Images de page
PDF
ePub

3. Participe passé en apposition à un régime ou au sujet de la phrase. Je vous envoie Horace, Virgile, Térence et Catulle, où vous verrez

notés en marge tous les endroits qu'il a pillés (IX, 177, P. sav, av, le

v. 1395).
Je vous le dis encore: armé de ce qu'il a,
Vous ne deviez jamais le pousser jusque-là (IV, Tart, 1707).
(Je)... crois voir en nous deux, sous mêmes soins nourris,
Ces deux frères... (V, Mis. 99).
Il craint le pronostic, et contre moi faché,
On m'a dit qu'en justice il m'avoit recherché (I, Ét. 1137).
Ce secret, plus tôt su, peut-être à toutes deux
Nous auroit épargné des troubles si fâcheux (II, D. Garc. 1678). Si nous

l'avions su plus tôt.
Possible que, malgré la cure qu'elle essaie,
Mon âme saignera longtemps de cette plaie,
Et qu'affranchi d'un joug qui faisoit tou imon bien,
Il faudra se résoudre à n'aimer jamais rien (I, Dép. a. 1311). Une fois

affranchi, si je suis jamais affranchi....
Et ses nobles motifs (de votre politique), au Prince rapportes,
Serviroient assez mal vos asssiduités (11, D. Garc. 438).
Ce næud, bien assorti, n'a-t'il pas des appas? (IX, F. sav. 25.)
Ces deux adverbes joints font admirablement (IX, F. sav. 770).
Et sa douceur (de votre accueil], offerte à qui vous rend les armes,
Achève sur les caurs l'ouvrage de vos charmes....
Et votre complaisance un peu moins étendue
De tant de soupirants chasseroit la cohue (V, Mis. 469 et 473).
Mais je marche en tremblant à cet illustre emploi,
Assuré que vos væux ne seront pas pour moi (II, D. Garc. 891).
Son ordre est qu'en ce lieu vous devez vous tenir,
Assuré que dans peu vous l'y verrez venir (III, Fach. 370).
Que ne me dites-vous... qu'éloigne de moi, vous souffrez ce que souffre

un corps qui est séparé de son âme? (V, 97, D. Juan, I, 111.)
Vous pouvez soupçonner mon amour de foiblesse,
Et croire qu'engagé par des charmes si doux,
Je puisse être jamais à quelque autre qu'à vous ? (VI, Mélic. 417.)
M. De Sot. Venez, ma fille.... ANGÉLIQUE, descendue. Moi? lui pardon-

ner tout ce qu'il m'a dit? (VI, 591, G. D. III, vii, j. de sc.).
(Andrés et Trufaldin),... accourus d'aventure (Ont...) (1, Et. 1948).
Cependant, arrivé, vous sortez bien et beau,
Sans prendre de repos, ni manger un morceau (II, Sgan. 223).

Parti plus tôt, pour chose nécessaire,
Horace vous chargea de voir ici son père (1, Ét. 1343 et 1344). Comme

vous étiez parti plus tôt, Horace vous chargea.... 4. Participe passé absolu.

Je suis parti, les cieur d'un noir crépe voilés (VI, Amph. 918).
Mais lui, pour le quitter, me voyant ébranlé:
« Sortons, ce m'a-t-il dit, le monde est écoulé » ;
Et sortis de ce lieu, me la donnant plus sèche :
« Marquis, allons au Cours... » (III, Fach. 75). Nous une fois sortis,

quand nous fûmes sortis.
Puis, acquittés un peu de ce premier devoir,
Aux jusies soins d'un autre il nous faudra pourvoir (IV, Tart. 1959).
Percé du coup mortel dont vous m'assassinez
Mes sens par la ison ne sont plus gouvernés,
Je cède aux mouvements d'une juste colère,
Et je ne réponds pas... (V, Mis. 1311).

