Images de page
PDF
ePub

Peut-être n'est-il pas honnête à une fille de s'expliquer si librement

(V, 312, Am, méd. I, iv; cf. VIII, 551, Escarb. 1). Ce seroit à moi une espèce de lâcheté, que d'en ouïr dire du mal

(V, 151, D. Juan, III, m). C'est beaucoup de bonté à vous de vouloir ainsi... (VII, 147, Av. III, Ce seroit trop à nous que de nous informer (vir; cf. VII, 171). Du secret que ces mots nous peuvent enfermer (VIII, Psy. 329). Cela est fort vilain à vous, pour un grand seigneur, de prêter la main...

aux sottises de mon mari. Et vous, Madame, pour une grand' Dame, cela n'est ni beau ni honnête à vous, de mettre de la dissepsion dans

un ménage (VIII, 166, Bourg. g. IV, 11; cf. VIII, 154). Quelle audace est-ce là à une coquine de servante de parler de la

sorte? (LX, 304, Mal. im. I, v.) Il faut être fou comme beaucoup d'autres. Cela n'est pas le mieux du

monde à un homme de mon âge; mais qu'y faire ? (IX, 321, Mal, im.

lor intermède.) 8° À marquant des circonstances de temps; à équivalent à lors de, à

dès : Monsieur Fleurant, à ce soir, ou à demain au matin (IX, 405, Mal, im. III, rv).

Remettons à ce soir, à demain, jusqu'à ce soir, jusqu'à demain. Hier au soir (II, 81, Préc. ix et VI, Amph. 885). Avant qu'il soit demain au soir (V, 133, D. Juan, II, v). A ces heures de nuit (VI, 235, Sic. 11). Parbleu si grande joie à l'heure me transporte... (II, Sgan. 482). (Je souhaite) Qu'à l'heure de ma part tu l'ailles appeler (III, Fach. 270).

Sur l'heure, à l'heure même. ... Brillants et parés comme au jour d'une fête (VI, Mélic. 130). Bien à la male-heure est-il venu d'Espagne... (I, Ét. 831). (Une fille et sa femme) A quelque temps de là se trouvant trépassées...

(I, Ét. 1316). Être à temps pour...; A contre-temps. Voy. TEMPS, CONTRE-TEMPS. C'est une vertu rare au siècle d'aujourd'hui (V, Mis. 1168; cf. 1485). (Vous irez) Bouillir dans les enfers à toute éternité (III, Éc. d. f. 737).

A tout jamais, pour ou pendant toute l'éternité. A jamais. Voy. Jamais. Vous êtes environ à votre cinquante-deuxième ou cinquante-troisième année (IV, 21, Mar. f. 1).

Qu'est-ce qu'à mon âge on a de mieux à faire (IX, F. sav. 20). (Ce n'est pas le temps)... d’être prude à vingt ans (V, Mis. 984). Au moins j'ai réparé mes fautes à ce coup (I, Ét. 1834). Voyons si votre diable aura bien le pouvoir De détruire à ce coup un si solide espoir (I, Ét. 2046). Avec elle (avec la fresque) il n'est point de retour à tenter, Et tout au premier coup se doit exécuter (IX, Val-de-Gr. 262). Mais à cette fois, Dieu merci, les choses vont être éclaircies (VI, 580, A chaque fois que.... Voy. Fois.

[G. D. III, vi). J'appréhende au retour cette triste nouvelle... (I, Dép. a. 664). Hier au soir, ce me semble, à votre heureux retour, On me vit témoigner une joie assez tendre (VI, Amph. 886). A toute occasion. Voy. Occasion. Adieu : nous boirons pinte à la première vue (I, Ét, 1168). (De ces gen Dont il faut au salut les baisers essuyer (III, Fách. 45). L'on voit une solitude effroyable aur grands ouvrages (III, 349, Crit, vı).

Aux représentations des grands ouvrages.

