Images de page
PDF
ePub

avons de nos amis qui me font craindre leur exemple (VIII, 560,

Escarb. 1).
Sans craindre de la suite un désordre puissant (I, Dép. a. 923).

Le sens parait être : sans craindre que la suite (de cet hyménée furtif) n'amène

un puissant désordre. Crainte : Peut-être verrez-vous votre crainte déçue (IX, F. sav. 1422).

De crainte qu'on ne nous voye ensemble, retirons-nous d'ici... (VI, 96,

Méd. m. l. II, v).
Et regardez partout de crainte de surprise (IV, Tart. 1390).
... Je pense que ce n'est rien;
Crainte pourtant de sinistre aventure,

Allons chez nous achever l'entretien (VI, Amph. 267).
Crasse : Une humeur crasse et féculente (VII, 275, Pourc. I, vir: note).

Voy. FULIGINES.
Crayon : Ce n'est ici qu'un simple crayon, un petit impromptu (V, 293,

Am, méd. Au lecteur).
Créance : Vous voyez qu'en ce fait la plus forte apparence

Peul jeter dans l'esprit une fausse créance (II, Sgan. 655). Voy. ARRACHER,
Si de cette créance il (votre esprit) peut s'être fatté (V, Mis. 1726).
Leur rapport doit au mien donner toute créance (I, Dep. a. 1101).
Quantité de choses auxquelles je ne donne guère plus de créance que

vous (VII, 444, Am, magn. III, 1).
Non : vous avez raison, et la chose à chacun
Hors de créance doit paroître (VI, Amph. 772),
Et tâchez, comme en vous il prend grande créance,

De le dissuader de cette autre alliance (III, Éc, d. f. 1644).
Créancier : C'est une fort mauvaise politique que de se faire celer aux

créanciers (V, 165, D. Juan, IV, 1). Créature : J'aurai le plaisir de voir des créatures qui seront sorties de moi Et je n'ai pu vous voir, parfaite créature,

[(IV, 23, Mar. f. 1). Sans admirer en vous l'auteur de la nature (IV, Tart. 941). La pauvre créature en est devenue jaune comme un coing (VI, 72, Med. C'est fait de moi, chétive créature! (VI, Amph. 283.). (m. 1. II, 1). La Comt. C'est une fille de ma mère nourrice que j'ai mise à la cham

bre.... Julir. Cela est d'une belle âme, Madame, et il est glorieux de

faire ainsi des créatures (VIII, 564, Escarb. ). Crédit : Le mérite de mes services et le crédit de mes amis (V, 195,

D. Juan, IV, iv; voy. II, D. Garc. 196; V, Mis. 1533). (Ces gens qui)... veulent acheter crédit et dignités À prix de faux clins d'yeux et d'élans affectés (IV, Tart, 367). Si de vos sentiments la prompte déférence (Veut)... de tous vos soupçons démentir le crédit (UI, D. Garc. 1362).

Si sur vous je puis avoir crédit, Si vous êtes sensible aux prières d'un frère... (I, Dép. a. 566). Sur l'esprit de Tartuffe elle a quelque crédit (IÙ, Tart. 835; cf. 1072). Sur la tentation ai-je quelque crédit? (I, Dép. a. 1535.)

Que sans hésiter tout votre cæur s'explique : C'est au déguisement donner trop de crédit (II, D. Garc. 1014). Des gens à qui l'on peut donner quelque crédit (II, Éc. d. m. 409). Il en est, et plusieurs, que pour le bel esprit Le mauvais goût du siècle a su mettre en crédit (IX, P. sav. 1256). Ce que votre partie ose vous imputer N'a point eu le crédit de vous faire arrêter (V, Mis. 1528). Ils ne laissent pas pour cela d'être en crédit parmi les gens (V, 194, D. Juan, (Je veux)... voir si ce n'est point une vaine chimère

(V, 11).

[ocr errors]

faits

Qui sur ses sens troublés ait su prendre crédit (VI, Amph. 1486).
Pour le faire venir vous avez tout crédit (IX, F. sav. 931).
Mais les gens de mon air, Marquis, ne sont pas

(956). Pour aimer à crédit, et faire tous les frais (V, Mis. 816; cf. VIII, Psy. (C'est)... se rendre, après tout, misérable à crédit (I, Dép, a. 127).

