L'Année littéraire, ou, Suite des lettres sur quelques écrits de ce temps, Volume 1

Couverture
1784
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 20 - Moraliste , chacun dans son district, s'érige un tribunal suprême, où il examine, apprécie, calcule, pèse des causes qu'il ne voit point, des effets qu'il ne voit qu'à demi. Les opérations mystérieuses de la Divinité sont mesurées le compas à la main. On discute les Livres divins comme une question de physique, ou comme un point d'histoire ( i ). Moyse n'est pas mieux traité que Descartes.
Page 20 - On diffi» pe nos préjugés , on éclaire nos efprits. » Quelle lumiere affreufe , ou plutôt quelles u ténebres ! Pour allumer le flambeau de la » phîlofophie , on éteint celui de la foi. La » religion naturelle eft l'unique religion des » honnêtes gens du monde. Le déïfme a levé » le mafque ; il paroît à découvert dans des » livres accrédités. Phyficien , naturaliffe , af» tronome, métaphyficien , géometre & mo...
Page 62 - En voici un nouveau témoignage qui, pour être anonyme, n'en sera pas moins le bienvenu. Du Dieu des arts obscurs persécuteurs, Je ris, pédants, de vos complots barbares : Je ne crains point vos plats inquisiteurs, Vos agrégés, ni vos sots en simarre. Je dompterai tous vos grimauds latins ; Nouveau Samson, j'en aurai seul la gloire. La charge sonne; avancez, Philistins: Et toi, Dorval, prête-moi ta mâchoire ! Parmi ces duels d'amour-propre figurèrent...
Page 281 - Théâtre moral, ou Pièces dramatiques nouvelles, par M. le chevalier de Cubières, des Académies et Sociétés Royales de Lyon, Dijon, Marseille, Rouen, HesseCassel, etc., second volume. Ce second volume contient...
Page 32 - Public déformais faiciné par ies guides , Ne veut qu'être ébloui par des éclairs rapides. Amoureux du bizarre , avide du nouveau , Et pour comble d'erreur , ennemi du vrai beau.
Page 341 - ... plus que de trouver sur des peupliers de l'ambre formé par les larmes des sœurs de Phaéton. Tant de variations sur un oiseau si connu en apparence des Grecs et des Romains, ont jeté les modernes dans une grande perplexité. Morin , de l'académie des Inscriptions, a résolu la question, en disant que les anciens ont fait chanter les cygnes, comme ils ont fait parler les bêtes (Mém., tom. v, pag. 207). Cette manière de raisonner messiérait très-fort à un naturaliste : aussi Aldrovande...
Page 134 - LITTÉRAIRE. reproché de n'avoir pas rempli tout ce que fes concitoyens pouvoient exiger de fon amour pour le bien public , & par un dévouement aufli rare que vertueux , il s'eft facrifié lui - même four fe confacrer au fervice des pauvres.
Page 59 - Carlin pour peindre le fort, Très • peu de mots doivent fuffire : Toute fa vie il a fait rire, II a fait pleurer à fa mort.
Page 8 - L'état fe paffera bien de tragédies , de comédies. Il nous faut des vérités & non des phrafes. Les arts qui font fleurir la navigation , le commerce , qui dirigent les opérations du guerrier , de l'agriculture , voilà ce qui mérite uniquement l'attention du philofophe. Ce fophifme fpécieux , & le miférable état de notre littérature aéluelle femble l'appuyer encore.

Informations bibliographiques