Jacques Rancière et la politique de l'esthétique

Couverture
Archives contemporaines, 2009 - 178 pages
1 Commentaire
Si l'on entend avec Jacques Rancière la démocratie non pas comme simple forme politique mais comme force d'excès et de dissensus, qu'en est-il alors de la littérature et des arts ? A quelles conditions peut-on dire qu'ils sont démocratiques, c'est-à-dire qu'ils favorisent la redistribution des espaces et des temps, la disposition nouvelle du visible et de l'invisible, la circulation inédite de la parole et du bruit entre ceux qui parlent, ceux qui ne parlent pas, et ceux qui parlent mal ? Par ailleurs, si ce qui se dévoile par choc sensible ne se livre pas immédiatement à la compréhension, à laquelle aspire l'art critique, comment une telle esthétique du choc sensible, en refusant de refermer l'oeuvre sur un concept qui lui préexisterait, pourrait-elle permettre l'expérience d'un sens commun toujours fracturable, se défaisant et se retissant sans modèle ni scénario préécrit ? Quelle est, en définitive, la puissance proprement politique de ce qui, dans le sensible, résiste au sens et à la forme établis ?
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Introduction
7
Visages de lesthétique chezJacques Rancière et Gilles Deleuze
23
La démocratie dans lhistoire des cultures politiques
55
Rancière entre Deleuze et Derrida
73
Le corps de lémancipation
93
Politique du malentendu
107
le régime esthétique de lart
125
Une maison de pêcheur à Stromboli
152
Notes sur les auteurs
177
Droits d'auteur

Expressions et termes fréquents

Informations bibliographiques