Images de page
PDF
ePub

Trois choses dont les dons brillent dans ta personne... (IX, Val-de-Gr. C'est ainsi qu'un amant dont l'ardeur est extrême

(196). Aime jusqu'aux défauts des personnes qu'il aime (V, Mis. 730). Ce ne sont pas des gens comme moi qu'il vous faut; Vous ferez bien encor de soupirer pour elle (V, Mis. 1730). Mais il ne savoit pas les inclinations (II, Éc. d. m. 617). (Moi qui)... cent fois ai fait des protestations De ne jamais gêner ses inclinations (II, Éc. d. m. 985 et 986). ... Son amour m'a fait instance De presser les moments d'une telle alliance (IX, F. sav. 364). Mais un plus long séjour me rendroit trop coupable, Et du retour au port les moments sont pressés (VI, Amph. 615). Excuser les horreurs de tout ce qui se passe (V, Mis, 1555). (Louis) A versé de sa bouche à ses grâces brillantes (de la fresque) De deux précieux mots les douceurs chatouillantes (ix, Val-de-Gr. 300). Et pour vous découvrir là-dessus mes pensées, Je souhaiterois fort vos ardeurs mieux placées (V, Mis, 1101, 1102). (Cette fermeté d'âme) Est digne de trouver qui prenne avec amour Les soins continuels de la mettre en son jour (IX, F. sav. 1556). Que ce changement de nom nous a causé de troubles et d'inquiétudes

dans les soins que nous avons pris de venir vous chercher ici! (VIII,

507, Scap. III, vu.) Sur une petite répugnance que vous témoigne votre fille, vous ne devez

point prendre les résolutions violentes de la mettre dans un convent

(IX, 404, Mal, im. III, mi). (Nous)... abaisser jusques aux complaisances D'applaudir bien souvent à leurs impertinences (III, Fach, 211). (Je disois) Qu'il faut tenir la bride aux grands empressements Qu'on a de faire éclat de tels amusements (V, Mis. 347). Je lui ai fait des hommages soumis de tous mes voeux (VII, 398, Am. magn. Mais enfin d'un succès cette affaire est suivie

(I, 11). Dont j'ai tous les sujets d'avoir l'âme ravie (I, Dép. a. 937). ... Nous devons ouvrir nos doctes conférences Par les proscriptions de tous ces mots divers Dont nous voulons purger et la prose et les vers (IX, F. sav. 907). Les bas amusements de ces sortes d'affaires (IX, F. sav. 32). Dans cette comédie-ci, il ne se passe point d'actions, et tout consiste en

des récits (III, 361, Crit, vi). Je n'ai pas empêché qu'à vos perfections Il n'ait continué ses adorations (IX, F. sav. 105 et 106). Il faudra que mon homme ait de grandes adresses, Si message ou poulet de sa part peut entrer (III, Éc. d. f. 1141). L'union, les concerts et les tons des couleurs, Contrastes, amitié's, ruptures et valeurs, Qui font les grands effets, les fortes impostures... (IX, Val-de-Gr 157-159). Ei cette joie encor, de quoi vous murmurez, Ne lui vient que des biens qui vous sont préparés (D. Garc. 1839). Du

bonheur qui vous attend. Ei, si je rends hommage aux brillants de leurs yeux, De leur esprit aussi j'honore les lumières (IX, F. sav. 864). ... Les bruits que j'ai faits Des visites qu'ici reçoivent vos attraits... (IV, Tart. 907). (Faut-il) Qu'on te mette en chansons ? (II, Sgan. 262.)

Voy. Plein de CHARMES, en CLARTÉS peu sublime. ... Mes efforts pour vos contentements (I, Ét. 750). Pour les nouveautés

(Lexique. On peut avoir parfois des curiosités (II, Éc. d. m. 294). Voy. ce mot au

(Je sais)... comme on est dupé par leurs destérités (III, Éc.d. f.77).

