Images de page
PDF
ePub

5000

55000 1(100 5000 5000 5000 5000 2500 5000 7500 5000 5000

500

Néant.

400

400 400 400

500 Néant.

500

500 500 500 500 500 500 500 :>:io 500 500 500 500 500 500 51)0 500 500 .500 .iOO 250 500 500 500 500 50(1 525

[merged small][ocr errors]
[blocks in formation]

— actions de jouissance

Ouest

Midi

Graissessac-Bciiers

Lyon-Genève

Ardenucs, première émission

— deuxième émission

Bcsséges-Alais

Paris-Lyon-Méditerranéc

Uaupliiné

Lyon-Croix-Rousse

Algériens

Guillaume-Luxembourg

Autrichiens

Sud-Autrichiciis-Lombard-Vénitieus.

llusses non libérés

-*■ libérés

Ouest-Suisse

Central-Suisse

Sardes-Victor-Emmanuel

Romains

Tarragonc-Reus

Madrid-Sarag.-Alicantc non libérés..

— libérés

Séville-Xérès-Cadix

Cordoue-Séville

Nord-Espagne

Saragossc-Barcelone

l'aiiipclune-Saragossc

Montblanch-Reus

Portugais

Canalisation. — Actions.

Touagc-Basse-Scine-et-Oisc

Canal maritime de Suez

Transports par terre.—Actions.

500 Omnibus de Paris

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

900
08

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

1275
950

0(0
805
905
007
505
195
505
497
28
327
350
360
350
883
5.3
320
420
810
S10
153
302
375
110
110
330
100
105
512
512
410
410
115
328
318
500
370

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

125 C*. imp. des voit, de Taris, Dicoux et o'

50 ».

Cl 25 1/4000

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

DÉNOMINATION DES VALEURS.

Omnibus de Londres

Omnibus de Lyon.

Ponts et Ports, —actions.

Ports de Marseille ,

Pont d'Avignon

Pont de la Fouillée ,

Pont du Port-Mouton ,

Navigation maritime. — Actions

Compagnie générale. — Bazin, Gat,
et comp

Compagnie générale transatlantique...

Mess. imp. serv. marit. act. anciennes.
— — act nouvelles..

Comp. gén. de navigation mixte

Compagnie phocéenne, Altaras, Cavne
et comp

Comp. mar. de nav. à vapeur. Marc-
Fraissinet et comp

Charbonnages. — Actions.

Grand'Combe

Chazottc

Kpinac

Loire

Mont-Rambert et la Déraudiere

Saint-Etienne

Rive-de- Gier

Carmaux

Roche-la-Molière et Firminy

Ban Lalaverge

■ines métallifères. — Actions.

Mouzalas (cuivre), Boeit et comp

Gar Rouban et Mazis (cuivre)

Kef-Oum-Thcboul

Vieille-Montagne (zinc)

Silésic (.zinc)

Etablissements métallurgiques.

ACTIONS.

Decazeville (Aveyron)

Chatillon et Commentry, Bocgueret,

Martenot et comp

Aciéries de Firminy, F.-F. Verdier

et comp

Allevard, Cbarriére et comp

Pont-Evèque- Vienne

Méditerranée (forges et chantiers de lai.
Forges de la Kranche-Comté, A. Vad-

Tier et comp

Fourchambault, Boignes , Raubocrg

et comp

Hormc

Creusot, Schneider et comp

Marine et chemins de fer, Petin, Gac

Det et comp

Terre-Noire, La Voulte et Bcsségcs.

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][graphic]
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

BULLETIN FINANCIER DE L'ÉTRANGER

Sohaibe. — Le revenu public en Angleterre de l'année 1861. — Situation financière et projets financiers aux États-Unis.— Confessions et propositions de M. de Plener.— Gestion et état financiers du royaume d'Italie.—Écoulement des métaux précieux vers rOrient.

Avec son habituelle promptitude, l'administration anglaise nous a déjà livré le compte de ses revenus publics pour l'année finissant le 31 décembre 1861. On connaît le concours des circonstances défavorables au milieu desquelles s'est écoulée cette année: il était impossible que les recettes publiques ne s'en ressentissent. En voici les chiffres, comparés aux chiffres de l'année précédente:

1860. 1861. Augmentation (+1 on

diminution (—).

