Images de page
PDF
ePub

clamations provenant de la guerre; - l'élévation des droits sur le thé vert à 20 cents par livre; sur le café, à 5 c. par livre; sur le sucre brun, à 2 c. 1/2 par livre; sur le sucre terré, à 3 c.; maintien du tarif actuel dans toutes ses autres parties;-une nouvelle répartition de l'impôt foncier, de manière à ce que les 20 millions qu'il doit fournir soient demandés en entier aux États du Nord où la perception est possible; —l'établissement d'une taxe sur les alambics et les liqueurs distillées, sur le tabac, sur les billets de banque, sur les voitures, sur les legs testamentaires, sur les titres de dettes commerciales, sur les contrals de vente et autres objets semblables.

On le voit : l'Amérique du Nord qui se glorifiait, et à juste titre, de ne point connaitre nos impôts, est dans la meilleure voie pour les adopter tous à la fois si la guerre se prolonge. Il est vrai que le gouvernement ne veut pas y croire. M. Chase estime, lui aussi, que la guerre sera terminée dans le cours de l'exercice actuel et que le budget du prochain exercice (1862-63) pourra rentrer dans les limites et les conditions toutes normales. Toutefois, afin d'être prêt à toute éventualité, M. le secrétaire d'État pour les finances vient de soumettre au congrès de Washington son budget de 1862-63, tel qu'il serait dans le cas d'une continuation de la guerre civile. En voici les chiffres bien formidables :

Relations extérieures et frais généraux ......
Intérieur (Iodiens et pensions) ..........
Marine ....................
Guerre ....................
Intérêt de la dette antérieure au 1er juillet 1862..
Rachat de dettes. ...............
Intérêt de la dette à contracter après le 1er juillet 1862 .

23,086,971 dollars.

4,102,963 45,164,994 360,159,987 29,932,697

2,833,364 10,000,000

Total. .... 475,331,246

Ce qui laisserait un déficit de 380 millions à combler au moyen de ressources extraordinaires. Il convient toutefois d'ajouter que dans le revenu, évalué à $5.8 millions, entrerait déjà pour 30 millions de dollars le rendement du nouvel impôt de revenu, s'ajoutant aux 20 millions de l'impôt foncier, également de création récente. De telle sorle, les impôts de guerre auraient à fournir plus de la moitié (50 millions) à ce revenu dit ordinaire de 95.8 millions qui couvrirait la cinquième partie à peine des besoins. Il va de soi que la guerre avec l'Angleterre, aujourd'hui heureusement écartée, n'était point comprise dans ce devis des dépenses. Pour mesurer le chemin que l'Amérique du Nord, sous l'impulsion de la guerre civile, a parcouru à cetégard, il suffira de se rappeler que le budget militaire, qui figure pour 360 millions dans le projet qui précède, n'avait encore demandé en 1860-61 que la modeste allocation de 200,000 dollarse pour équipement et armement de la milice nationale. » Jusqu'à présent, cet entrainement de l'Amérique du Nord vers les gros budgets européens est, au point de vue financier, le résultat le plus palpable que nous ait laissé l'année 1861.

Si elle a ainsi gaté la situation financière là où jadis elle était des plus florissantes, l'année 1861 ne l'a point améliorée en Autriche assurément, 'où déjà elle avait été des plus obérées. L'exposé présenté par M. de Plener, dans les derniers jours de décembre, au Reichsrath de Tienne, a causé de cruelles déceptions aux moins exigeants. Le ministre des finances avait, il y a un an, prédit un déficit de 60 millions de florins pour l'exercice 1861; il avoue aujourd'hui que ce délicit s'est élevé au triple presque. Il est vrai que les recettes des pays hongrois (grâce aux systématiques refus d'impôt dont les Kexécutions » militaires, organisées seulement dans la seconde moitié de l'année, n'ont pu entièrement paralyser l'effet sur les rentrées n'ont donné que 55.810,000 florins, au lieu de 67,470,000 florīns, sur lesquels on avait comptė; ce manque a cependant été pour une petite partie compensé par l'accroissement des recettes dans l'autre partie de l'empire. La diminution totale, comparativement aux évaluations, n'a été que de dix millions de florins. Si le déficit se monte néanmoins à 109.5 millions de florins, la cause en est dans l'immensité des dépenses que l'état militaire continue de causer à l'Autriche. Dans le budget primitif, il avait figuré avec une allocation de cent millions de florins ; les dépenses effectives ont été de 150 millions de florins, soit au delà de 50 p. 100 de toutes les ressources ordinaires. De même et par des raisons analogues, la marine, qui ne devait coûter que 7 1/2 millions de Borins, en a absorbé deux fois autant. Voici de quelle manière le déficit de 105.5 millicos (une somme de 4 millions, complétant les 109 1/2 millions ci-dessus, a été prise sur les disponibilités en caisse) a été couvert :

