Images de page
PDF
ePub

A vouloir sur un caur user de violence? (IX, F. sav. 1538.)
... Il souffre à me voir, ma présence le chasse (IV, Tart. 761).
Et moi, la bonne dupe, à trop croire un vaurien,
Il faut donc qu'aujourd'hui je perde et sens et bien? (1, Et. 629.)

Pour en trop croire, parce que j'en ai trop cru un vaurien.
... Il n'est, à la cour, oreille qu'il ne lasse
A conter sa bravoure et l'éclat de sa race (V, Mis. 85):
L'allégresse du cæur s'augmente à la répandre (III, Éc. d. f. 1177).
La pauvre Françoise est presque sur les dents, à frotter les planchers

(VIII, 103, Bourg. g. III, m). A force de frotter.
Une oreille un peu délicate pâtit furieusement à entendre prononcer ces

mots-là (II, 67, Préc. 1v). Il est vrai que l'on sue à souffrir ses discours (IX, F. sav. 521).

Que puis-je résoudre à voir cet homme mort? (III, Éc. d. f. 1359.) Et nous faisons contre eux, à leur être indulgens (III, Éc. d. f. 1683).

Nous agissons contre leur intérêt en leur étant.... Cf. II, Éc. d. m. 315. Je tremble à l'aborder (I, Dép. a. 836).

A l'idée de l'aborder, ou en l'abordant. — Voyez TREMBLER. 19° À et un infinitif joints à un substantif exprimant la disposition, le

sentiment qui accompagne l'action exprimée par l'infinitif : (Malgré)... vos soins et votre adresse à feindre (D. Garc. 1280, Mis. 1293). J'ai trop de répugnance à coudoyer un mort (I, Ét. 575; voy. RấPUVotre père fait voir une paresse extrême

(GNANCE). A rendre par sa mort tous vos desirs contents (I, Ét. 471). Mais à tant différer je me fais de l'effort (I, ÉC. 1305). (Mon cæur) Ne sent nulle contrainte à faire un libre aveu (IX, F.sav. 130). Cette lenteur à comprendre, cette pesanteur d'imagination... (IX, 354, Mal, im. II, v). Deux âmes en qui l'on ait vu une plus grande conformité de sentiments, qui aient fait éclater, dans le même temps, une résolution à braver les traits de l'Amour, et qui... aient fait paroître une égale facilité à perdre

le nom d'insensibles (IV, 200, Pr. . IV, 1).
J'admire ma simplicité et la foiblesse de mon cæur à douter d'une trahi-
son... (V, 95, D. Juan, I, 11).

La facilité de mon faible cæur à....
... Leur hardiesse à montrer là leur nez (III, Éc. d. f. 1959).
C'est un étrange fait du soin que vous prenez
A me venir toujours jeter mon âge au nez (II, Éc, d. m. 58).

C'est un étrange fait que cet empressement que vous avez, que cet acharne-
ment que vous mettez à....
On goûte une douceur extrême à réduire le cæur d'une jeune beauté

(V, 87, D. Juan, I, 11).
A 's'ôter cette charge (elle) eut beaucoup de plaisir (III, Éc. d. f. 134).
J'aurai certainement grande joie à le voir (III, Éc. d. f. 277).
Mon cæur souffre, à vous voir, une peine incroyable (VI, Amph. 1239).
Il a grand peine à saluer (VI, 510, G. D. I, 11).
Mais je souffre, à vrai dire, une gêne trop forte
A prononcer en face un aveu de la sorte (V, Mis. 1630).
Vous sentez, je crois bien, quelque petite honte
A faire un libre aveu de l'amour qui vous dompte (I, Dép. a. 1070;

voy. HONTE, JOIB, Peine).
... Autant que votre père il montre de tendresse
A confirmer les næuds qui font votre allégresse (I, Dép. a. 1618).