Inutilement. Crédule : Vous êtes un peu trop crédule d'ajouter foi si promptement à ce

qu'il vous a dit (IV, 203, Pr. d'É. IV, iv). Les diseurs d'horoscope... profitent de la vanité et de l'ambition des

crédules esprits (V, 338, Am, méd. III, 1). Crédulité : En une autre saison cette naïveté

Dont vous accompagnez votre crédulité,

Anselme, me seroit un charmant badinage (1, Ét. 606). Crêpe : Je suis parti, les cieux d'un noir crêpe voilés... (VI, Amph. 718). Creux: Ma foi! si vous songez à nourrir votre esprit,

C'est de viande bien creuse à ce que chacun dit (IX, F. sav. 550). Crever : Les saletés y crèvent les yeux (dans cette pièce) (III, 325, Crit, 11).

Moi, je les vois si bien (ces exemples) qu'ils me crèvent les yeux (IX, .

sav. 1292). Je crèverois plutôt que d'avouer ce que tu dis (IV, 33, Mar. f. rv) ... J'en crève d'ennuis (II, Sgan. 188).—Je crève de dépit (II, 114, Préc. xv).

Que puisse l'envie en crever de dépit ! (IV, Tart. 1184.) ... Ah ! je crève, j'enragc (III, Éc. d. f. 1000; cf. 327).

Je sens là dedans qu'il faudra que je crève, Si de mon triste sort la disgrâce s'achève (III, Éc. d. f. 1024). Mais je suis trop barbon pour oser soupirer, Et je ferois crever de rire (VI, Amph. 658). Monsieur, eur, je crèverai, ai, si je ne ris (VIII, 101, Bourg. g. III, 11). Une grande marque que... vous avez un corps parfaitement bien com

posé, c'est... que vous n'êtes point crevé de toutes les médecines qu'on vous a fait prendre (IX, 395, Mal. im. III, : note).

Que votre corps ne s'est pas encore rompu par l'effet de... Est-ce que vous avez envie de faire crever tout le monde ? et Monsieur

a-t-il invité des gens pour les assassiner à force de mangeaille ? (VII,

128, Av. III, 1.) Souvenez-vous de l'homme que vous fites crever ces jours passés (V,

326, Am, méd. II, rv). Je me vengerois... quand il sera malade, je le laisserois mourir sans

secours... et je lui dirois : « Crève, crève! cela t'apprendra une autre

fois à te jouer à la Faculté » (IX, 403, Mal. im. III, 111). (II, III). J'aime mieux te voir crevée que de te voir à un autre (V, 123, D. Juan, Ou la malade crèvera, ou bien elle sera à vous (VI, 96, Méd. m. l. II. v;

voy. VII, 262, 289, Pourc. I, v et II, 11). Cri : Oui, si je n'étois plus de tes cris rebattu,

Et qu'on te vît changer d'humeur et de méthode (VI, Amph. 679).
Comment, bourreau, tu fais des cris ? (VI, Amph. 366.)

Vos mines et vos cris aux ombres d'indécence (V, Mis. 929).
Criaillerie : Délivrez-moi, Monsieur, de la criaillerie (IV, Tart. 1897).
Crier : L'on ne vient point crier de dessus un théâtre ce qui se doit dire en

particulier (VIII, 593, Escarb, vııı). Et criez sans aucune pause, D'un ton rien moins que naturel : « Monsieur l'huissier, pour le marquis un tel » (III, Rem. au R. 47). Crions nos deux noms à l'huissier (III, 410, Impr. 11).

(Je devois) Faire au larron d'honneur crier le voisinage (11, Sgar. 358).

