Petite bibliotheque des théatres: Le sabotier, ou, Les huit sols. Le rival par amitié, ou, Frontin Quakre

Couverture
Au bureau [de la Petite bibliotheque des théatres], 1785
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 27 - AGNÈS. — Je vous dis la vérité... J'aime beaucoup toutes mes compagnes, mais je ne ressens pour aucune le sentiment nouveau que •vous m'inspirez. L'AMOUR. — Vous voulez donc bien de moi pour votre amant? AGNÈS. — Oh ! oui... L'AMOUR.
Page iv - Boulevards annonce plus de talent, est plus gai, plus comique que celui que l'on joue à la Comédie Italienne ; celuici est médiocre quant aux situations et au style malgré les quelques corrections que l'auteur ya apportées »2.
Page 8 - Roman , un Roman , Mademoiselle ? Voilà donc à quoi vous vous occupez , à lire des Romans ! Vous ne...
Page 7 - ... un ruban , ou placer une mouche assassine. Le soir, aux genoux d'une prude, il parle consrance er diserérion, en grasseyanr , sous la figure inréressanre d'un Abbé musqué.
Page 20 - II promenade , er je n'ai pu vous voir sans vous adorer. A l'aide de ce cordon , par la...
Page 22 - Er vous aimez mieux lui obéir que de m'obliger , cruelle! URSULE. Ah! que vous connoissez peu mon cocui'....
Page 17 - Je vais donc vous donner à chacune un de ces anneaux. Conservez-les bien precieusemenr : ne les donnez à personne ; empêchez meme qu'on n'y rouche.
Page xiv - JvHoN fils, mon cher fils, voilà ce Temple heureux , où désormais vous allez passe* des jours purs er rranquilles.

Informations bibliographiques