Images de page
PDF
ePub

Et mes pas en ce lieu, s'il faut que je le die,
Ne croyoient pas trouver si bonne compagnie (II, D. Garc. 968).
Ah! souffrez que je die.... (I, Dép, a. 1730).
Il faut que je vous die un impromptu que je fis hier (II, 84, Préc. 1x).
Veux-tu que je te die? une atteinte secrette... (I, Dép. a. 1).
Que veux-tu que je die? Une telle aventure... (I, Dep. a. 1081).

On voit que dise eût pu tout aussi bien que die entrer dans ces deux vers. Voulez-vous que je vous die? Si j'avois été en votre place... (III, 426

Impr. v). Sur le « quoi qu'on die » de Cotin-Trissotin dans les F. sav., voy. tome IX, p. 127, note 1.

Ne m'en dédites pas (IV, Tart. 1031). Une nouvelle (comédie) que je serai bien aise que nous vogions ensemble

(II, 91, Préc. ix : note). Ici voyions est la forme de l'édition originale. Mais c'est l'écriture voyez au lieu de voyiez au subjonctif qui a été employée dans les plus anciens textes du Bourg. g. (acte II, sc. I, t. VIII. p. 69 et 71 : cf. la note i de la p. 69).

Il a été remarquét. VII, p. 66, note 7, que l'omission de l'i au subjonctif, après des ll mouillées, et surtout après un autre i, est fréquente dans les anciennes impressions. Il est ainsi bien possible que, t. VII, p. 66 (Avare, I, m), « Je dis que vous fouillez bien partout » ait été écrit au lieu de « Je dis que vous fouilliez... ». Même t. VII, p. 80, n. 5 ( Avare, I, 1v), il est dit que l'éd. originale et plusieurs anciennes portent « Je veux que vous vous mariez » au lieu de « Je veux que vous vous mariiez », et, p. 268, n. 4 (Pourc. I, vi), que l'éd. originale et d'autres anciennes portent « Je n'entends pas que vous fassiez de la dépense, et que vous envoyez rien acheter pour moi ». On trouve encore : « Sans que nous essayons » (II, D. Garc. 749, dans l'éd. première de 1682) et « Est-il possible que vous ne croyez point du tout au Ciel?» (V, 139, D. Juan,

III, 1, dans les éd. anciennes.)
Masc. Non, Monsieur, je raillois. ÉR. Ah! vous raillez, infâme!
Masc. Non, je ne raillois point (I, Dép. a. 278).

(cité. Raillez a probablement été écrit au lieu de railliez : voyez la note au vers L'éclat n'en rejallit sur vous qu'à votre déshonneur (V, 176, D. Juan,

IV, iv, texte de l'éd. de 1682). Voyez au sujet de cette ancienne écri

ture les Lexiques du Malherbe, du Corneille et du Racine. Ils croyent que tout cède à leur perruque blonde (II, Éc. d. m. 1047).

L'e de crie a été compté au vers 224 de l'Éc. Allez vite, qu'il ne nous voye ensemble (VII, 320, Pourc. III, 1). Que je vous voye (VIII, 441, Scap. II, 11). Afin qu'on voye bien que vous êtes à moi (VIII, 98, Bourg. g. III, 1;

cf. VIII, 109, Bourg. g. III, 1). Il faut que pour tantôt tu nettoyes... (VIII, 100, Bourg. r. III, 11). ... De savoir que je n'aye à craindre que pour moi (VIII, Psy. 511).

Voy. encore : VIII, 478, Scap. II, vir; VIII, 442, Scap. II, II; VIII, 429, Scop. I, IV; VIII, Psy. 694; IX, F. sav. 515, 1003, 1536. Arg. Il faudra encore que je n'aye pas le plaisir de la quereller...

Toin. ... Il faut bien que, de mon côté, j'aye le plaisir de pleurer

(IX, 287, Mal, im. I, 11; cf. IX, 308, 381. 416, 418 et 430). Naye point de peur (IX, 433, Mal. im. III, Xiv; cf. VII, 239. Pourc. (Il faut) que tu ailles dire à ce Turc qu'il me renvoye mon fils (VIII,

478, Scap. II, VII). Nous renvoyerons à Limoges Monsieur de Pourceaugnac (VII, 242, Pourc. Vous l'envoyerons aux bains (VII, 266, Pourc, I, vi).