Voy. Crier VENGEANCE. Eux ces philosophes)... qui crioient sans cesse après les vices de leur

siècle (IV, 380, Tarı. Préf.). Je saurai déchainer contre... (mes ennemis) des zélés indiscrets, qui...

crieront en public contre eux (V, 195, D. Juan, V, n). Ils font crier en public des zélés indiscrets, qui me disent des injures

pieusement (IV, 374, Tart, Préf.).
Crier quelqu'un, faire des reproches à quelqu'un :

Tu ne me diras plus, toi qui toujours me cries,
Que je gâte en brouillon toutes les fourberies (I, Él. 839).

Pourquoi me criez-vous ? (III, Éc. d. f. 1506.)
Crime : ... Et me donnez moyen de vous aimer sans crime (IX, P.ser, 196).

Elle n'a point de part au crime que je fais (VI, Mélic. 314).
On ne peut faire rien qu'on ne fasse des crimes (IV, Tart. 50).
Mais aux ombres du crime on prête aisément foi (V, Mis. 907; cf. 905).
Et pour sauver l'honneur de ses foibles appas
Elle attache du crime au pouvoir qu'ils n'ont pas (V, Mis. 864).

Ce Monsieur Trissotin dont on nous fait un crime... (IX, F. sav. 631). Criminel : Les gestes même (dans cette pièce... sont criminels (IV,374, Tart. ... Du plus innocent, toujours à leur profit

[Préf.). La bourse est criminelle et paye son délit (I, Ét. 1674). C'est être criminelle que d'avoir du mérite (UI, 421, Impr. v). (Votre choix est tel) Qu'à vous rien reprocher je serois criminel (II, Sgan. « Condamnée! » Ah! ce mot est choquant, et n'est fait

(500). Que pour les criminels (IX, F. sav. 1700). Crincrins : ... Ce sont des masques Qui portent des crincrins et des tambours de Basques (III, Fách. 824).

Il s'agit probablement, non de violons, mais d'une sorte de jouet bruyant,

aussi appelé grenouille. Voy. la note au vers cité et le supplémene du Littré. Criquet : Nom du laquais de la comtesse d'Escarbagnas.

Voy. la dote a de la page 550 du tome VIII.
Critique, adj. et subst. : Ces gens, avant l'hymen si fâcheux et critiques,

Dégénèrent souvent en maris pacifiques (i, Dép. a. 1789).
Quoi? je souffrirai, moi, qu'un cagot de critique
Vienne usurper céans un pouvoir tyrannique ? (IV, Tarl. 45.)

Il contrôle tout, ce critique zélé (IV, Tart. 51).
La Critique de l'École des femmes, comédie (III, 311, titre).
Que vous êtes, Madame, une rude joueuse en critique ! (III, 322, Crit, m.)

En l'opposant (le nom du Grand Condé) à la critique des ennemis d'une

comédie (VI, 354, Amph. Ép.). Je prétends ne faire aucune réponse à toutes leurs critiques et leurs contre

critiques (III, 429, Impr. v). Croc : C'est ce qui fait que je veux pendre l'épée au croc (II, 102, Préc. x1). Les Bateliers, ravis de la récompense qu'ils ont reçue, dansent avec leurs

crocs et se jouent ensemble (VI, 607, Gr. Div, roy.). Crocheteur : Je ferois plus d'état du fils d'un crocheteur qui seroit honnête

homme, que du fils d'un monarque qui... (V, 177, D. Juan, IV, rv). Crocodile : M'oses-tu bien encor parler, femelle inique, Crocodile trompeur... (I, Dep. a. 331).

(vi). Ah! crocodile, qui flatie les gens pour les étrangler (VI, 582, 6, D. TÍ, Croire : Un hérétique, qui ne croit ni Ciel, ni Enfer, ni loup-garou... et traite de billevesées tout ce que nous croyons (V, 82, 83, D. Juan, I, 1;

voy, encore V, 90, 139, 143, 161 et 199). Il ne croit qu'en deux et deux sont quatre, et en quatre et quatre sont

huit (V, 145, D. Juan, III, 11). Vous ne croyez pas au séné, ni à la casse, ni au vin émétique ? ... Est-il

possible que vous ne croyiez point du tout au Ciel ? (V, 136, 139, D.