Voici bien du trouble et du désordre au contrat que vous venez faire! (VII, 195, Av. V, v.)

A la passation du contrat de mariage que.... La Princ. Étois-tu tantôt au compliment qu'il m'a fait? Mor. Oui, Ma

dame, j'y étois (IV, 184, Pr. d'É. III, 11). T'as été au trépassement d'un chat (V, 104, D. Juan, II, 1). Mélicerte, comédie pastorale héroïque représentée... au « Ballet des

Muses )... (VI, 123, titre). La cabale s'est réveillée aux simples conjectures qu'ils ont pu avoir de

la chose (IV, 392, Tart. 2. Plac.). 9° À pouvant s'expliquer par en présence ou à l'apparition de..., à la

vue ou à l'audition de...; à marquant accompagnement : (Mais allez)... des charmants transports d'une pleine allégresse Saisir à votre aspect le cour de la Princesse (II, D. Garc. 1169). A ce terrible aspect j'ai ramassé mes armes (IV, Pr. d'É. 213). (Je dis) Qu'à cet objet mes sens demeurent interdits (II, D. Garc. 627). (Elle)... demeure surprise à l'éclat de ces lieux (VIII, Psr. 988). On vous entend là au moindre coup d'ail (VIII, 569, Escarb. 11). De combien de frayeurs a-t-on l'âme blessée, Au moindre choc dont on entend parler! (VI, Amph. 557.) N'as-tu point de honte, toi, de demeurer court à si peu de chose? (VIII,

419, Scap. I, 11.) Et je n'ai point connu qu'à ce succès qu'on vante, La Princesse ait fait voir une âme fort contente... (II, D. Garc. 1548). Je demeure immobile à tant de nouveautés (I, Ét. 2014). ... Faire aux nouveautés, dont je suis idolâtre, Figure de savant sur les bancs du théâtre....

(Mis. 793, 795). (Faire du fracas) A tous les beaux endroits qui méritent des has (V, Vos mines et vos cris aux ombres d'indécence (ibidem, 929). Oui, ma bile s'échauffe à toutes ces fadaises (IV, Tart. 553). Pensez-vous... que je puisse durer à ses turlupinades? (III, 313, Crit. 1.) A toutes ces interruptions il regarde Alceste (V, Mis, après le v. 308). Il se retourne devers Isidore, à chaque parole qu'il dit à Dom Pedre

(VI, 250, Sic. vii, jeu de scène). Afin qu'au moindre bruit que l'on fera... je fasse cacher les lumières

(VI, 239, Sic. 11). Que les offenses d'un fils s'évanouissent vite, au moindre mot de repen

tir! (V, 190, D. Juan, V, 1; voy. VI, Amph. 1023.)
Et ce qu'à ces faveurs...
Il témoigne de joie ou bien d'indifférence (I, Dép. a. 29).
Jamais amant n'a fait tant de trouble éclater
Au poulet renvoyé sans se décacheter (II, Éc. d. m. 594).
(Sans)... d'une ardente amour sentir mon cæur atteint
Au plus beau des portraits où lui-même il s'est peint (IV, Tart. 944).
Tu demeures surpris et changes de couleur à ce discours (V, 83, D. Juan,

I, 1; voy. VI, Amph. 1128).
... Vous ne dites mot à ces indignités (I, Dép. a. 1080).
Et cependant jamais, à cet autre message,
Fille ne fut traitée avecque tant d'outrage (I, Dép. a. 599).
Est-ce qu'au simple aveu d'un amoureux transport
Il faut que notre honneur se gendarme si fort ? (IV, Tart. 1323.)
Mais à cette froideur je connois clairement
Que je dois concevoir un autre sentiment (IV, Pr. d'É. 270).

Voyez plus loin, à 10°.
Je ne saurois nier, aux preuves qu'on m'expose,
Que tu ne sois Sosie (VI, Amph, 509).

