Images de page
PDF
ePub

raires de chaque administration financière. Déduction faite de ces dépenses affectées au service inaclif, les frais de perception tombent à 5 0/0.

Le service de la dette publique comprend : a) l'intérêt de la dette consolidée (en moyenne 587 millions de fr.); b) la dette viagère (97 millions); c) les frais d'administration .payés à la Banque (1.675.000 fr., déduction faite d'un abonnement de 1.500. 000 fr. pourdroit de timbre,et de 3 millions dus annuellement par la Banque comme part de l'État dans les bénéfices résultant de l'émission des billets); d) l'intérêt des rentes non réclamées et capitalisées (2.500.000 fr. en moyenne) ; e) l'intérêt des billets et des bons de l'échiquier, intérêt dont le montant varie avec le chiffre des émissions.

Le gouvernement civil comprend : o) la liste civile proprement dite et les dotations de la famille royale (13 millions, somme exclusive des frais d'entretien des résidences royales mis par le budget à la charge de l'État) ; b) les dépenses des deux chambres, les administrations centrales et le gouvernement civil de l'Irlande et de l'île de Man (35.10i.550 fr. en 1859); c) les pensions générales, c'est-à-dire qui ne sont pas à la charge d'un service spécial (9.165.000 fr. en 1859); d) les dépenses imprévues (très-variables, portées pour 1.400.000 fr. au compte de 1857); e) les dépenses secrètes (1 million 115.000 fr. en 1859).

Le budget de la justice comprend : a) les cours de justice, ayant coûté 22.577.875 fr. en 1859; b) les frais de police et de justice criminelle (36.992.775 fr.) ; c) les établissements pénitentiaires (23.525.000 fr.).

Le budget des affaires étrangères (personnel extérieur seulement) comprend : a) les dépenses du corps diplomatique (35.500.000 fr.); b) les dépenses du corps consulaire (4.382.770 fr.); c) les dépenses extraordinaires et frais d'installation (1.525.000 fr.).

Le budget de la guerre comprend l'armée et la flotte. Nous avons indiqué plus haut les dépenses, à diverses époques, de ces deux branches de la force armée.

Les travaux publics comprennent l'entretien des palais royaux, des parcs, la construction et l'entretien des édifices publics, l'entretien d'un petit nombre de ponts et des ports de refuge.

Les encouragements donnés à l'instruction publique ont lieu sous la forme de subventions à l'enseignement primaire (16 mill. 6 dans la Grande-Bretagne et 6 mill. en Irlande), aux universités (1.732.175 fr.), et à l'entretien d'écoles de dessin, des musées (4.734.550 fr.).

Le budget des colonies comprend toutes les dépenses d'intérêt général qu'elles n'ont pu prendre à leur charge (traitements des gouverneurs, service religieux, garnisons, etc.).

Les dépenses diverses sont en trop grand nombre pour pouvoir être énumérces. Nous mentionnerons seulement les encouragements aux pêcheries (400.000 fr.), les subventions à des établissements charitables (2.375.000 fr.), les secours à divers, qui ont coûté à l'État, en 1859, 375.000 fr., et les intérêts des emprunts étrangers garantis par l'Angleterre (3.259.450 fr.).

§ 6. Force Publique. 1. Armée. Au 1" janvier 1860, l'armée anglaise régulière comprenait un total de 218.971 hommes, de 30.072 chevaux et de 360 canons. Ces totaux se

divisaient ainsi qu'il suit:

[table]

Cet effectif est celui du pied de paix; en cas de guerre, il peut être porté à 450,061. Le recrutement de l'effectif de paix est, en moyenne annuelle, de 5!5,000 hommes. L'Angleterre entretient, en outre, des forces coloniales indigènes dont l'effectif est évalué à 316,216 hommes.

L'armée anglaise se recrute entièrement par la voie des engagements volontaires et à l'intérieur du Royaume-Uni, à l'exception du 100' régiment qui se

recrute dans le Canada, et de quelques enfants de. troupe qui entrent au service dans les colonies.

On est admis à s'engager de 18 à 25 ans pour la cavalerie et le génie; — de 17 à 30 ans pour l'artillerie et l'infanterie ; —pour l'infanterie destinée à servir dans l'Inde, les engagements ne sont pas reçus au-dessous de 18 ans.

La taille est fixée ainsi qu'il suit : gardes du corps et gardes à cheval, 1TM,75 à 1-.80; — cavalerie, 1",65 à 1-.71; — cavalerie de l'Inde, 1",61 à 1TM,65; —artillerie : canonnière, 1»,68; soldats du train (drivers), 1TM,60 à 1TM,65 ; —infanterie : gardes, l',72; ligne, 1TM,60.

La prime d'engagement varie, selon les besoins, entre 50 et 250 fr.; il est donné, en outre, un équipement complet. La prime est la même pour toutes les armes.