Rentrées sur l'indemnité lombarde. ...: 21,000,000 florins.
Versements sur l'emprunt-loterie de 1860. .. 12,600,000

l'emprunt-impôt de 1861 ... 26,400,000
Emission d'obligations bypothécaires . .... 22,000,000

- de billets monétaires. ....... 12,000,000 Autres ressources extraordinaires ...... 11,500,000

Si l'on se rappelle quelle a élé l'immensité relative de la dette avant le 20 octobre 1860, où l'Autriche a plus ou moins rompu avec le régime franchement absolutiste, on reconnaitra que la première année du régime quasiconstitutionnel n'a fait que lourdement aggraver encore la situation financière. Il ne parait pas que l'exercice 1862 soit appelé à l'alléger, Le projet de budget de M. de Plener prévoit même pour 1862 un déficit plus fort encore que n'a été celui de l'exercice précédent. Les recettes sont évaluées à 296,699,800 florins, dont :

Impôts directs. ... 105,640,400 florins.

- indirects. .. 176,560,700 Domaines et régales . 7,474,500

Divers .... 6,924,200

tandis que les dépenses s'élèveraient :

Pour l'administration civile à ...

l'armée et la inarine. . ..

la dette (intérêts et amort.). . Divers. ............

99,753,000 florins.
108,470,000
124,537,000 -
21,818,000

soit ensemble à 354,586,000 f1. Le déficit serait donc de 58 millions environ. Mais les chiffres qui précèdent n'embrassent que les dépenses ordinaires. M. de Plener confesse qu'en face des inquiétudes que donne la situation intérieure et extérieure de l'empire, il faut, dès aujourd'hui, ajouter un crédit extraordinaire de 52 1/2 millions pour armée et marine. Le déficit prévu, dans le cas où l'année 1862 s'écoule pour l'Autriche sans commotion ni intérieure ni extérieure, s'élèvera donc tout au delà de 110 millions de florins. Quel sera, même dans cette supposition optimiste, le déficit effectif de l'exercice 1862? A quelle hauteur s'élèverait-il, ou plutôt quelle serait la profondeur de l'abîme où s'enfoncerait le trésor autrichien, si l'année 1862 allait accomplir une partie seulement des menaces qu'elle tient suspendue sur la tête de l'Autriche; si, par exemple, une révolution en Hongrie ou une guerre en Italie allait exiger d'énormes sacrifices extraordinaires ? On n'ose le calculer.

Sans étre, bien s'en faut, aussi obérée que celle de l'Autriche, la situation financière du nouveau royaume d'Italie donne à réfléchir. Le rapport présenté à la fin de décembre au parlement de Turin par M. Bastogi établit pour 4861 les

Recettes ordinaires à ..

- extraordinaires.

457,500,000 fr. Dépenses ordinaires à . . 613,500,000 fr. 8,000,000

extraordinaires 247,000,000

Ensemble ..

463,500,000

Ensemble . .

960,500,000

ce qui laisse un déficit de 495 millions de francs. M. Bastogi compte sur un déficit moindre pour 1862. Il en évalue les recettes ordinaires à 482 millions, et les revenus extraordinaires à 39 millions, ce qui mettrait à la disposition du trésor une somme de 521 millions. Celui-ci aurait, par contre, à pourvoir à une dépense ordinaire de 693 millions et à une dépense extraordinaire de 149 millions, ensemble 842 millions; il se trouverait donc devant une insuffisance de ressources de 321 millions. Les déficits réunis des deux premiers Exercices du royaume d'Italie se monteraient ainsi à 816 millions de francs. La majeure partie en serait couverte par l'emprunt de 500 millions émis l'année dernière et qui n'est pas encore entièrement versé ; le reste serait fourni soit par des moyens de trésorerie, soit par différentes créations, augmentations et extensions d'impôts. M. Bastogi compte notamment obtenir de ce chef les ressources que voici :

Nouvel impôt hypothécaire. ...... 50,000,000 fr.
Surtaxe sur le sel et le tabac. ..... 3,000,000
Extension de l'impôt sur le tabac à

l'Italie méridionale ..... 3,000,000
Taxe sur les voitures ......... 2,500,000

- valeurs mobilières. .... 28.000,000 Impôt sur la propriété ........ 20,000,000 Vente de domaines à Naples . ..... 50,000,000

Pas plus que M. Chase, le ministre des finances ilalien n'y va pas de main morte quand il s'agit de créer ou d'augmenter les impôts. Il y a cette différence pourtant : l'Amérique du Nord, étant presque vierge encore d'impôts, pourrait sans trop d'embarras en supporter quelques nouveaux; en Italie, par contre, il y a dès aujourd'hui des contrées entières, surtout parmi les pays annexés, qui se disent surchargées. Aussi l'adoption des propositions ministérielles par le parlement de Turin paraît-elle moins certaine que l'adhésion du congrès de Washington aux demandes de M. Chase. Des chiffres donnés par M. Bastogi et que nous venons de résumer, il ressort du reste avec toute évidence, qu'en supposant même que tous ces impôts nouveaux, ou augmentés, ou étendus, fussent votés et fournissent le rendement espéré par M. Bastogi, le vide serait loin d'être comblé : on échapperait difficilement à la nécessité d'un nouvel emprunt. Encore ne raisonnons-nous que dans l'hypothèse du maintien de la paix. Qui oserait à Turin, qui y voudrait même la garantir ?