[merged small][ocr errors]

... Le terme venu que nous devons le rendre l'argent], C'est lors que les douleurs commencent à nous prendre (I, Ét. 911). ... L'achat fait, ma bague est la marque choisie Sur laquelle au premier il doit livrer Célie (I, Ét. 763). ... Et par votre autre affaire L'éclat de son secret devenu nécessaire, Nous en avons nous deux votre père informé... (I, Dép. a. 1605-1607).

L'éclat, la révélation de son secret étant devenu nécessaire, par suite de
Et poussant plus avant encore notre pointe, (votre autre affaire....
Quelque peu de fortune à notre adresse jointe,
Aux intérêts d'Albert de Polydore, après,
Nous avons ajusté si bien les intérêts... (I, Dép. a. 1609-1612).

Quelque heureuse chance étant jointe à notre adresse.
Sa demande reçue et ses vertus prisées,
Nous avons été tous frapper à nos brisées (III, Fách. 511).

Après avoir accueilli sa demande et apprécié ses mérites....
Tout bien considéré,... je ne vois... (III, 157, Epître à Madame).
Mais supposé, comme il est vrai, que les exercices de la piété souffrent

des intervalles,... je soutiens que... (IV, 383, Tart. Préf.).
Après avoir aux Dieux adressé les prières,
Tous les ordres donnés, on donne le signal (VI, Amph. 250).
Et le souper fini, nous nous fûmes coucher (Vİ, Amph, 1019).

XU

ADVERBES ET NÉGATIONS

A. Adverbes. 1. Exemples divers d'adverbes et de locutions adverbiales.

Voy. aux ADJECTIFS quelques exemples d'adverbes ou de locations adverbiales employés adjectivement et comme attributs.

Voy. plus loin, à PLACE DES ADVERBES (XXI, G).

Mieux, moins, plus, pour le mieux, le moins, le plus : voy, ces mots au Lexique, et remarquez particulièrement dans l'exemple suivant (ill, Fách. 130) le superlatif le moins opposé au comparatif plus :

Ce que plus il souhaite est ce qu'il croit le moins. PLUS TÔT et PLUTÔT employés sans distinction de sens : voyez aux Additions et Corrections du Lexique, tome XIII, p. 634, 6e alinéa.

Si et Tart (tellement, à ce point) employés devant un substantif ou un adjectif : voyez à l'article de ces mots au Lexique et plus haut aux ADJECTIFS (mots pris adjectivement).

Sur les adverbes superlatifs employés par les Précieuses (furieusement, terriblement), voyez tome II, p. 95, note 4. Cf. HAUTENENT, au Lexique. Leur savoir à la France est beaucoup nécessaire (IX, F. sav. 1361). J'ai prou de ma frayeur en cette conjoncture (I, Ét. 604 : note). Dès que j'en vis briller la splendeur plus qu'humaine (IV, Tart. 973). Et c'est injustement qu'on se plaint d'un malheur, Quand un autre plus grand s'offre à notre douleur (II, D. Garc. 874). Il est nécessaire d'aimer pour vivre heureusement (IV, 167, Pr. d' É. II, 1). Asc. Prenons garde qu'aucun ne nous vienne surprendre.... Fros. Nous serions au logis beaucoup moins surement (I, Dép. a. 345). Longuement, longtemps : voyez au Lexique. Je ne vois pas que les choses pour nous en puissent être ni pis ni mieux

(VIII, 504, Scap. III, rv). Me trouvez-vous bien comme cela? Je serai mieux sans robe (VIII, 52, 53, Bourg. g. I, 11).

LEX, DE M.

[ocr errors][ocr errors][merged small]

On trouve parfois des gens avec des secrets admirables, de certains re

mèdes particuliers, qui font le plus souvent ce que les autres n'ont su

faire (VI, 50, Med. m. l. I, 1v). Andrée. Je fais... le plus doucement que je puis. La Comt. Oui, mais le

plus doucement que vous pouvez est fort rudement pour ma tête (VIII, C'est moi qui suis Sosie enfin, de certitude, (562, 563, Escarb. 11). Fils de Dave, honnête berger (VI, Amph. 459 : note).