(Les) élévations
Où montent des savants les spéculations (IX, F. sav. 57).
Cet empire que tient la raison sur les sens
Ne fait pas renoncer aux douceurs des encens (IX, F. sav. 102).

Voyez encore ce dernier pluriel d'encens : VIII, Psy. 66; F. sav. 230 et 960.
Je sens de son courroux des génes trop cruelles (I, Dép, a. 1514).
Gráces à Dieu (I, Dép, a. 12).
... Toutes les hauteurs de sa folle fierté (IX, F. sav. 201).
Les immodesties de cette pièce (III, 345, Crit. vi).
J'en attends le moment avec toutes les impatiences du monde (III, 309,

Ép. à la Reine mère).
J'en ai toutes les joies imaginables (III, 421, Impr. v).
Si de mes libertés j'ai taché votre nom (11, Éc. d. m. 1078).

Si les libertés prises par moi sous votre nom l'ont compromis.
Les autres comédiens... en ont dit tous les maux du monde (de la pièce]

(III, 345, Crit. vi). Qu'ils disent tous les maur du monde de mes pièces (III, 429, Impr. v). A merveilles (VI, 262, Sic. xi : note). ARG. Eh! que dites-vous de cela ? Cléant. Que Monsieur fait merveilles

(IX, 353, Mal, im. II, v : note).

Ce me sont de mortelles blessures, De voir qu'avec le vice on garde des mesures (V, Mis. 141). Pour peu que d'y songer vous nous fassiez les mines... (V, Mis. 1077 : (Vous nous faites voir)

(note). Des modérations qu'on ne peut concevoir (IX, F. sav. 198). On ne parle pas comme cela de but en blanc à Angélique : il faut des

mystères (IX, 338, Mal, im. II, 1). Surpris des nouveautés d'un semblable mystère, [Ils Voudront chercher un jour dans ces obscurités (I, Dép. a. 1142, 1143). Aristi. Est-il possible que jusqu'ici vous n'ayez pu connoître où penche

l'inclination d'Ériphile? Iphí. Ce sont obscurités pour moi (VII, 401,

Am, magn. I, 11). Mais aux ombres du crime on prête aisément foi (V, Mis. 907). Otez l'amour de la vie, Vous en Ôtez les plaisirs (VIII, 62, Bourg. g.

I, 11, Dial. en mus.).
Et n'est-ce pas assez de souffrir pour vos charmes,
Sans me faire souffrir encor pour vos plaisirs ? (VIII, 559, Escarb. 1,

Sonnet du Vicomte.)
M° DE Phil. Mettre que les feur de ses yeux réduisent votre cæur en

cendres, que vous souffrez... pour elle les violences d'un.... M. JOURD.
Non (VIII, go, Bourg. &. II, 1v).
Elle a les yeux petits; mais elle les a pleins de feux, les plus brillants...

(VIII, 130, Bourg. g. III, 1x).
C'est un drôle qui fait des rages (VI, Amph. 806 : note).
... Sans nulles remises,
Dans les formalités en pareil cas requises (I, Dép, a. 1669).

Les rigueurs de mon sort (II, D. Garc. 838).
Et les sens imparfaits de cet écrit funeste
Pour s'expliquer à moi n'ont pas besoin du reste (II, D. Garc. 508).

Il s'agit de cette moitié de lettre dont chaque ligne ne donne qu'un sens
imparfait.
Mais encore, vos sentiments sur cet empêchement de l'action de sa lan-

gue? (VI, 85, Méd, m. I, II, iv.) Dans ses simplicités à tous coups je l'admire, Et parfois elle en dit dont je pâme de rire (III, Éc. d. f. 159).

Votre grâce, et votre air, sont les biens, les richesses,
Qui vous ont attiré mes veux et mes tendresses (IX, F. sav. 1474).
À tous moments (I, Dép. a. 667 et 908).
En toutes rencontres (III, 337, Crit. v).
Amasser du bien avec de grands travaur (V, 313, Am. med. I, v).
Que voudrois-je sinon qu'il dit des vérités? (I, Dep. a. 992.)
... Selon les différents vouloirs (III, Éc. d. f. 1067).