Ma sæur, que sentez-vous à ce soudain malheur
Où nous voyons Psyché par les Destins plongée? (VIII, Psy. 537.)
Je ne vois pas qu'à ce soudain retour
Ma surprise soit si coupable (VI, Amph. 896).
Et je prétends me faire à tous si bien connoître,
Qu'aux pressantes clartés de ce que je puis être,
Lui-même soit d'accord du sang qui m'a fait naître (VI, Amph. 1683).
De mes plus doux souhaits j'aurois l'âme gênée
A l'effort de votre amitié (VIII, Psy. 455).

La plus douce inclination deviendrait pour mon âme un tourment, en voyant l'effort imposé à votre amitié. Aur menaces du fourbe on doit ne dormir point (IV, T'art. 1699). ... A l'orgueil de ce traitre, De mes ressentiments je n'ai pas été maître (IV, Tart. 1709: note). ... A cette audace étrange, J'ai peine à me tenir (IV, Tart. 1801).

Voyez encore le vers 944 et la note qui s'y rapporte. ... Un scrupule me gêne Aux tendres sentiments que vous me faites voir (VI, Amph. 570).

Relativement aux..., à l'égard des.... Laissons à leurs beaux mots fondre notre rigueur (I, Dép. a. 613). ... Mon cæur, aux brillants d'une telle victoire, Vit de sa liberté s'évanouir la gloire (IV, Pr. d'É. 85: note). Bér. Nous en avons vu (de ces ressemblances) tout le monde s'est trompé.

Arg. Pour moi, j'aurois été trompé à celle-là (IX, 417, Mal. im. III, 1x). On ne se trompe guère à ces sortes de choses (VI, 264, Sic. XI). Croyez qu'il m'a trompé le premier à ce conte I, Ét, 1572). Et que dit le père à tout cela ? (IX, 366, Mal. im. II, v; voy. VI, 530,

G. D. I, vı; VIII, 592, Escarb. vu.) (Une ombre de vertu) qui s'évanouit... Aux rayons du soleil qu'une bourse fait voir (I, Ét. 978).

J'aime que souvent, aux questions qu'on fait, Elle (une femme) sache ignorer les choses qu'elle sait (IX, F. sav. 221). (Je ne puis) ... me rendre l'écho des choses qu'elle dit, Aux encens qu'elle donne à son héros d'esprit (IX, F. sav. 230 : note). On se sent à ces vers, jusques au fond de l'âme, Couler je ne sais quoi qui fait que l'on se pâme (IX, F. sav. 778). ... Ah ! les douces caresses ! Tenez, mon cæur s'émeut à toutes ces tendresses (IX, F. sav. 118). (Comme la girouette) ... qui tourne au premier vent (I, Dép. a. 1267).

A l'approche du premier vent. Une douzaine de gens, qui ... dansent aux chansons qu'elle chante (V1,

201, Past. com, xv). Le théâtre s'ouvre à l'agréable bruit de quantité d'instruments (VII,

381, Am. Magn. Ier intermède).
10° À se rapprochant du sens de d'après, selon, par :

C'est pour me quereller donc, à ce que je voi,
Que vous avez voulu me ramener chez moi? (V, Mis. 455.) Voy. I, Dép.

a. 109; VI, Amph, 1208.
A ce que je puis voir, votre douleur vous quitte (I, Ét. 636). [1179.)
Mais croyez-vous qu'on l'aime, aux choses qu'on peut voir ? (V, Mis.
A ce que je puis remarquer, ce qu'on lui dit ne lui déplaît pas trop

(VI, 551, G. D. II, 11). Il est de Done Ignès, à ce que je connoi (II, D. Garc. 361). Ton nom étoit Sosie, à ce que tu disois ? (VI, Amph. 392 ; voy. I, Ét. 33.) A ce que chacun dit (IX, F. sav. 550). Je vois, seigneur Albert, au trouble de vos yeux,

...