Voy. d'ABORD, ENTRE-DEUX, par Fois, de la SORTE, de la Facon, un petit (au Lexique), et de même (plus haut, aux ADJECTIFS INDÉFINIS ; voy. là aussi pour

même et mêmes adverbes). Je pardonne ces paroles au chagrin où vous pouvez être de vous être

levée matin (VI, 250, Sic, vi). 2° Adjectifs pris adverbialement.

Possible, peut-être : voy, au Lexique.
La renommée accuse juste en contant ce que vous valez (II, 75, Préc, 1x).
De tout ceci, franc et net,

Je suis mal satisfait (VIII, 214, Bourg. g.
Ballet des Nat.).
Je vous le chante clair, comme un chardonneret (IX, 583, Bouts-rimés).

Vous sortez bien et beau (II, Sgan. 223). Bel et bien. Voy. au Lex.
Je crains que le pendard...
Un peu plus fori que jeu n'ait poussé les affaires (III, Éc, d. f. 548).
On me dit fort que tous les jeunes hommes sont des trompeurs (III, 227,

Éc. d. f. 'Lettre d'Agnès).
(Un jeune homme qui)... m'a droit dans ma chambre une boîte jetée

(II, Éc. d. m. 467).
Mon Dieu ! je n'avons pas étugué comme vous,
Et je parlons tout droit comme on parle cheux nous (IX, F. sav. 486).
Il parle tout fin drait comme s'il lisoit dans un livre (VI, 69, Méd. m. 1.

II, 1 : note ; cf. V, 103, D. Juan, II, 1).
Il file doux (VII, 137, Av. III, 11).
(Cheval] court-jointé (III, Fach, 530).
Sur ce museau tondu tout frais (VI, 193, Past. com. 11).
Monsieur est frais émoulu du collège (IX, 370, Mal. im. II, vi).

Voy. au Lexique : Dire vrai; parler, déclarer, le trancher net; marcher droil,
j'allai droit à..., je m'en retourne droit; à droit et à gauche; trancher... court;
tout de bon; tout doux! tout beau !

B. – Négations.
1° Ne non renforcé par pas, POINT.
Ne bougez, je reviens tout à l'heure (VII, 86, Av. I, v; cf. VII, 240,
Pourc. I, 1).

Voy. au Lexique sept autres passages, cités ou indiqués, dont quatre avec
leur verbe à l'impératit, où Bouger est employé avec ne seul.
A répondre à cela je ne daigne descendre (IX, F. sav, 195). De même

avec daigner : VI, Amph. 1725. GÉRONI. Quel âge pouvez-vous bien avoir ?... Sgan. Ma foi, je ne sais

(IV, 19, Mar. f. 1). Voy. Savoir.

J'ai regret, Monsieur, de n'y pouvoir répondre....
Je vois bien que j'ai tort, mais je n'y puis que faire (IX, F. sav. 1478 et
PAILAM. Je voudrois bien que vous l'excusassiez.

(1486).
Chrys. Je n'ai garde (ibid. 470).
... Cette lettre, qui vous dira ce que je n'ai osé vous aller dire (IX, 200,

F. sav. après le v. 1694).
Hélas ! Seigneur Albert, je ne veux autre chose (I, Dép. a. 861). De même

dans des phrases contenant les mots autre chose (VI, go, Méd. m. I. II,
IV; VIII, 594, Escarb, viii), ou vouloir (V, Mis, 1512).

...

1

Nous ne nous sommes vus depuis quatre ans ensemble (III, Éc.d.f. 263).