Voy. au Lexique :
AMITIÉS.
DOUCEURS.

Pitiés,
ANOURS.
FOTILITÉS.

PEURS.
BASSESSES.
HAUTEURS.

PEINTURES.
BEAUTÉS.
HONNEURS.

SOINS.
BONTÉS.
LÂCHETÉS.

SORTES.
CHAGRINS.
LASSITUDES.

TENDRESSES.
COLÈRES.
LUXIÈRES.

VOLONTÉS.
DÉPLAISIRS.

PAUVRETÉS.
3. Exemples divers soit du singulier soit du pluriel.

(J'ai deux sæurs...) Et l'amitié me rend leur personne assez chère, Pour vous souhaiter leurs époux (VIII, Psy. 474, 475). Pour souhaiter de

vous voir devenir leurs époux. L'union, les concerts, et les tons des couleurs.... Les passions, la grâce et les tons de couleur... (IX, Val-de-Gr. 157, 197). Je n'ai qu'elle de fille (VI, 80, Méd. m. I, II, iv). D'où vient... qu'ayant le bien que vous avez, et n'ayant d'enfants qu'une

fille..., d'où vient, dis-je, que vous parlez de la mettre dans un con

vent? (IX, 393, Mal. im. III, 111.) Voy. le Lexique à De, 7° d, p. 272. Deux porteurs de chaise (II, 54, Préc. Pers.). Quatre porte-masses et-rondaches (VIII, 383, Psy. Livret de 1671). Maitre d'arme expert (I, Ét. 1110). Maitre d'armes (VIII, 43, Bourg. g. Acteurs). Quatre illustres Bergers, déguisés en valets de fétes (VI, 601, Gr. Div. N'importe, parlons-en et d'estoc et de taille....

(roy.) Combien de gens font-ils des récits de bataille Dont ils se sont tenus loin (VI, Amph. 198).

C'est évidemment de batailles ou d'une bataille que Molière eût écrit si la rinie ou la mesure ne s'y était opposée. Il ne me falloit pas payer en coups de gaules, Et me faire un affront si sensible aux épaules (I, Ét. 735). J'aime mieux encore les coups de bâtons.... Les Archers lui donnent des

coups de butons en cadence (IX, 335, Mal, im. Ier Interm.). Voy. au Leiique et aux Additions du Lexique (tome XIII, p. 631) les exemples

de Coups de baton (à Bâton). Le grand palais de Jupiter descend et laisse voir, par trois suites de

perspective, les autres palais des Dieux (VIII, 377, Psy. Livret de 1671). Ce n'est que jeu de mots, qu'affectation pure (V, Mis. 387). Il se fait entre eux des jeux de danse (IX, 270, Ier Prol. du Mal, im.). Cabarets, jeur de boule, et autres lieux (III, 83, Fach. III, 11, Placet de Une vraie pâte d'amande (VIII, 159, Bourg. g. IV, 1). [Caritidės). l'endeuses de ruban (III, Éc. d. f. 1136).

(turque). [Ils) se coiffent avec des turbans de cérémonies (VIII, 181, Bourg. g. Cér. Le Muphty revient, avec son turban de cérémonie (VIII, 189, Cérémonie

turque, texte de 1682). Six autres concertants de clavecins et de théorbes (VI, 218, Pr. d'É.

VI Interm.). Les sujets de plaintes que vous pouvez avoir contre Madame la Comtesse (VIII, 592, Escarb. viu).

