Un baron béarnais au quinzième siècle

Couverture
Leon Ribaut, 1878
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières


Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 147 - Synthèse und Querschnitt durch die neueste Forschung. Berlin 1958. — Baron Béarnais = Un Baron Béarnais au Quinzième siècle. Textes en langue vulgaire traduits et publiés par V. Lespy et P. Raymond. Pau 1878. — Barra = Guillaume de la Barre. Roman d'aventures par Arnaut Vidal de Castelnaudari pp Paul Meyer. Paris 1895 (SATF). — Benveniste = Emile Benveniste, Problèmes de Linguistique générale. Paris, Gallimard, 1966 (Bibliothèque des sciences humaines).
Page 86 - Leme, de loquoal, segont se ditz, agut tres filhes et ung fllh; et pot aber dus antz que ladite Clarmontine s'en debara deudit casteg enfore, et se retrego fentz la mayso de luydit loquen; stan aqui ba beni lo bastart d'Estibayre, qui here servidor deudit senhor, et lo dixo, de partz lodit senhor, que eg lo tremete a diser que, quenhe cause que se fosse, que la lengue que stesse xoau et carade (p. 86.16). La traducció francesa de Lespy-Raymond, que acompanya l'edició, transposa així: «le bàtard...
Page 86 - VIP1 article, dixo que, temps a passat, lodit de Coarassa thie una goge, apperade Clarmontine de Cambrebet, de Leme, de loquoal, segont se ditz, agut tres filhes et ung filh ; et pot aber dus antz que ladite Clarmontine s'en debara deudit casteg enfore, et se retrego fentz la mayso de luydit loquen ; stan aqui ba beni lo bastart d'Estibayre, qui here servidor deudit senhor, et lo dixo, de partz lodit senhor, que eg lo tremete a diser que, quenhe cause que se fosse, que la lengue que stesse xoau et...
Page ix - Cependant, en voyant ce qu'ils révèlent d'infâme oppression, de cruelle tyrannie, il sera juste de l'imputer, non pas seulement aux pratiques du régime féodal, mais surtout à la perversité de Gaston de Foix, seigneur de Coarraze.
Page 7 - Coarrase de lo servir tot ung an complit en lo offici de peyrer; au mieyan de laquoal obligance lo relacxa, so que no bolo far autrement.
Page vii - Toulouse, qui prononça, au nom du roi de France, la confiscation de la souveraineté de Béarn.

Informations bibliographiques