Mercure de France, Numéro 209

Couverture
1811
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 63 - J'ai vu du haut de l'Acropolis le soleil se lever entre les deux cimes du mont Hymette ; les corneilles qui nichent autour de la citadelle, mais qui ne franchissent jamais son sommet, planaient au-dessous de nous ; leurs ailes noires et lustrées étaient glacées de rose par les premiers reflets du jour...
Page 109 - Eelation de l'Egypte par Abd-Allatif, Médecin Arabe de Bagdad ; suivie de divers extraits d'Écrivains Orientaux, et d'un État des provinces et des villages de l'Egypte dans le xiV.
Page 211 - Nous avons beau enfler nos conceptions au delà des espaces imaginables, nous n'enfantons que des atomes, au prix de la réalité des choses. C'est une sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part.
Page 61 - ... qu'ils n'avaient point à Sparte. L'amour de la patrie et de la liberté n'était point pour les Athéniens un instinct aveugle, mais un sentiment éclairé, fondé sur ce goût du beau dans tous les genres, que le ciel leur avait si libéralement départi ; enfin, en passant des ruines de Lacédémone aux ruines d'Athènes, je sentis que j'aurais voulu mourir avec Léonidas, et vivre avec Périclès.
Page 572 - J'ai mis fin à ce scandale pour toujours. J'ai réuni Rome à l'Empire. J'ai accordé des palais aux papes, à Rome et à Paris : s'ils ont à cœur les intérêts de la religion , ils voudront séjourner souvent au centre des affaires de la chrétienté ; c'est ainsi que saint Pierre préféra Rome au séjour même de la Terre sainte.
Page 146 - Ni les touchants regrets , ni l'amitié sincère Du grand homme chéri qui le nommait son père , Rien ne l'arrête -, il part , seul , à travers la nuit , Et cherche les périls comme un autre les fuit. Mais sur sa route il croit , dans les vastes ténèbres , Entendre des sanglots et des plaintes funèbres , Et voir autour de lui des fantômes errer.
Page 63 - Parthénon se coloraient de la plus belle teinte de la fleur du pêcher ; les sculptures de Phidias , frappées horizontalement d'un rayon d'or, s'animaient , et semblaient se mouvoir sur le marbre par la mobilité des ombres du relief; au loin , la mer et le Pirée étaient tout blancs de lumière ; et la citadelle de Corinthe , renvoyant l'éclat du jour nouveau brillait sur l'horizon du couchant, comme un rocher de pourpre et de feu.
Page 75 - J'estime plus ces honnêtes enfants Qui de Savoie arrivent tous les ans, Et dont la main légèrement essuie Ces longs canaux engorgés par la suie...
Page 61 - ... senti à la vue de Lacédémone. Sparte et Athènes ont conservé jusque dans leurs ruines leurs différents caractères : celles de la première sont tristes, graves et solitaires; celles de la seconde sont riantes, légères, habitées. A l'aspect de la patrie de Lycurgue, toutes les pensées deviennent sérieuses, mâles et profondes; l'âme, fortifiée, semble s'élever et s'agrandir; devant la ville de Solon, on est comme enchanté par les prestiges du génie ; on a l'idée de la perfection...
Page 430 - Manuel des propriétaires ruraux et de tous les habitants de la campagne, ou Recueil, par ordre alphabétique, de tout ce que la loi permet, défend ou ordonne dans toutes les circonstances de la vie et des opérations rurales ; on ya joint tout ce qui a rapport à la...

Informations bibliographiques