1. It. I. rt. 1. 1t.

Douanes 23,032,395 23,774,000 + 741,603

Accises 19,069,000 18,161,000 —908,000

Timbre 8,285,258 8,488,170 + 202,912

Taxes 3,126,000 3,119,000 — 7,000

Impôt du revenu. . . . 12,901,816 9,962,000 —2,939,816

Poste aux lettres. . . . 3,120,000' 3,500,000 + 80,000

Terres de la couronne. . 289.5U8 293,479 +3,911

Divers 1,813,458 1,306,202 —537,256

Ensemble. . 71,967,493 68,003,851 - 3,363,643

Cest, assurément, une diminution bien considérable. Elle ne semble provenir, toutefois, que de causes pour ainsi dire volontaires : l'impôt du revenu a diminué par suite de l'abaissement du taux de cet impôt, et le rendement des accises est tombé par suite de l'abolition du droit sur le papier et des retards dans la rentrée de la redevance sur la drèche; la forte diminution sur le chapitre « divers » ne provient que de ce qu'on y avait fail figurer, l'année précédente, le remboursement espagnol de 500,0001. st. Par contre, les autres chapitres, qui ont pour ainsi dire été abandonnés à eux-mêmes, ont continu/ leur marche ascendante : l'accroissement dans le revenu des douanes, du timbre, de la poste aux lettres, témoigne d'un vif mouvement d'affaires. L'élastiàtê que M. Gladstone aime à attribuer aux revenus publics de l'Angleterre s'est donc vérifiée une fois de plus dans une certaine mesure : le tableau qui précède, permet, en effet, de croire que, sans le trouble apporté, par les affaires d'Amérique surtout,dans le mouvement de production et de consommation, le renoncement du trésor à certains impôts ou parties d'impôts jugés onéreux par l'opinion n'aurait pas sensiblement affecté le total de ses ressources; le vide aurait promptement été comblé par la progression générale des revenus, telle que la font ressortir plusieurs chapitres. On constatera surtout avec une réelle satisfaction l'accroissement qu'a éprouvé le revenu douanier malgré tout ce que le gouvernement semblait avoir entrepris pour le faire diminuer.

C'est le phénomène contraire qu'on constate aux États-Unis : les surélévations du tarif Morill n'ont pu empêcher le revenu douanierde s'amoindrir fortement sous la pression des événements que tout le monde connaît. En établissant, il y a 6-7 mois, son budget de l'exercice 1861-62, M. Chase avait cru encore pouvoir évaluer à 57 millions de dollars le revenu des douanes; d'après le rendement du premier semestre de l'exercice (le premier trimestre a donné 7 millions à peine), M. Chase ne pense plus pouvoir tirer de cette source au delà de 32 millions. Il reconnaît de môme que la vente des terres publiques— l'immigration étant presque nulle durant la guerre — ne fournira pas autant que le budget préventif en avait attendu; l'ensemble des revenus, estimé d'abord à 80 millions de dollars, ne sera probablement que de 35 millions. Le mécompte, quelque fort qu'il paraisse, a en réalité moins d'importance pratique qu'on ne lui en attribuerait de prime abord. Que pèse, en effet, un plus ou moins de 35 ou 40 millions dans un budget dont les dépenses sont hors de toute proportion avec les revenus et en atteignent le décuple presque? Les évaluations du mois de juillet avaient porté les dépenses à.'ilS.u millions dollars; grâce à l'accroissement des forces défensives, militaires et maritimes, M. Chase estime dès aujourd'hui qu'il faudra ajouter des crédits supplémentaires pour le montant de 214 millions. Cela porterait le budget des dépenses pour l'exercice finissant le 30 juin 1862 à 532.5 millions; l'intérêt graduellement croissantde la dette le ferait même monter à 544 millions. On voit l'immense distance qui reste à combler entre les revenus et les dépenses; nous avons signalé ici eu son temps les opérations de crédit par lesquelles M. Chase s'était appliqué à y pourvoir au moment où il n'avait entrevu qu'un déficit de 230 millions.

Sur les emprunts de formes et à titres divers autorisés par le Congrès, le ministre des finances en avait réalisé jusqu'à la date du l" décembre dernier pour 197,242,588 dol., et il lui restait à réaliser la somme de 75,449,675 dol.; les moyens de crédit fourniraient donc en tout une somme de 262,692,263 dol.; d'après les évaluations aujourd'hui réduites, le revenu ordinaire (douanes, terres publiques, etc.) y ajouterait 36.8 millions et l'impôt foncier 20 millions, ce qui mettrait à la disposition du trésor un ensemble de ressources de 330 millions environ. Resterait un nouveau déficit de 214 millions de dollars à combler. C'est naturellement à l'emprunt qu'il faudra encore demander la majeure partie de cette somme. M. Chase ne s'en effraie guère. Il estime que les ÉtatsUnis sont en position d'emprunter à des conditions beaucoup moins onéreuses qu'ils* ne l'ont fait jusqu'ici, et qu'une fois la paix rétablie, ils pourront aisément et promptement se débarrasser du fardeau de la dette publique que la guerre leur aura imposé. Mais tout en demandant au crédit public les moyens de continuer et de terminer la guerre, M. Chase voudrait que les revenus proprement dits fussent également augmentés afin de pouvoir faire face aux dépenses normales et permanentes, telles particulièrementquel'inlérèt et l'amortissement de la dette. A cet effet, il propose notamment :— la confiscation des propriétés appartenant aux rebelles, soit qu'elles se trouvent dans le Nord ou dans le Sud, et l'application de leur rendement au paiement des dettes et ré

« PrécédentContinuer »