(Impr. 1). Comme leurs jours de comédies sont les mêmes que les nôtres... (III, 394, Un pain croquant tendrement sous la dent.... Un longe de veau... qui

sous les dents est une vraie pâte d'amande (VIII, 158 et 159, Bourg.

g. IV, 1). LE Pauvre. Le plus souvent je n'ai pas un morceau de pain à mettre

sous les dents (V, 145, D. Juan, III, 11). Contre de pareils coups l'ame se fortifie Du solide secours de la philosophie (IX, F. sav. 1145). (Les premières flammes) S'établissent des droits si sacrés sur les ames... Un beau tout-ensemble,

[(ibid. 1170). Où rien ne soit à l'æil mendié ni redit (IX, Val-de-Gr. 81). (La première figure) Riche d'un agrément, d'un brillant de grandeur Qui s'empare d'abord des yeux du spectateur (IX, Val-de-Gr. 94).

Pour mettre incessamment mon oreille au supplice (IX, F. sav. 516). (Un auteur) Qui des premiers venus saisissant les oreilles, En fait le plus souvent les martyrs de ses veilles (ibid. 961).

Voy. au Lexique : Sans façon, sans tant de façon, sans facons, point de façons. E. Noms abstraits pour désigner des groupes de personnes. La musique est accoutumée à ne point faire ce qu'on veut (IX, 328, Mal.

im. ler Interm.). Les musiciens sont accoutumés à.... Si l'on ne me fait retrouver mon argent, je demanderai justice de la jus

tice (VII, 178, Av. V, 1). Qu'on me fasse justice des gens de justice. Ce n'est pas à vous à contrôler les ordonnances de la médecine (1X, 288,

Mal. im. I, 11). Des médecins. Quoi que puisse dire Aristote et toute la philosophie (V, 79, D. Juan,

I, 1). Et tous les philosophes. Cf. le Parnasse (plus loin, aux Noms

PROPRES, dernier ex. et voy, au Lexique le dernier ex. de Pinceau. MME JOURD. Depuis que vous vous mêlez de hanter la noblesse. M.J.

Lorsque je hante la noblesse, je fais paroître mon jugement, et cela est plus beau que de hanter votre bourgeoisie. MME J. Camon vraiment! il y a fort à gagner à fréquenter cos nobles (VIII, 108, Bourg. Ce déchaînement aujourd'hui me convie

(g. III, ). A faire une action qui confonde l'envie (IX, F. sav. 1398). ... L'esprit du monde y vaut (à la cour), sans flatterie, Tout le savoir obscur de la pedanterie (IX, F. sav. 1346).

F. – Quelques exemples d'apposition.
Voy. aussi au chapitre de l’ARTICLE (I, 1, C, 2° et I, 11, A, 1° et B, 1).
Un grand seigneur méchant homme est une terrible chose (V, 84, D.
« L'Amour médecin », comédie (V, 303).

Juan, I, 1).
« Le Silicien ou l'Amour peintre », comédie (VI, 233).
« Le Bourgeois gentilhomme », comédie-ballet (VIII, 45).
Deux savants, deux philosophes vos voisins... (IV, 30, Mar. f. i).
Les deux princesses mes saurs (VIII, Ps): 637).
Monsieur le Comte votre fils (VÌII, 586, Escarb. vıı). Acteurs).
Maître tailleur, garçon tailleur, garçons tailleurs (VIII, 43, Bourg. g.
Un sien fils écolier, qui se nommoit Horace (I, Ét. 1320).
Quand on a passé l'onde noire, - Adieu le bon vin, nos amours (VIII,

163, Bourg. g. IV, 1, Chanson à boire).
Le corps, cetle gueville, est-il d'une importance
D'un prix à mériter seulement qu'on y pense? (IX, F. sav. 539.)

G.

Noms propres.
Valet de du Croisy (et non : valet du Croisy) (II, 54, Préc. Personna-

ges). Voy. le Lexique à De, 18° (p. 291).

...

La famille des Pourceaugnacs.... Il n'y a pas un Pourceaugnac à Limoges

que je ne connoisse (VII, 253, Pourc. I, rv). Seigneur François, c'est une grande grâce... (VI, 260, Sic. x). Hola! Seigneur François, cette façon de saluer n'est point d'usage en ce

pays (VI, 260, Sic. xi; cf. VI, 265). Seigaeur Suisse, êtes-vous de ce logis le maitre? (1, Ét. 1751 : cf. t. XI, C'est la manière de France (VI, 260, Sic. xI).