Que vous savez déjà... (I, Dep. a. 839).
À votre mine, et à vos discours, il faut que vous soyez ce Monsieur de

Pourceaugnac (VII, 327, Pourc. III, iv).
Il nous montre à quel air...
Se distinguent à l'ail toutes les passions (IX, Val-de-Gr. 145).

Je vois ma faute aux choses qu'il me dit (Tart. 1567). [II, vini).
Je... reconnois mon sang aux choses que tu viens de faire (VI, 563, G. D.
Un prompt courroux, qui paroît à notre rougeur (II, 63, Préc. iv).
Je vois à la rougeur qui vient de vous saisir
Que ce que je vous dis ne vous fait pas plaisir (VI, Mélic. 321).
C'est un spectre : je le reconnois au marcher (V, 201, D. Juan, V, v).
Veux-tu qu'à leur exemple ici
Nous fassions entre nous un peu de paix aussi? (VI, Amph. 1431.)

Suis-je un sot à ton conte? (I, Ét. 1376.) A son dur procédé l'époux s'est fait connoître (VI, Amph. 1315). Au jugement d'un seul tu l'emportas sur nous; Mais, par le jugement de tous, Une simple mortelle a sur toi l'avantage (VIII, Psy. 135, 136). Suis-je faite d'un air, à votre jugement, Que mon mérite au sien doive céder la place? (VIII, Psy. 239.) C'est un fort méchant plat que toute sa personne, Et qui gâte, à mon goût, tous les repas qu'il donne (V, Mis. 630). Il est assuré, au sentiment des connoisseurs, que Lully n'a jamais rien

fait de plus beau (VI, 601, Gr. Div. roy). Si vous le voulez prendre aux usages du mot, L'alliance est plus grande entre pédant et sot (IX, F. sav. 1299).

Si vous voulez prendre la chose par les usages, vous en tenir aux usages.... A mon serment on m'en peut croire (VI, Amph. 824). Je n'en serai point cru à mon serment (VI, 556, G. D. II, vi). A ces conditions (VI, 272, Sic. xv). A sa fantaisie. Voyez à Fantaisie. Faire à ma tête. Voy. TÊTE.

Ètre à la mode. Voy. Mode. 11° À marquant la manière :

Après avoir fait des révérences à la lurque (VIII, 199, Bourg. ;. V, 111).
Il nous explique à fond, dans ses instructions,
L'union de la grâce et des proportions (IX, Val-de-Gr. 113).
A outrance. Voy. OUTRANCE. · Pris à contre-sens. Voy. CONTRE-SENS.
Vous puez le vin à pleine bouche (VI, 589, G. D. III, VII).
Goûtez à pleins transports ce bonheur éclatant (II, D. Garc. 1058).
Leur miel (de ces mots) dans tous mes sens fait couler à longs traits
Une suavité qu'on ne goûta jamais (IV, Tart. 1439).
(Turban) garni de bougies allumées, à quatre ou cinq rangs (VIII, Bourg.g.

Cér. turque de 1682).
Je suis au poil et à la plume (VIII, 594, Escarb. vir: note).
Si c'étoit une paysanne, vous auriez... toutes vos coudées franches à vous

en faire la justice à bons coups de bâton (V), 515, G. D. I, 1). A visage découvert; A main ouverte; A cæur ouvert. Voy. Visage,

Main, COEUR. Et je crois, à parler à sentiments ouverts, (Que...) (VI, Amph. 142). (Nous pouvons) Murmurer à plainte commune Des cruautés de notre sort (VIII, Psy. 178). A grands traits non tâtés... (IX, Val-de-Gr. 269). Battre un homme à jeu sûr n'est pas d'une belle âme (VI, Amph. 376). 4 pas mesurés. Voy. Pas. A son corps défendant. Voy. Corps. Quand j'aurois volonté de le battre à mourir (I, Ét. 1058).