De tendre empressement à.... 20° À joignant un infinitif à un nom et pouvant s'expliquer par qui est

[ocr errors]

de nature à..., propre à..., capable de..., fait pour..., fait de

façon à..., ou par tel que..., suivi d'un mode personnel : ... Il faut qu'un galant soit fait à faire envie (I, Dép. a. 1782). Quand je me crois taillée à pouvoir mériter La gloire de quelque conquête ? (VIII, Psy. 250.)

De façon à pouvoir.... Ses manières sont engageantes, ont je ne sais quel charme à s'insinuer

dans les cæurs (VIII, 131, Bourg. g. III, ix; voy. IV, 182, Pr. d'É.

III, 1; IV, Tart. 264). Mes parents ne sont pas gens assurément à laisser cette mort impunie

(VÍ, 583, G. D. III, vı).
Monsieur n'est pas une personne à faire rire (VII, 249, Pourc. I, 11).

Voy. HOMME à...; FEMME à...; Fille à...; Gens à....
Vos injures n'ont rien à me pouvoir aigrir (IV, Tart. 1867).
... Si de faire rien à vous pouvoir blesser
Il avoit eu la coupable foiblesse... (VI, Amph. 1310).

Voyez encore : II, D. Garc. 455, 1767; I, Dép. a. 988.
Que ne puis-je à mon traître inspirer le souci
D'inventer quelque chose à me tirer d'ici! (III, Fách. 398.)
On y veut des objets à réjouir les yeux (III, Rem. au R. 13).
Je me sens un caur à aimer toute la terre (V, 88, D. Juan, 1, 1).
Et je vois dans son cæur de tendres mouvements
A dompter la fierté des plus durs sentiments (I, Dep. a. 574).
... Tout ce que d'ardeur font paroître les femmes

(sav. 368).
Parfois n'est qu'un beau voile à couvrir d'autres flammes (ibid. 26; cf. F.
Un prétexte à briser les næuds d'un hyménée... (VI, Amph. 1043).
Pour sortir d'une peine à me faire mourir (III, Fách. 94).
(C'est) Un coup assurément à se pendre en public (III, Fach. 309).
Àh! ce m'est un dépit à me désespérer (IV, 201, Pr. d'É. IV, 11).
N'est-ce pas une idée à me désespérer? (VI, Mélic. 350.)
... Des appas à ne lasser jamais (IV, Pr. d'É. 332).
La noire à faire peur (est une brune adorable (V, Mis. 718).
Ce seroit un chapitre à durer jusques au soir (V, 83, D. Juan, I, 1).
Des détours à duper l'adresse des plus fins (III, Éc. d. f. 826).
La peste de ta chute! Empoisonneur au diable,
En eusses-tu fait une à te casser le nez! (V, Mis. 335.)
Un livre à mériter la dernière rigueur (V, Mis. 1503).
Cherchons une maison à vous mettre en repos (I, Ét. 1749).
Me faire un sûr asile à braver ses desseins (II, D. Garc. 527).
C'est une impudence à me mettre en fureur (I, Dép. a. 1675).
Un éclat à briser tout commerce entre nous (II, D. Garc. 58; cf. 747).
Parlant d'un ton de voix à étourdir (VI, 112, Méd. m. I. III, ví, jeu de sc.).
C'est un crime à blesser les hommes et les Dieux (VI, Amph. 1355).
Étoit-ce un vin à faire fête? (VI, Amph. 1541 : note.)
Je vois ici un banquet à faire noces (VIII, 165, Bourg. g. IV, 11).
Des ennuis à ne finir que par la mort (VII, 388, Am. magn. Í, 1).
C'est une trahison à mériter mille souffets (VIII, 128, Bourg. g. III, 1x).
Poussant (sa voix] d'un enthousiasme à faire trembler (VIII, 190, Bourg.
Si tu portes un cæur à sentir le dépit

[g. Cér. t.).
Qui trouble le cæur d'une mère... (VIII, Psy. 144).
Ah! ma sœur, c'est une aventure
A faire perdre la raison (VIII, Psy: 201);

J'y vois un mérite à s'opposer lui-même
A ce que vous voulez de moi (VIII, Psy. 440).
Le corps, cette guenille, est-il d'une importance,
D'un prix à mériter seulement qu'on y pense? (IX, P. sav. 540.)

