Images de page
PDF
ePub

DES

CHRONIQUES.

NOTES

DE LA TRADUCTION.

(1) C'est-à-dire une série de faits historiques.

(2) Il s'agit ici de la mer qui baigne les côtes occidentales de la presqu'ile de l'Inde , depuis l'embouchure de l'Indus jusqu'aux environs de la ville de Goa. C'est la mer que les écrivains arabes appellent mer Larevy ou mer du pays de Lar. Comme les navires des Arabes partaient des bouches du Tigre et suivaient d'abord les côtes de Perse, la mer Larevy était précédée par la mer appelée mer de Perse. Il n'est point parlé ici de la mer de Perse, à cause de la lacune qui se trouve au commencement du volume.

(3) Ici commence la deuxième page du mapuscrit arabe, et ce n'est qu'à partir de la que le récit devient authentique. La partie qui pré

[graphic]

DES VOYAGES

YAITS

PAR LES ARABES ET LES PERSANS

DANS L'INDE ET À LA CHINE

DANS LE 11 SIÈCLE DE L'ÈRE CHRÉTIENNE

TEXTE ARABE IMPRIMÉ EN 1811

PAR LES SOINS DE FEU LANGLÈS

PUBLIS

AVEC DES CORRECTIONS ET ADDITIONS
ET ACCOMPAGNÉ D'UNB TRADUCTION FRANÇAISE

ET D'ÉCLAIRCISSEMENTS

PAR M. REINAUD

MEMBRE DE L'INSTITUT

TOME II

NOTES DE LA TRADUCTION

ET TEXTE ARABE

PARIS
IMPRIMÉ PAR AUTORISATION DU ROI
A L'IMPRIMERIE ROYALE

SE TROUVE

Chez A. FRANCK, LIBRAIRE ÉDITEUR,

A PARIS, RUE DE RICHELIEU, n° 69;
A LEIPZIG, KÖNIGSTRASSE, N° 1.

RELATION

DES VOYAGES

PAITS

PAR LES ARABES ET LES PERSANS

DANS L'INDE ET À LA CHINE

II

« PrécédentContinuer »