(1, 1). J'envoyerai (VIII, 591, Escarb. viu). Je l'envoierai querir (IX, 319, Mal, im. I, vini). Il vous envoiera en l'autre monde (IX, 396, Mal, im. III, 1). Envoierez-vous encor...? (II, Éc. d. m. 545.)

1, 1).

Ma foi, je l'envoierois au diable avec sa fraise (II, Éc, d. m. 33).
Tout beau! si pour heurter tu fais la moindre instance,
Je t'envoierai d'ici des messagers fâcheux (VI, Amph. 1519).
Je l'envoierois promener avec ses goguenarderies (V1, 75, Méd. m. 1. II, 11).
Les marquis... tantôt se lèveront, et tantôt s'assoironi (III, 417, Impr. iv).
Je m'emploirois (I, Ét. 447).
Toi-même avouras... (I, Ér. 845).
Je ne sais où (VI, 264, Sic, x1).

Les éditions du dix-septième siècle (se conformant ici à la règle du temps la plus généralement adoptée, qui n'admettait pas l's à sai 41 pers.) ont écrit je ne sai : voyez la note 3 à la page indiquée et la note jointe à l'exemple

suivant. Je vois assez clair (VIII, 166, Bourg. g. IV, 11).

La note 3 à la page indiquée constate qu'il y a voi (voy) ici dans l'éd. originale et dans presque tous les anciens textes, bien qu'ils aient vois plus haut (p. 160, 164, 165), devant d'autres voyelles qu'a. On peut ajouter que dans tous les anciens textes de l'Avare on lit, avec l's devant a : « Je vois à sa mine... » (t. VII, p. 181, acte V, se. ). — Ni l'orthographe de je sai, ni celle de je voi n'était absolument fixée. « Les verbes scavoir et voir, décidera encore formellement l'Académie en 1704 (dans une de ses Observations sur Vaugelas, éd. Chassang, t. I, p. 229), ne prennent point d's à la 11 pers. du pres. de l'indic.; il faut dire je sçay et je voy. » On écrivait aussi voi à l'impératif. Dans les vers toutefois, devant une voyelle, l's s'ajoutait par licence :

A présent que je sais et son bien et sa race... (Corneille, t. V, Menteur, 1576).

Quoi? tu me fuis, ingrate, et je te vois ici...? (VII, 428, Am, magn. II° interm., sc. v).

Dans la prose aussi l'addition de l's devant une voyelle était fréquente ; elle s'y rencontre même devant une consonne, mais assez rarement. Les premiers imprimeurs des pieces de Moliere, et le poète lui-même peut-être, ont encore parfois, n'ayant pas à suivre un usage plus constant qu'à l'égard de je sai et de je voi, laissé sans s, à la pre pers. sing. du prés. de l'indic. et à la 2° pers. sing. de l'impér., d'autres verbes, pour la plupart desquels, dans la vieille langue, l'absence de désinence à ces personnes était de regle. Mais dans la présente édition (comme en avertit, tome II, p. 404, une note au vers 653 de l'Éc. d. m.) ces formes anciennes, je di, je croi, etc., ont été, de même que

je sai et je voi, conservées seulement lorque la rime l'exigeait. Je voi rimant avec moi : VI, Mélic. 44; IX, F. sav. 1579. – Je croi rimant

avec moi : VI, Mélic. 55; avec foi : IX, F. sav. 113.

Léan. Va-t'en jusqu'à la poste, et voi
Je ne sais quel paquet qui doit venir pour moi (I, Ét. 989).

Qu'a de surprenant le discours que je fai? (IX, F. sav. 374.) ... La, la, revien (VI, Amph, 1434 : nole).

Pauvre petit bouchon,
Tu ne languiras pas longtemps, je t'en répond (II, Éc. d. m. 770).