Cette longue lunette à faire peur aux gens (IX, F. sav. 566).
J'ai des raisons à faire approuver ma conduite (IX, F. sav. 639).

De nature à faire.... (Gens)... pleins d'un ridicule et d'une impertinence A décrier partout l'esprit et la science (IX, F. sav. 1382). Voici une aventure, si vous voulez, à vous défaire des médecins (IX, 413, Mal, im. III, vı).

Comparez le vers 639 des F. sav. (IX, 112) et le vers 440 de Psyché (VIII, 291). Vous êtes à ravir, et votre figure est à peindre (VII, 117, Av. II, v).

Est faite pour qu'on la peigne, est digne d'être peinte. ... Vos yeux n'ont-ils vu qu'elle A pouvoir mériter vos feux? (VIII, Psy. 346). N'ayant ni beauté, ni naissance A pouvoir mériter leur amour et leurs soins... (VIII, Psy. 394). Est-on d'une figure à faire qu'on se raille? N'a-t-on point quelques traits et quelques agréments... A pouvoir dans nos fers jeter quelques amants ? (VIII, Psy. 233, 236.) Et vous pourriez avoir sur l'objet de mes veux Un empire à pouvoir rendre mon sort heureux (I, Dép. a. 526).

Un empire tel, que vous pourriez rendre....
Vous savez que je suis quelque peu d'un métier
A me devoir connoître en un pareil gibier (I, Ét. 974).
Je me vois dans un état à ne plus garder de mesures (II, 396, Éc. d. m.
Lettre d'ISABELLE). Dans un état qui m'autorise à....

Voy. D'Age à... ; D'HUMEUR à...; d'un Air à...; d'une NATURE à....
Un cæur tendre est aimable, et le nom de cruelle
N'est pas un nom à se faire estimer (IV, 139, Pr. do É. Interm. I, 1).

Un nom tel, qu'on se fasse estimer (en le méritant), un nom tel, qu'il vous fasse estimer. C'est un homme entre nous à mener par le nez (IV, Tart. 1594).

Un homme tel, qu'on peut le mener....
Cél. Sous quel astre ton maître a-t-il reçu le jour?
Masc. Sous un astre à jamais ne changer son amour (I, Ét. 153).

Un astre qui le portera à ne jamais changer.... ... Ce sont des sujets à toujours le pleurer (IX, 579, Sonn, à Le Vayer).

Des sujets forçant à toujours....
Je n'ai pas une voix à chanter (IX, 359, Mal. im. II, v).

Telle qu'il la faut pour qu'on chante, faite pour que je chante.
Vous triomphez, ma sæur, et faites une mine
A vous imaginer que cela me chagrine (IX, F. sav. 180 : note).

Une mine montrant que vous allez jusqu'à vous imaginer....
... Hors un gros Plutarque à mettre mes rabats (IX, F. sav. 562).

Bon, commode à y mettre, pour qu'on y mette, pour que j'y mette.... Des gens... qui possèdent des connoissances à se mettre au-dessus de

tous les hommes (VII, 397, Am. magn. I, 11). Les sons merveilleux qu'elle formoit... tenoient tous mes sens dans un

ravissement à ne pouvoir en revenir (IV, 182, Pr. d'É. III, 11). C'est un fait à n'y rien connoître (VI, Amph. 773).

Contes à dormir debout (VI, 530, G. D. I, rv). Abaissement : Ah! Léandre, sortez de cet abaissement (I, Ét. 1469). J'ai une horreur trop invincible pour ces sortes d'abaissements; et si

jamais j'étois capable d'y descendre... (IV, 168, Pr. d'É. II, 1). Abaisser : (Sganarelle) abaissant sa voix... (VI, 57, Méd. m. l. I, v, jeu de sc.).

Il y auroit plaisir d'abaisser son orgueil (IV, 173, Pr. d'E. II, iv).

