Images de page
PDF
ePub

d'Haut poul COURS
DE LITTERATURE

ANCIENNB, MODERNE ET ÉTRANGÈRB,

A L'USAGE DES JEUNES PERSONNES

DES DEUX SEXES;

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

PN542

By
- COURS 1830

"v.a
DE LITTERATURE
· ANCIENNE, MODERNE ET ÉTRANGÈRE,

........boleh berpotens

CESE LIST: APPENDICE,NIVERS

OU SUITE ALIFORNIA DES LITTÉRATEURS DU SIÈCLE.

[ocr errors]

OF

OU SUITE

MALFILATRE.

JACQUES - CHARLES-LOUIS Malfilatre naquit à Caen, patrie de Malherbe, en 1733. Il était sans fortune, mais la ville de Caen possédait et possède encore des établissemeos gratuits d'éducation; ce fut ainsi que celui qui, destiné par sa naissance à n'être qu’un obscur artisan, mais appelé par la nature à devenir un poète distingué, put développer par l’éducation le germe d'un vrai talent qui eût péri sans elle. Pourquoi faut-il ajouter qu'après avoir remporté quatre fois le prix de l'ode à Rouen, qu'après une traduction de Virgile estimée, quoiqu'elle fût moitié en prose, moitié en vers, et après avoir composé le poème de Narcisse dont deux éditions furent rapidement enlevées, il mourut dans la plus complète indigence; son nom devint célèbre après sa mort; tous ceux qui aiment les beaux vers ont lu avec délices ceux que composa ce poète aimable, qui termina, à l'âge de trente-quatre ans, une carrière qui

TONE 11.

24925

eût été brillante si la fortune l'eût secondé, et si la santé et le temps lui eussent permis de terminer le poème épique qu'il avait commencé, intitulé : La Découverte du Nouveau-Monde ; et sa tragédie d'Hercule au mont OEta, ouvrages qui sans doute eussent été suivis de beaucoup d'autres.

M. de la Harpe, qui jugeait avec tant de goût, a dit du passage suivant où Malfilâtre, dans son poème de Narcisse, imite le récit de la mort du Laocoon de Virgile :

« Ce morceau est dans la manière antique. C'était « celle de cet infortuné jeune homme, qui était né a poète.»

FRAGMENT

DU CHANT IV DU POÈME DE NARCISSE.

...., On arrive, on s'arrête
Aú baut du mont dont la superbe tête,
Bravant les cieux, la foudre et les éclairs,
Domine au loin sur la terre et les mers.
C'est sur ce mont que s'élève un bocage.
Dont l'art a fait un temple de feuillage;
Temple où Junon, souveraine des airs,
Fait adorer ses grandeurs immortelles.
Un double rang de palmiers toujours verts,
Simples appuis, colonnes naturelles, ..
Forme à l'entour des portiques ouverts.
On trouve, au centre, un vaste sanctuaire,
De qui l'enceinte, espace circulaire,
N'a d'autre toit que la voûte du ciel.
Des doux parfums qui brûlent sur l'autel,
Plus librement les vapeurs répandues,
Jusqu'à Juņon s'exhalent dans les nues.
A cet autel de gazons et de fleurs,
Déjà la main des sacrificateurs
A présenté la génisse sacrée,
Jeune , au front large, à la corne dorée.”
Le bras fatal, sur sa tête étendu, .
Prêt à frapper, demeure suspendu."
Un bruit s'entend ; l'air siffle, l'autel tremble.
Du fond du bois, du pied des arhrisseaux,

Deux fiers serpens soudain sortent ensemble,
Rampent de front, vont à replis égaux;
L'un près de l'autre ils glissent, et sur l'herbes
Laissent au loin de tortueux sillons,
Les yeux en feu , lèvent d'un air superbe
Leurs cous mouvans , gonflés de noirs poisons; .
Et vers le ciel deux menaçantes crêtes,
Rouges de sang, se dressent sur leurs têtes.
Saps s'arrêter, sans jeter un regard
Sur mille enfans fuyant de toute part, . .
Le couple affreux d'une ardeur unanime ..
Suit son objet, va droit à la vietime,
L'atteint, recule, et, de terre élancé
Forme cent næuds, autour d'elle enlacé;
La tient, la serre, avec fureur s'obstine
A l'enchaîner , malgré ses vains efforts,
Dans les liens de deux flexibles corps;
Perce , des traits d'une langue assassine,
Son col nerveux, les veines de son flanc
Poursuit, s'attache à sa vaste poitrine,
Mord et déchire et s'enivre de sang.
Mais l'animal, que leur souffle empoisonne ,
Pour s'arracher à ce double ennemi,
Qui, constamment sur son corps affermi,
Comme un réseau l'enferme et l'emprisonne,
Combat, s'épuise en mouvemens divers,
S'arme contre eux de sa dent menacante,
Perce les vents de sa corne impuissante,
Bat de sa queue et ses flancs et les airs. .
Il court, bondit , se roule, se relève;
Le feu jaillit de ses larges naseaux.
A sa douleur, à ses horribles maux
Les deux dragons ne laissent point de trêve :
Sa voix perdue en longs mugissemens,
Des vastes mers fait retentir les ondes,
Les antres creux et les forêts profondes.
Il tombe enfin; il meurt dans les tourmens,
Il meurt. Alors les énormes reptiles

Tranquillement rentrent dans leurs asiles.
Cette peinture est vive et fortement coloriée, mais
Malfilâtre avait un beau modèle , voyons-le livré à
son seul génie. " . .

* ODE. * . ... .
· Le soleil fixe au milieu des planètes.

L'homme a dit : les cieux m'environnent,
Les cieux de roulent que pour moi ;" *

« PrécédentContinuer »