Je vous di
Que j'ai vu de mes yeux un crime si hardi (IV, Tart, 1671; cf. I, Ét, 190,

II, Éc, d, m. 653). Cela s'en va sans dire (II, Éc, d. m. 931). Jarni! je vas dire à sa tante tout ce ménage-ci (V, 124, D. Juan, II, 111). Je vas à la débandade.... Je m'en vas boire chopaine (V, 105, 13,

D. Juan, II, 1); Je m'en vais (I, Ét, 1046; IX, 380, Mal, im. II, vııı). Voy. d'autres exem

ples de ces diverses formes à ALLER. Mais n'en gardé-je pas...? (IV, Tart, 625.)

L'orthographe la plus usitee du temps confondait cette premiere personne du présent employée interrogativement avec celle du passé (gardai-je). Et quoique avec ardeur je veuille vous hair, Trouvé-je un ceur en moi tont prêt à m'obéir? (V, Mis. 1950; dans les

anciennes éditions : trouvai-je).

Révé-je, trouvé-je, parlé-je : la désinence é-je se trouve ainsi, non la désinence vieillie ai-je, aux vers 430, 440 et 441 des plus anciennes éditions d'Amphitryon; voyez la note au vers 430.

Malgré leur dureté les formes suivantes ne sont pas évitées : Aussi ne veux-je pas que... (VIII, Psy. 938). De quelle émotion inconnue sens-je mon cæur atteint...? (IV, 205, Pr. d'É. IV, vı; cf. VI, Amph. 432.)

B. Verbes employés absolument. Voy. à RÉGIME (Verbes dont une partie du régime est à suppléer), et plus loin, aux VERBES (H, 9o, c : Infinitifs dont le sujet n'est pas exprimé). Mais n'appréhende plus, je reprends mes esprits (I, Ét, 1446).

Laissez faire dis-je, et n'appréhendez pas (IX, F. sav. 413). Asc. ... Contez-moi bien tout.... Fros. Vous en saurez assez le détail; laissez faire (I, Dép. a. 1581).

Voyez venir, attendez. Cf. LAISSER. Je connois des gens... Qui, comme ils le font voir, aiment jusques à battre (III, Pach. 456). Thom. Diap. Baiserai-je? (IX, 350, Mal. im. II, v.) Vous en pourriez citer {des exemples) qui ne concluroient guère (IX, F.

sav. 1289). Qui ne seraient guère concluants. Ici de tous côtés on découvre aisément (I, Dép. a. 346 : note). Le Not. Ils... s'imaginent que c'est un grand crime que de disposer (de

son bien en fraude de la loi (IX, 314, Mal, im. I, vıı).

L'espoir où je fonde (III, Fach. 655 : note). Laisse-moi gouverner (I, Ét. 1372). ... Jamais l'air d'un visage, Si ce qu'il dit est vrai, n'imposa davantage (Ét. 992). Ne fut plus trompeur. ... J'incommode peut-être (, Ét. 135). Mais avec cela je ne répondrois pas de ne point manquer (III, 390,

Impr. 1). Manquer de mémoire. Votre maître de musique est allé aux champs, et voilà une personne qu'il

envoie à sa place pour vous montrer (IX, 343, Mal. im. II, r; cf. VIII,

55, Bourg. g. 1, 11). Que les jeunes enfants remontrent aux vieillards (I, Dép. a. 770).

Pour vous ôter tout lieu de soupçonner (II, D. Garc. 10.12). Ce Monsieur l'étranger a besoin de repaitre (I, Ét. 1440). De manger. ... Femme qui compose en sait plus qu'il ne faut (III, Éc. d. f. 94). Et le poil et l'habit déguisoient grandement (I, Ét. 1362). Dieu fera pour les siens (I, Dép. a. 973). M. Diap. Il vous ordonne sans doute de manger force rôti. Arg. Non,

rien que du bouilli. M. Diap. Eh! oui.... Il vous ordonne fort prudem

ment (IX, 376, Mal. im. II, vi). Un homme... mouchant, toussant, crachant toujours (IX, 429, Mal. im. Sonner, resonner (du cor] : voy. à ces mots.

(III, XII). Voy, à DÉPÊCHER, à ACHEVER.