En terme général, on peut dire que l'année 1861 a été très-coûteuse pour les États des deux mondes, la plus coûteuse assurément pour l'Europe parmi toutes les années de paix dont le dix-neuvième siècle ait eu à enregistrer les dépenses. Sur un seul point, toutefois, elle a été moins absorbante que ses devancières : l'écoulement des métaux précieux vers l'Orient a sensiblement diminué. Voici quels seraient, d'après des sources anglaises, les chiffres de ces neuf dernières années :

Or.

Or.

1853. 1854. 1855. 1856. 1857. 1858. 1859. 1860. 1861.

Expédiés de l'Angleterre.

Argent.
880,202 4,710,665
1,174,299 3,132,003

948,274 6,409,889
404,749 12,118,985
269,275 16,795,232
168,305 4,781,923

788,269 14,828,521
1,669,746 8,038,276
781,043 6,586,747

Par les ports de la Méditerrannée.

Argent.
93,528 848,362 1. st.
48,456 1,451,014
243,239 1,524,240

74,039 1,989,916
239,986 3,350,689
165,230 911,043
142,144 1,521,970
763,138 2,764,054
644,934 2,021,060

La diminution sur l'année précédente est générale; mais elle est particulièment forle pour la sortie de l'argent par les ports de la Méditerranée, qui a diminué d'un quart; elle a diminué de 3/16 à la sortie par les ports anglais. C'est une nouvelle confirmation du revirement que nous avons signalé ici il il y a six mois, au sujet des flux et reflux des métaux précieux, et ce fait explique en partie la réapparition et le maintien du métal argent dans notre circulation.

J.-E. HORN.

SOCIÉTÉ D'ÉCONOMIE POLITIQUE

Réunion du 6 janvier 1862.

COMMUNICATIONS : Sur le prince Albert et le roi de Portugal. - Sur la situation écono

mique de l'Italie, par M. Scialoja.-Sur les questions économiques en Allemagne, par 1. Garnier-Pagès : le congrès des économistes à Stuttgard, le papier-monnaie à Vieune, etc. - Sur l'avenir de la production des métaux précieux en Amérique, par 1. Laur.

MM. Michel Chevalier et Wolowski, membres de l'Institut, viceprésidents de la Société, ont successivement présidé cette réunion, à laquelle avaient été invités : M. Garnier-Pagès, ancien membre du gouvernement provisoire ; M. A. Scialoja, ancien ministre à Naples, membre du parlement italien, délégué à Paris pour les négociations du traité de commerce; M. Laureano Figuerola, professeur à l'université de Madrid, député de Barcelone aux Cortès ; M. Kurtz, membre de la Sociéte agricole de Varsovie; M. Laur, ingénieur des mines, — et à laquelle assistaient M. Marin-Darbelles; M. Carlos Calvo, chargé d'affaires du Paraguay; M. Robinot, ancien élève de l'école polytechnique; M. de Franqueville fils, auditeur au conseil d'État; M. le prince A. Galitzin, publiciste, tous récemment admis par le bureau à faire partie de la Société.

Lorsque le moment de rendre l'entretien général est venu, M. Joseph Garnier, secrétaire perpétuel, dit que, conformément à son habitude, la Société doit donner un souvenir à deux hommes haut placés qui viennent de quitter ce monde en y laissant d’universels regrets, et qui ont à quelques égards bien mérité de l'économie politique.

Le premier de ces personnages est le prince Albert, époux de la reine d'Angleterre, justement estimé pour son bon sens, son libéralisme et son amour du progrès. Il a été à la tête des promoteurs de l'Exposition universelle, grande et féconde manifestation qui ne s'est pas accomplie sans peine et sans opposition en Angleterre, et qui eût été impossible en France, si elle n'avait été faite d'abord en Angleterre. M. Joseph Garnier rappelle l'opposition que souleva en France, en 1849, au sein des chambres de commerce, la proposition de M. Buffet, alors ministre du commerce, et celle que rencontra d'abord en Angleterre le projet d'exposition universelle même de la part de certains manufacturiers libre-échangistes. Il rappelle en même temps que ce fut la Ligue du

« PrécédentContinuer »