Cf. I, 67; ' Médec. vol. ix : Qu'as-tu fait depuis que je ne t'ai point vu? Sgan. Cette grande santé est à craindre, et il ne sera mauvais de vous

faire quelque petite saignée amiable (VI, 90, Med. m. I, II, rv). LE Notaire. Encore faut-il qu'il n'y ait enfants, soit des deux conjoints,

ou de l'un d'eux (LX, 313, Mal, im. I, vu). Ah! que j'ai de dépit que la loi n'autorise... (II, Sgan. 137). Allez vite, qu'il ne nous voye ensemble (VII, 320, Pourc. III, 1). Que ne remerciez-vous un peu votre femme de...? (VI, 563, G. D. II,

VII.) Voy. le Lexique à Que (p.359). Qu'on dise que je suis sorti et que je ne dois revenir de toute la journée (IV, 17, Mar. f. 1).

(m). Je pense que je n'en reviendrai de plus de quinze jours (III, 321, Cri. Ote-toi de mes yeux, te dis-je, et ne me parle de ta vie (VIII, 126,

Bourg. g. III, viii). De même avec de ma vie (V, 543, Mis. Lettre de
Célimène; Mis. 1524; VII, 321, Pourc. III, 11), avec de sa vie (VI, 550,

G. D. II, II; VIII, 126, Bourg. g. III, viII).
Allez, je ne sais pas, si vous n'étiez ma mère,
Ce que je vous dirois (IV, Tart. 1693).
Si je n'avois tranché du grand seigneur, et n'avois fait le brave, ils n'au.

roient pas manqué de me happer (IX, 331, Mal. im. Ior Interm; cf. IX,

290, 305). Je t'assomme si tu ne parles (V, 162, D. Juan, III, v; cf. V, 168). Voy.

encore ne seul après si... : I, Ét. 197, 1238; I, Dép. a. 51, 950; VI, Et peux-tu faire enfin, quand tu serois démon,

(Amph. 305) Que je ne sois pas moi? que je ne sois Sosie? (VI, Amph. 415.) 2° Ne renforcé par pas, POINT, POINT DU TOUT, DU TOUT, GOUTTE.

Vous ne pouvez pas que vous n'ayez raison (VII, 84, Av. I, v : note).
Qu'on me traite partout du plus grand des faquins,
Sil est aucun respect ni pouvoir qui m'arrête,
Et si je ne fais pas quelque coup de ma tête (IV, Tart. 825).
Je ne sais pas ce que vous me voulez dire (IX, 309, Mal. im. I, vı; cf. I,

Ét. 1393; IX, F. sav. 791).
Si mon père ne veut pas me donner un mari qui me plaise, je le conju-

rerai au moins de ne me point forcer à en épouser un que je ne puisse

pas aimer (IX, 370, Mal, im. II, vı). ... Vous n'avez pas lieu d'en prendre aucun soupçon (I, Ét. 130). Ne devines-tu point de quoi je veux parler? (IX, 290, Mal. im. I, iv.) Ne suis-je pas ton père? et ne me dois-tu pas respect? (VII, 165, Av.

IV, 111.) Suivre un galand n'est pas une action infâme? (III, Éc. d. f. 1508.) Ne voilà pas ce que je vous ai dit? (VI, 590, G. D. III, vui : note.) On ne voit presque point céans venir Damis (IX, F. sav. 385). ... J'ai, Madame, à vous dire Que je ne connois point ces gens-là (IX, F. sav. 500). La poule ne doit point chanter devant le coq (IX, F. sav. 1644). (Je suis bien aise) De n'avoir point parlé, pour ne m'engager pas (IX, F.

sav. 652; cf. les v. 1195, 1196 pour un semblable emploi de doint et pas rapprochés). J'ai cru qu'il étoit mieux de ne m'engager point (IX, F. sav. 657), Ne devines-tu point de quoi je veux parler ? (IX, 290, Mal, im. 1, iv.) (Je veux) Un mari qui n'ait point d'autre livre que moi (IX, F. sav. 1668). Vous ne me voyez point témoigner de colère, Point mettre l'épée à la main (VI, Amph. 1674, 1675). La, la, mon papa, ne pleurez point tant, je ne suis pas morte tout à fait

(IX, 382, Mal, im. II, vıı).

...

