceté.

Quand la satire attaque en général les vices ou les ridicules des hommes, elle a son utilité; dès

qu'elle attaque l'homme lui-même, l'expose à la · honte et au mépris, elle fait haïr l'écrivain. Nous ne · citerons donc point les vers où l'infortuné Gilbert,

entraîné par le noir chagrin qui détruisit sa raison
et sa vie, jette avec autant de force que d'adresse
le ridicule sur des auteurs dont l'admiration a con-
sacré la mémoire; mais pour faire connaître son ta-
lent, nous choisirons ce passage dans lequel sa cri- .
tique est plus générale, quoique quelques-uns de ses
traits soient dirigés contre Voltaire : il est tiré de la
satire intitulée le Dix-Huitième Siècle, adressée à
Fréron :

[ocr errors]

Voilà donc, cher ami, cet âge si vanté,
Ce siècle heureux des mæurs et de l'humanité!
A peine des vertus l'apparence nous reste.
Mais détournons les yeux d'un tableau si funeste,
Éclairés par le goût , envisageons les arts :
Quel désordre nouveau se montre à mes regards !
De nos pères fameux les ombres insultées,
Comme un joug importun , les règles rejetées,
Ces genres opposés bizarrement unis,
La nature , le vrai, de nos livres bannis,
Un desir forcené d'inventer et d'instruire,
D'ignorans écrivains , jamais las de produire,
Des brigues, des partis l'un à l'autre odieux,
Le Parnasse idolâtre adorant de faux dieux;
Tout me dit que des arts la splendeur est ternie.
Fille de la peinture et seur de l'harmonie,
Jadis la poésie, én ses pompeux accords,
Osant même au néant prêter une âme , un corps ,

· Egayait la raison de riantes images,
Cachait de la vertu les préceptes sauvages,
Sous le voile enchanteur d'aimables fictions ;
Audacieuse et sage en ses expressions,
Pour cadencer un vers qui dans l'âme s'imprime
Sans appauvrir l'idée, enrichissait la rime,
S'ouvrait par notre oreille un chemin vers nos cours,"
Et nous divertissait pour nous rendre meilleurs.
Maudit soit à jamais le pointilleur sophiste ,
Qui le premier nous dit en prose d'algébriste :
Vains rimeurs, écoutez mes ordres absolus;
Pour plaire à ma raison, pensez, ne peignez plus.
Dès-lors la poésie a vu sa décadence,
Infidèle à la rime, au sens, à la cadence,
Le compas à la main, elle va dissertant :
Apollon sans pinceaux n'est plus qu'un lourd pédant.
C'était peu que, changée en bizarre furie,
Melpomène étalât sur la scène flétrie
Des Romains fort touchans; car à peine l'auteur
Pour emporter les morts laisse vivre un acteur;
Que , soigneux d'invoquer des revenans affables,
Prodigue de combat, de marches admirables ,
Tout poète moderne avec pompe assommant,
· Fit d'une tragédie un opéra charmant;
La Muse de Sophocle, en robe doctorale,
Sur des trétaux sanglans professe la morale ;
Là, souvent un Sauvage, orateur apprêté,
Aussi bien qu'Arouet parle d'humanité :
Là, des Turcs amoureux, débitant des maximes, *
Débitent galamment Sénèque mis en rimes :
Alzire au désespoir, mais pleine de raison,
En invoquant la mort, commente le Phédon :
Pour expirer en forme, un roi, par bienséance,
Doit exhaler son âme avec une sentence; ..
Et chaque personnage au théâtre produit,
Héros toujours soufflé par l'auteur qui le suit,
Fût-il Scythe ou Chinois, dans un traité sans titre-
Par signe interrogé, vous répond par chapitre.
Thalie a de sa seur partagé les revers, etc.

Ce morceau donne l'idée du talent de l'auteur ; on admire la force, la justesse de l'expression, la pureté et l'harmonie du style, le tact, le bon goût, la finesse des critiques. . ,

Gilbert a imité en vers admirables les chants septième et huitième de la Mort d'Abel de Gesner, poète Suisse que les nombreuses traductions ont

#

« PrécédentContinuer »