C. Emploi des verbes auxiliaires. 1° Emploi de l'auxiliaire Avoir.

Ęt j'ai pour vous trouver rentré par l'autre porte (III, Fach. 248).
ÉRASTE, après avoir un peu demeuré sans parler (II), Fach. avant le v. 273,

į. de sc.). Cf. IV, 20, Mar. f. 1; V, Mis. 313. J'ai monté pour vous dire... (V, Mis, 253).

Un monde près de nous a passé tout du long (IX, F. sav. 1267). 2° Emploi de l'auxiliaire Être.

(Un monde) Est chu tout au travers de notre tourbillon (IX, F. sav. 1268).

...

Substitution de l'auxiliaire ÊTRE à l'auxiliaire avoir après un pronom réfléchi :

voyez la note jointe au vers 968 de l'Éc. d. f. Marin. (Je ne sais...) Ce qui s'est pu passer. Luc. Rien ne s'est pu passer dont il faille être en peine (I, Dep. a, 602

et 603). (Je].... ne me suis voulu... charger des pièces (IV, Tart. 1774).

De quelque air que je m'y sois pu prendre (III, Éc. d. f. 968 : note). Je veux imiter mon père, et tous ceux de ma race, qui ne se sont jamais voulu marier (IV, 61, Mar. f. vi).

Dans l'exemple suivant le tour est celui de la langue actuelle : Un petit impromptu dont le Roi a voulu se faire un divertissement (V,

293, Am, méd. Au lecteur). Ce damoiseau poli qui s'est venu loger contre moi (VI, 513, G. D. I, 11). Ce Monsieur le Vicomte a bien choisi son monde..., et il s'est allé là servir d'un homme bien chanceux (VI, 539, G. D. II, 1).

A remarquer l'exemple suivant, où le passé indéfini est pu, uni à l'infinitit du verbe neutre rester, qu'il modifie et dont il n'est pas séparé par le pronom personnel me, - est formé à l'aide de l'auxiliaire de temps être que prendrait le verbe neutre aux temps composés du passé :

(Le)... seul fruit amoureux qui m'en est pu rester (III, Éc. d. f. 1663). 3. Aller, s'en aller, servant à former un futur prochain.

J'y vais de tous mes soins travailler hautement (IX, F. sav. 177). ... Je m'en vais étre homme à la barbe des gens (ibid. 710).

REMARQUE : Voy. au Lexique les exemples où Pouvoir, Vouloir, Savoir, ne servant qu'à donner à l'expression un certain vague, à rendre l'affirmation moins catégorique, sont des sortes d'auxiliaires de modes.

D. - Voix des verbes. 1° Verbes employés activement.

Et je suis pour le Ciel appris à tout souffrir (IV, Tart, 1868 : note)
Pourquoi me criez-vous? (III, Éc. d. f. 1506.)
Il faudroit rêver quelque incident pour cela (III, 369, Crit, vıı).
J'avois songé une comédie où il y auroit eu... (III, 396, Crit. 1; cf. ibid.

p. 411, au 2' renvoi). (Ah! je devois) Lui ruer quelque pierre (II. Sgan, 356). Voy. ConsulTER, CONSENTIR, CONTRIBUER, DÉLIBÉRER, PARJURER, PRÉ

TENDRE,

Voilà mon petit doigt pourtant qui gronde quelque chose (IX, 384,

Mal, im. II, vııı). Grondant une petite chanson entre vos deuts (III, 409, Impr. m: note).

Voy. Parler, l'Échapper belle, Évacuer, DORMIR sa réfection. 2° Voix passive.

Val. Si tu meurs, je prétends que ce soit à ma vue.
Masc. Je ne saurois mourir quand je suis regardé (I, Dép, a. 1131),
Les gens de mon minois ne sont point accusés
D'être, grâces à Dieu, ni fourbes, ni rusés (ibid. 12).
Veuillez étre obéi (IX, F. sav. 1596; cf. Fach. Prol. 31).

Soyez averti (Qu'il vous cherche) (ibid. 1555).
Enfin, si maintenant ma prudence en est crue... (ibid, 1565).
Alb. Maitre... Métaphr. Maître est dit « a magister » (ibid. 670).