Au point qu'il en meure, à le faire mourir. — Voy. l'exemple suivant.

Une toux me tourmente à mourir (I, Dép. a. 1519). Cf. l'exemple précédent. ... Laissant voir à nu deux têtes sans cheveux (I, Ét. 1945). Au travers de son masque on voit à plein le traitre (Mis. 125; cf. 1543). A votre ordinaire. Voy. ORDINAIRE. A l'infini. Voy. INFINI. Il n'y a rien à meilleur marché que le bel esprit maintenant (II, 57,

Préc. 1). Je ne saurois les donner à moins. ... Vous en pourrez trouver autre part

à moins (VI, 60, Méd. m. 1. I, v). Et qu'à moins de cela je ne dois point prétendre Qu'on puisse être content (IV, Tart. 1509). À moins d'un songe, on ne peut pas sans doute Excuser ce qu'ici votre bouche me dit (VI, Amph. 914; cf. 916). A moins que de cela, je ne demeurerai point (IV, 176, Pr. d'É. Int. III, 1). Au hasard du succès, sacrifions des soins (I, ÉL. 926).

Au hasard de ce qui pourra arriver, quoi qu'il puisse arriver. Mais voyez la note au vers cité. Messieurs, ne gagnez point de rhumes à plaisir (1, Ét. 1245). Une histoire à plaisir (I, Ét. 943). Tête à tête. Voy. Tête. (Il m'a) Scène à scène averti de ce qui s'alloit faire... (III, Fách. 56).

Scène par scène. A dessein de... (dans le dessein, avec le dessein de...). Voy. Dessein. 12° À entre un nom déterminé et un nom déterminant :

Amants aux cheveux gris... (IX, 589, Interm, nouv. du Mar. force).
Envoierez-vous encor, Monsieur aux blonds cheveux,
Avec des boîtes d'or des billets amoureux ? (II, Éc. d. m. 545.)
Tenture de tapisserie de verdure ou à personnages (V, 305, Am. méd. I, 1).
Pour l'homme aux rubans verts... Et pour l'homme à la veste... (V, 544,

Mis. Billet de Cél.). Homme à bonnes fortunes (I, Ét. 1011).
homme à fort petit cerveau (I, Dép. a. 1471). Faquins à nasardes

(III, Fach. 659).
Je n'aime point céans tous vos gens à latin (IX, F. sav. 609).

Je suis fille à secret (discrète) (1, Dép. a. 341). 13° À joignant un infinitif à un autre verbe, et marquant plus ou moins

fortement (comme dans la plupart des exemples réunis sous 1°, où il est joint à des noms) une idée de mouvement vers..., jus

qu'à..., de direction, de tendance : Ma coutume est de courir à guérir les esprits, avant que de venir au

corps (V, 346, Am. méd. III, vi). Quand la capacité de son esprit se hausse A connoître un pourpoint d'avec un haut-de-chausse (IX, F. sav. 580). A répondre à cela je ne daigne descendre (IX, F. sav. 195).

N'étendre l'effort de votre intelligence Qu'à juger d'une jupe et de l'air d'un mantean (IX, F. sav. 858). Ne poussez point ma mère à vouloir... (IX, F. sav. 1511). L'air dont je vous ai vu lui jeter cette pierre... Me confirme encor mieux à ne point différer Les noces... (III, Éc. d. f. 661). Voy. Confirmer. J'ai une démangeaison naturelle à faire part des contes que je sais (VIII, Et je ne sais pourquoi votre âme ainsi s'emporte, (500, Scap. III, 1). Madame, à me pousser de cette étrange sorte (V, Mis. 990). Pour couper tout chemin à nous rapatrier (I, Dép. a, 1940). La résolution où il vous écrivit hier qu'il étoit... est une prompte voie

à vous faire connoître s'il dit vrai, ou non (IX, 293, Mal im. İ, wv).

Un

« PrécédentContinuer »