Nul emploi ne l'abaisse (le Roi), aucune action ne le défigure, il est tou

jours lui-même (VI, doo, Gr. Div. ror.). Et des grands conquérants les sublimes pensées Sont aux civilités avec peine abaissées (II, D. Garc. 981). Et s'appuyant toujours sur des hauts sentiments, Ne s'abaisse jamais à des déguisements (II, D. Garc, 987). ... S'abaisser ainsi jusqu'à trahir son âme (V, Mis. 26). Voir une personne de votre qualité s'abaisser pour moi à ce que vous

faites (VIII, 199, Bourg. &. III, vi: note). Abandon : Il leur est dur de voir déserter les galants ;

Dans un tel abandon... (IV, Tart. 133).

Tu laisses aller tes affaires à l'abandon (IX, 321, Mal. im. Ie interm.). Abandonnement : Dans l'abandonnement où, faute de vous rencontrer, je

me suis trouvée avec elle (VIII, 508, Scap. III, VII). Abandonner, s'abandonner. Voy. Abandonner la Vie, la Place.

Abandonnée de tous les autres médecins (VI, 52, Méd, m. l. I, 1v).
Et son triste mérite, abandonné de tous... (V, Mis. 859).
C'est... une ingrate.... Je l'abandonne (V, 310, Am. med. I, in).
Ces fonds officieux (des tableaux) qu'avec art on se donne,
Qui reçoivent si bien ce qu'on leur abandonne (IX, Val-de-Gr. 176).
Abandonnez-moi seulement votre main, et souffrez que par mille baisers

je lui exprime... (V, 120, D. Juan, II, 11). (Des mots) Que mutuellement nous nous abandonnons (IX, F. sav. 904). Je leur abandonne de bon cæur mes ouvrages,... mes paroles,... ma façon

de réciter, pour en faire et dire tout ce qu'il leur plaira (III, 429,

Impr. v). L'ingrate' m'abandonne à mon jaloux transport (I, Dép. 2. 1915). Nous la renoncerons pour notre sang, et l'abandonnerons à votre colère

(VI, 559, G. D. II, yır). Voy. à CONSTITUTION (mauvaise). (Cet amant...) Souhaite qu'à lui seul votre cæur s'abandonne (VI, Amph. Aussi n'aurois-je pas

(594). Abandonné mon ceur à suivre ses appas (II, Éc. d. m. 558). ... C'est ce qui m'y fait abandonner mon caur (à cette passion) (IV, Tart. Sa familiarité jusque-là s'abandonne (I, Ét. 1380).

(952). S'abandonne, se laisse aller. Comme aux tentations s'abandonne votre âme! (IV, Tart. 1545.) Voy.

à Passion, PEUR, DÉSESPOIR, IMPRESSIONS. Il n'y a point d'extrémité où je ne m'abandonne pour vous disputer sa

conquête (VII, 165, Av. IV, 111). Voy. à LIBERTÉS. dvotre foi mon âme est toute abandonnée (V, Mis. 1418). Voy. à CONDUITE. Vous-même à ses hauteurs vous vous abandonnez, Et vous faites mener en bête par le nez (IX, F. sav. 681). C'est avec toutes les répugnances du monde que je m'abandonne à cet

hyménée (VII, 452, Am, magn. IV, iv). Abandonnée : (Je)... ne veux point brûler pour une abandonnée (I, Ét. 1008).

Pour une femme dépravée. Abattre : Fuir devant un sanglier, ayant de quoi l'abattre (IV, Pr. d'É. 218).

Voy. REMPARTS. ... Sans leur dire gare elle (la mort) abat les humains (I, Ét. 539).

Un tel songe m'abat (I, Dép. a. 1635). Voy. à CONSTANCE. (La plus rare vertu) Qui puisse faire éclat sous un sort abattu (I, Ét. 1038).

Qui puisse briller dans le malheur. Abhorrer : Sauvez-moi du tourment d'être à ce que j'abhorre (IV, Tart. 1190).