Juan, III, 1.) Arg. Vous ne croyez donc point à la médecine ? Bér. Non... et je ne vois

pas que, pour son salut, il soit nécessaire d'y croire (IX, 396, Mal.

im. III, 11). De belles imaginations, que nous venons à croire, parce qu'elles nous

flattent... Ces beaux songes qui ne vous laissent au réveil que le

déplaisir de les avoir crus (IX, 400, Mal, im. III, 1). ... Eầt-on pu croire cette nouvelle ? (V, Mis. 1929.) Voy. APPARENCES. Ah! c'est trop promptement qu'il croit mon innocence; Il n'en a pas encore une entière assurance (II, D. Garc. 1116; cf. 1361). On soupçonne aisément un sort tout plein de gloire, Et l'on veut en jouir avant que de le croire (Tart. 146a; cf. D. Garc. 60). Puisqu'on ne veut point croire à tout ce qu'on peut dire... (Tart, 1514). Et je l'ai mis au point de voir tout sans rien croire (ibidem, 1526). ... Si l'on peut croire à ce qu'il vient de dire (VI, Amph, 1868). A qui croire des deux ? (V, 327, Am. méd. II, v.). Allez, ne croyez point à Monsieur votre père : (Il raille) (IV, Tart. 469). ... Ho! ho! qui des deux croire? (I, Bl. 179.) Si celui-là me trompe, je ne croirai de ma vie aucun homme (IX, 293,

Mal. im. I, iv; cf. I, Dép, a. 74).
Tu me dis qu'il a épousé ta maitresse: crois qu'il auroit plus fait

pour
sa passion (V, 83, D. Juan, I, 1; voy. I, Dép, a. 1326).
Écoute, ne crois pas retenir mon bijou (II, Sgan. 179).
Le trait que j'ai bien cru que tu m'avois joué (I, Dép. a. 956).
Tout ce qu'il croit servir à son ressentiment (i, Dép. a. 590).
Triss. J'ai cru jusques ici que c'étoit l'ignorance
Qui faisoit les grands sots, et non pas la science.
Clit. Vous avez cru fort mal, et... (IX, F. sav. 1993 et 1295).
Tous ces transports, toute cette tendresse,
Comme vous croyez bien, ne me déplaisoient pas (VI, Amph, 1013).
Vous sentez, je crois bien, quelque petite honte....
Vous n'avez pas été sans doute la première,
Et vous ne serez pas, que je crois, la dernière (I, Dép. a. 1069 et 1078).
... Vous devez, que je croi,
En savoir un peu plus de nouvelles que moi (I, Dép. a. 1087).

Que je crois, encore : III, Éc. d. f. 129, 1686; IV, Tart. 311; VI, 510, G. D.
1, 11; VIII, 487, Scap. III, 1. Voy. l'Introd. gram., aux PRONOMS AKLATIFS.
Je puis croire ces mots un artifice honnête (Pour m'obliger à...) (IV, Tart.
Ne la croiroit-on pas une femme de bien ? (II, Sgan. 208.) (1445).
... Je m'esforcerai, moi, de vous croire telle (V, Mis. 1390).
Et l'on ne donne emploi, charge ni bénéfice
Qu'à tout ce qu'il se croit on ne fasse injustice (V, Mis. 622).
LYCARCIS, ... cru père de Myrtil (VI, 150, Mélic. Personnages ; voy, la

liste des personnages de D. Garcie et de l'Étourdi).
Tel est cru défunt qui n'en a que la mine (I, Ét. 514).

Hé quoi ! vous fais-je peur ?
Masc. Je ne crois pas cela de votre courtoisie (1, Dép. a. 241).

J'ai de votre courtoisie une tout autre idée (que celle que supposerait une pareille peur), j'ai, pour avoir peur de vous, une bien trop bonne idée de votre

courtoisie. Qui l'auroit jamais cru de ce petit pendart? (VI, Mélic, 526.)

...

ÉR.