[p. 281, 5o al.). Dans la France (IX, Val-de-Gr. 327). Dans l'Amérique (ILI, Éc. d. f. 271). En Alger : voy. plus loin aux PREPOSITIONS.

Du grand Paris la magnifique vue (IX, Val-de-Gr. 4). Lorsque Naples vous vit quitter votre famille... (I, Ét. 1963). C'est moi qui suis Sosie et tout Thèbes l'avoue (VI, Amph. 346). Au nom de Jupiter, laissez-nous en repos (I, Ét. 281 : note). Per Jovem (I, Dép. a. 752). On n'a point pour la mort de dispense de Rome (I, Ét. 538). ... Suis-je un Roland... (Ou quelque Ferragu?) (I, Dép. a. 1485, 1486.) Faisons l'olibrius, l'occiseur d'innocents (i, Ét. 1085 : note). Sgas. (à Pancrace : Seigneur Aristote, peut-on savoir ce qui vous met si

en colère? (IV, 34, Mar. f. iv.) Voy. au Lexique : Un oracle, un Caton. Vous serez mon Mécène. Il mourut en César. Un pourceau d'Épicure, un vrai SARDANAPALE. Magd. C'est le caractère enjoué, Carh. Je vois bien que c'est un Amilcar

(II, 76, Préc. ix : note). Masc. Le ruban est bien choisi. Magn. C'est Perdrigeon tout pur (II, 95, ... Jules, Annibal, Raphaël, Michel-Ange,

(Préc. ix : note). Les Mignards de leur siècle, en illustres rivaux Ont voulu par la fresque anoblir leurs travaux (LX, Val-de-Gr. 277). ... Le voilà cet Argus que j'abhorre.... De votre Argus dupe je brave la puissance (II, Éc. d. m. 263, 908). CLÉ. Que voilà qui est scélérat! Cov. Que cela est Judas ! (VIII, 133,

Bourg. g. III, X.) Quel Juif, quel Arabe est-ce là ? C'est plus qu'au denier quatre (VII, 96,

Ap. II, 1). Voy. au Lexique Fesse-MATHIEU. Il est... fort comme un Turc sur ses principes (IX, 355, Mal, im. II, v;

note). Voy. au Lexique Traiter... de Turc à More. Un Turc, un hérétique, qui ne croit ni Ciel, ni Enfer, ni loup-garou (V,

82, D. Juan, 1, 1). Mes heures) Ne sont encor pour moi que du haut allemand (I, Dép. a. Ton jargon allemand est superflu, te dis-je (I, Ét, 1819). (690). Tout s'y voyant) Assaisonné du sel de nos grâces antiques, Et non du fåde goût des ornements gothiques, Ces monstres odieux des siècles ignorants (IX, Val-de-Gr. 84). Et voilà qu'on la chasse avec un grand fracas, A cause qu'elle manque à parler Vaugelas (IX, F. sav. 606; voy. vers 52x). Voy. au 'lerique Parler chrétien, ftre chrétien (charitable) et divers em

plois du mot CARÉTIEN. ... Hors un gros Plutarque à mettre mes rabats... (IX, F. sav. 562). Un mouchoir qu'il trouva dans une « Fleur des Saints » (IV, Tart. 208). La « Guide des pécheurs » est encore un bon livre (II, Sgan. 37). Je vous envoie Horace, Virgile, Térence et Catulle, où vous verrez notés

en marge tous les endroits qu'il a pillés (IX, F. sav. avant le v. 1395). Va, va-t'en faire amende houorable au Parnasse D'avoir fait à tes vers estropier Horace (les vers d'Horace) (ibid. 1022). Vous avons vu de vous des églogues d’un style Qui passé en doux attraits Théocrite et Virgile (ibid. 973 et 974). Vos odes ont un air noble galant et doux,

LEX, DE M.

« PrécédentContinuer »