Voy. II, D. Garc. 141; II, Éc, d. m. 263. ... Après cet éclat qu'un noble caur abhorre (V, Mis, 1767).

Abime : Quels maux peuvent, ô Ciel, égaler mes ennuis!

Et s'est-on jamais vu dans l'abime où je suis! (III, Éc. d. f. 1915.) Abimer, s'abîmer : Le tonnerre tombe... sur Dom Juan; la terre s'ouvre et

l'abime (V, 203, D. Juan, V, vi, jeu de scène). Et sachant dans quels maux mon cæur s'est abimé (IV, Pr. d'É. 47). Abois : Ouf! Cette idée est capable

De me réduire aux abois (IV, 161, Pr. d'é. Interm. II, 1). Abominable : Voilà, je vous l'avoue, un abominable homme! (IV, Tart. 1529.)

Il court parmi le monde un livre abominable (V, Mis. 1501). Abomination : (Cette pièce) est... pleine d'abominations (IV, 373, Tart. Préf.). ... Les désordres criminels de la vie que j'ai menée. J'en repasse dans mon

esprit toutes les abominations (V, 190, D. Juan, V, 1; cf. V, 195). Abondance : Vous savez que de bien il n'a pas l'abondance (IX, F. sav. 403). Abondant : Le testament d'un oncle abondant en richesses (I, Dép. a. 375).

Voy. le Lexique du Corneille.
Abonder : Tout ce qu'il vous débite en grimaces abonde (V, Mis. 589).
En beaux raisonnements vous abondez toujours (V,

is. 1571). Abord : Mon abord en ces lieux la trouve mariée (II, Sgan. 582).

A mon arrivée ici je la trouve mariée.
Un bruit assez confus, dont le zèle indiscret
A de l'abord du Comte éventé le secret (II, D. Garc. 1107).

De l'arrivée. Voy. le vers 1109.
Nous allons régaler, mon père, votre abord
D'un incident tout frais (IV, Tart. 1055).
C'est avec droit que mon abord vous chasse (VI, Amph. 1348).
En ce moment sans doute elle ne m'attend pas,
Et mon abord la va surprendre (VI, Amph. 846).

Mon abord encore : II, D. Garc. 823; 966, note; IV, Tart. 1721.
Monsieur, un tel abord vous interrompt peut-être ? (II, Éc. d. m. 283.)
(Ce causeur) Dont l'abord importun troubleroit la douceur
Que nos amants goûtent ensemble (VI, Amph. 263).
Je vois assez, Monsieur, ce que vous pouvez être,
Et votre seul abord le peut faire connoître (III, Fách. 640).

Elle-même a pris soin
Que votre abord fût libre et n'eût aucun témoin (II, D. Garc. 1171).

Que votre entrevue..., que vous pussiez librement l'aborder, lui parler.
Je veux vous dire... le sujet qui m'a fait ce matin éviter votre abord

(VIII, 134, Bourg. g. III, »). (L'ingrate)... rejette de moi message, écrit, abord! (I, Dép. a. 1216.) Scap. Préparez-vous à soutenir avec fermeté l'abord de votre père....

Ост. Cet abord me fait trembler par avance.... Scap. Il faut... pa

roître ferme au premier choc (VIII, 423, Scap. I, 111).
Cet abord ne me permet plus de douter (V, 95, D. Juan, I, m).

Cet accueil.
Abord (à l'), dans l'abord, dès le premier abord, dès l'abord :

Il n'est guère de cæurs qui puissent échapper
Aux traits dont à l'abord vous savez les frapper (I, Ét. 1898).
Il m'a fait à l'abord cent questions frivoles (III, Fach. 47).
Elle m'a dans l'abord servi de bonne sorte;
Mais depuis quatre jours la pauvre femme est morte (III, Éc. d. f. 972).

Dans l'abord agissons doucement (II, D. Garc. 510).

Rejetant mes veux dès le premier abord... (V, Mis. 1303).
Dès l'abord mon esprit a compris tout le fait (1, Et. 1349).

...

« PrécédentContinuer »