[ocr errors]

Ils ne sont point plus ravis que de voir pendre un Limosin (VII, 321,

Scap. III, 11 : note). Elle n'est point plus ravie... que lorsqu'elle peut voir un beau vieillard

(VII, 114, Av. II, v). Je vous dirai... qu'on nous jette de tous côtés cent brocards à votre

sujet, et que l'on n'est point plus ravi que de vous tenir au cul et

aux chausses... (VII, 134, Av. III, 1). ... Ce n'est point du tout la prendre pour modèle (une personne)

Que de tousser et de cracher comme elle (IX, F. sav. 75). Vad. Si vous l'avez vu (ce sonnet], vous serez de mon goût. Triss. Je sais que là-dessus je n'en suis point du tout (ibid. 996; cf. 295,

837, 1665, 1696). Les rois... ne se plaisent point du tout à trouver des obstacles (III, 391,

Impr. 1). Je ne vous entends point du tout (VI, 102, Méd. m. l. III, 11; cf. VI, 110;

VII, 55, Av. I, 1). Je ne souffrirai point du tout qu'on attaque ses jours (V, 155, D. Juan,

III, 1v). Non, je ne veux du tout vous voir, ni vous entendre (VI, Amph. 1253).

Je ne puis du tout approuver sa chimère (IX, F. sav. 228).

Je ne puis du tout croire Qu'il ait voulu commettre une action si noire.... Et je ne puis du tout me mettre dans l'esprit Qu'il ait voulu... (IV, Tart, 1657, 1691). Je crois que le Ciel... ne pourra souffrir du tout cette dernière horreur (V, 200, D. Juan, V, iv).

(II, v). Elle ne peut souffrir du tout la vue d'un jeune homme (VII, 114, Av. La nuit, on n'y voit goutte (VI, 569, G. D. III, I; cf. IX, 397, Mal. im.

III, m; V, Mis. 581, 1454). Je n'y entends goutte (VI, 87, Med. m. I. II, 1v). 3° Pas surabondant.

Voy. aussi 11° Est-il possible que ce même Sostrate qui n'a pas craint ni Brennus, ni

tous les Gaulois, et dont..., est-il possible... qu'un homme si assuré dans la guerre soil si timide en amour...? (VII, 391, Am, magn. I, 1.) Ah! vous avez plus faim que vous ne pensez pas (I, Ét. 1442; cf. Non

pas plus loin, p. cliu). 4° Pas et POINT sans NE :

ARIS. ... L'affaire est-elle faite?
Chrys. Pas tout à fait encor (IX, F. sav. 645).
Je me tromperai fort si pas un d'eux l'emporte (IV, Pr. d' É. 350 : note).
Pandolfe. Me connoissez-vous pas? (I, Ét. 598.) Voy, la note i à la
... Devez-vous pas savoir

[p. 557 du t. VI.)
Qu'il étoit fort petit alors qu'il l'a pu voir?
Et puis, outre cela, le temps et l'esclavage
Pourroient-ils pas avoir changé tout son visage ? (I, Ét. 1354, 1357.)
Sait-on pas bien...? (V, 350, Am. méd. III, vit.) Même tour interrogatif

avec savoir : I, Ét. 700; III, Éc. d. f. 919, 1073, 1076; IV, Tart. 604. Allons, petit garçon, faut-il toujours vous répéter les choses ? Voyez

pas qu'il faut le surcroit d'un fauteuil? (II, 100, Préc. xi.) De même avec voir : II, D. Garc. 328, 1172; III, Fách. 153. Vous avois-je pas commandé de les recevoir? (II, 60, Préc. iv.) Quand même vous ne les sauriez pas tout à fait (vos rôles), pouvez-vous

pas y suppléer de votre esprit? (III, 392, Impr, 1.) Vous ai-je

pas dit que vous faites un rôle où l'on doit parler naturellement?" (III, 412, Impr. IV; cf. II, Éc, d. m. 363.)

vous

« PrécédentContinuer »