Ceci me fait voir ce que je dois croire de vous (VIII, 590, Escarb. vm). C'est... un homme qui croit à ses règles plus qu'à toutes les démonstra

tions des mathématiques, et qui croiroit du crime à les vouloir examiner

(IX, 398, Mal. im. III, in : note a). Qui verrait du crime à.... Et cent devoirs font moins que ces ajustements Qui font croire en deux ceurs les mêmes sentiments (II, D. Garc. 1191). Lui voulez-vous donner à croire que c'est moi? (II, Éc. d. m. 482.) (Ils ne manquent jamais) D'en semer la nouvelle... Et d'y donner le tour qu'ils veulent qu'on y croie (IV, Tart. 110).

Lorsqu'à ses væux on croit le plus d'obstacle... (I, Ét. 2019). Et je sais, pour son cœur, tout ce que j'en dois croire... (I, Dép. a. 560). Clym. Chère Philis, dis-moi, que crois-tu de l'amour? Phil. Toi-même, qu'en crois-tu...? (IV, 207, Pr. d' É. Interm. V.) Contentez nos desirs, quoi qu'on en puisse croire (VI, Mélic. 267).

Sans vous inquiéter de ce que les gens en penseront.
Et lorsque tout le monde encor ne sait qu'en croire... (Dép, a, 1909)
Dieu sait ce que d'abord tout le monde en croiroit! (I9, Tart, 1911.)
Pour que l'on me trompât, cela se pourroit bien;

Pourtant je n'en crois rien (I, Dép. a. 16).
Quoi ? Le foible intérêt de ce qu'on pourra croire
D'une bonne action empêchera la gloire ? (IV, Tart. 1995.)

L'intérêt de l'opinion (à se concilier), le souci de l'opinion.
A peine en puis-je croire au rapport de mes yeux (I, Dép. a. 1692).
A mon serment on m'en peut croire (VI, Amph. 824).
Je n'en serai pas cru à mon serment (VI, 556, G. D. II, vi).
Si vous m'en croyez, nous leur jouerons tous deux une pièce... (II, 57,
... Si vous en croyez tout le monde savant,

(Préc. 1). L'esprit doit sur le corps prendre le pas devant (IX, F. sav. 545). ORG. La chose est-elle incroyable ? Dor. A tel point Que vous-même, Monsieur, je ne vous en crois point (IV, Tart. 464). Il en faut plutôt croire les lumières de leur prudence que l'aveuglement

de notre passion (VII, 59, Av. I, 11). (Et pour accepter l'emploi.) J'en veux croire vos lumières (VI, Amph, 135). Enfin, si maintenant ma prudence en est crue, Ne nous obstinons point... (I, Dép. a. 1565).

... J'y pouvois un jour, sans trop croire de moi, (Prétendre) (I, É1, 1713). Croire (se), agir à son idée : Te croiras-tu toujours...? (I, Dép. a. 927: Dote.)

... Non, s'il vous plaît, il faut que je me croie (IV, Tart. 1049). Croiser. Voy. BRAS.

[Sgan. 75). Croitre : (Le lierre) Qui croît beau tant qu'à l'arbre il se tient bien serré (LI,

Oh! comme les enfants croissent en peu d'années! (III, Éc. d. f. 256.)
Aurois-je deviné quand je l'ai vu petit
Qu'il croitroit pour cela? (III, Éc. d. f. 406.)
(La bouillie) Qui par un trop grand feu s'enfle, croit jusqu'aux bords (1,
Chrys. Notre sæur est folle, oui. Aris. Cela croit tous les jours (IX, F.

sav. 397). Voy. Croître et EMBELLIR. Croix : Et trois :

Quand nous serons à dix, nous ferons une croix (I, Ér. 442: note). Croix, pièce de monnaie marquée d'une croix : Tu n'as seulement qu'à

donner ta main, avec la croix dedans (IV, 53, Mar. f. vı : note). Croix de par Dieu : C'est un homme qui sait la médecine à fond, comme

je sais ma croix de par Dieu (VII, 262, Pourc. I, v : note). Croquant : Un pain... croquant tendrement sous la dent (VIII, 158, Bourg.8 Croquignole : (Choisissez) D'avoir trente croquignoles

(IV, 1).

[ÉC. 1505).

Dous

« PrécédentContinuer »