Que la différence est connue aisément
De toutes ces faveurs qu'on fait avec étude,
A celles où du cæur fait pencher l'habitude! (II, D, Garc. 78.)
Et des grands conquéranis les sublimes pensées
Sont aux civilités avec peine abaissées (ibid. 981).
Mais dans le même instant un secret m'est appris,

Qui va vous étonner autant qu'il m'a surpris (ibid, 1742). Cf., plus haut,

le jer ex, de 1o. ... Les gens de bien sont enviés toujours (IV, Tart, 1659). Mais ne présumez pas que, sans étre venge, Je souffre le dépit de me voir outragé (V, Mis, 1995). En diligence elle est partout cherchée (VI, Mélic. 588). Et dans l'amour qui lui (à l'emportement d'un cæur) donne naissance Il trouve au moins, malgré toute sa violence, Des raisons pour étre escusé (VI, Amph, 1285). Et des mêmes couleurs, par mon âme blessée, Tous deux ils sont peints à mes yeux (ibid. 1338); Ce détour ridicule est en vain pris par vous (ibid. 1331). Quoi? deux Amphitryons ici nous sont produits ! (ibid, 1618.) Il est permis d'étre parfois assez fou pour faire des vers, mais non pour

vouloir qu'ils soient vus (VIII, 559, Escarb, 1). 3. Voix réfléchie. a) Verbes réfléchis employés avec des pronoms refléchis qui sont redou

blés, ou bien renforcés par ensemble, entre eux, l'un l'autre. Je me vais d'un rocher précipiter moi-même (I, Dép. a. 1126). Je suis votre valet. On ne s'avise plus de se tuer soi-même, et la mode en

est passée il y a longtemps (VI, 584, G. D. III, vi: note). On voit son faux rapport lui-même se détruire (V, Mis. 1529). Ér. Moi? Je vous ai cru là faire un plaisir extrême. Luc. Point : vous avez voulu vous contenter vous-même (I, Dép, a. 1402). (Votre amour)... se couronnera lui-même dans ce jour (I, Dép. a. 137). Tu te flattes, mon cher, et t'aveugles toi-même (V, Mis. 826). Si tous les hommes apprenoient la musique, ne seroit-ce pas le moyen

de s'accorder ensemble et de voir dans le monde la paix univer

selle? (VIII, 57, Bourg. g. 1, 11.) Et les vieillards entre eux se pourront accorder (I, Dép. a. 788; cf. IX, F. sav. 503).

Voy. AUTRE (aux ADJECTIFS ET PRoNoNS INDÉFINIS) pour les expressions l'un l'autre, l'un de l'autre, l'un à l'autre, employées au sens d'un pronom

reciproque et renforçant le pronom réfléchi. b) Verbes réfléchis divers.

Voyez à RÉGIME (Pronoms personnels régimes) les exemples de verbes accompagnés d'un pronom réfléchi régime indirect. Il le gratte par où il se démange (VIII, 112, Bourg. g. III, IV : note). Et personne, Monsieur, qui se veuille bouger Pour retenir des gens... (İ, Dép, a. 1639). Cf. Bouger et se GROUILLER. Approche-toi que je t'embrasse (VI, 563, G. D. II, vil). Voy. à Appro

CHER (Approchez-vous, approchez, fais-les approcher).
Mais ne vous gåtez pas sur l'exemple d'autrui (111, Éc. d. 1: 718).
(Il craint Qu'en faveur d'un rival ta foi ne se corrompe (I, Dep. a. 5).
Tu mourras, ou je veux que la vérité pure
s'esprime par ta bouche (I, Dép. a. 291). Voy. Se DecolisRIR.
Mais, là, sans le railler? (1, Dep. a. 949.)
(Songez)
Que cet honneur est tendre et se blesse de peu (III, Éc. d. f. 725).
... Comme à ce mot s'augmente sa douleur (Ét. 551; cf. Amph. 565).
La douleur trop contrainte aisément se redouble (I, Dép. a. 905).
Cette amoureuse ardeur qui dans les cours s'excite (IX, F. sav. 1497).
Il faut se trop peiner pour avoir de l'esprit (IX, F. sav. 1056). Voy. Se

MODÉRER.
Voy. au Lerique, s'ex Aller, s’ex Venir, suivis d'un intinitif.

« PrécédentContinuer »