La durée du service est de 10 ans dans l'infanterie, de 12 ans dans la cavalerie et l'artillerie. Après ce terme, le soldat, s'il est encore apte au service, peut renouveler son engagement; il a droit alors à une nouvelle prime et à un second équipement.

IL — Flotte. — A) Matériel. — Le matériel de la flotte comprenait au 31 décembre 1859:

Vaisseaux de ligne. — 8 vaisseaux de 1er rang (de 120 à 130 canons, *et de 500 à 1,200 chevaux pour les bâtiments à vapeur), dont 7 à hélice et 1 à voiles; — 12 de 2e rang (de 101 canons et de 600 à 800 chevaux), dont 6 à hélice et 6 à voiles; — 39 de 3" rang (de 91 canons et de 400 à 800 chevaux), tous à hélice; — 25 de 4" rang (de 81 canons et de 400 chevaux), dont 13 à hélice et 12 à voiles; — 14 de 5" rang (de 72 à 78 canons), tous à voiles; — 9 vaisseaux garde-côtes (de 60 canons et de 200 à 450 chev.), tous à hélice.

Frégates. — 1" rang (de 51 canons et de 400 à 1,000 chevaux), 29 à hélice et 19 à voiles ; —2e rang de 25,44 et 47 canons et de 300 à 800 chev.), 12 à hélice et 34 à voiles; — à aubes (18 canons et de 400 à 800 chev.), 9.

Corvettes. — (De 21 à 26 canons et de 200 à 400 chevaux), 24 à vapeur et 20 à voiles.

Sloops. — (De 12 à 18 canons), 44 à voiles; — (de 11 à 17 canons et de 100 à 400 chevaux), 32 à hélice; — (de 4 à 8 canons et de 200 à 400 chevaux), 36 à hélice; — (de 6 à 9 canons et de C0 chevaux), 6 à hélice; — à aubes (de 6 canons et de 400 à 560 chevaux), 13 ; — de 6 canons et de 200 à 3j0, chevaux), 36; — (de 4 canons et de 50 à 200 chevaux), 4t.

Canonnières. — De 1" classe (2 canons et 95 chevaux), 25 à hélice; — de 2' classe (1 canon et 60 chevaux), 122 à hélice.

Vaisseaux blindés. — De Ie-' rang (36 canons et 1,250 chevaux), 2 à hélice; — de 2* rang (16 canons et 800 chevaux), 2 à hélice.

Batteries flottantes.— (14 canons et 220 chevaux), 8 à hélice.

Bombardes.— (4 canons et 120 chevaux), 6 à aubes.

C'est un total de 372 bâtiments à hélice, 105 à aubes et 150 à voiles; — total : 627.

B) Personnel. — Les documents officiels se taisent sur l'effectif-pcrsonncl de la flotte anglaise; on sait seulement que le budget de 1859-60 avait affecté une somme de 107 millions 1/2 à l'entretien de 72,400 hommes de mer, et que celui de 1860-61 a élevé la dépense a 122 mill. 1/2 pour uu effectif de 85,500.

$ 7. — Établissements De Crédit. La Banque d'Angleterre rend à l'État deux ordres de services d'une grande importance, d'une part, en négociant à l'échiquier une notable partie de ses billets; de l'autre, en faisant, moyennant une certaine redevance proportionnelle, le service de la dette publique et de la trésorerie. Il est regrettable que les comptes rendus de cet établissement, le plus considérable qui existe dans le monde entier, soient peu répandus et ne fassent connaître que les résultats nets de3 opérations de l'année. Ainsi, préparés exclusivement au point de vue de l'actionnaire, ils ne jettent aucune lumière sur les diverses phases de la situation économique du pays dans le cours du dernier exercice. Les seuls renseignements de quelque intérêt que les publications hebdomadaires de la Banque permettent de recueillir consistent dans le mouvement de l'actif et du passif à diverses époques, et notamment à la fin de chacun des trimestres de son année financière. Voici le relevé des 14 dernières années. L'actif comprend le capital social, la dette du gouvernement envers la Banque (275,000,000), leportefeuule, l'encaisse métalliqueet les dépôts.

[ocr errors]

22 MARS.

i.132
1.063

1.000
910

973

880

075
882

1.032
947

1.023
942

1.075
987

1.173

1.090

1.070
985

975

887

1.023
933

1.002
915

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]
[blocks in formation]

1.090

1.002

948
855

927

835

960

877

1.037
937

1.000
915

1.153
1.075

1.102
1.023

975
890

1.077
990

1.003
916

907
905

1.022
933

982

890

937

850

1.002

922

1.047
970

1.025
950

1.157

1.092

1.125
1.040

973

893

1.000
917

wo

907

1.095
l.OtO

1.130 1.133

1.173

1.090

1.090
1.012

1.190
1.100

1.100
1.012

1.175

1.085

1.127 1.030

1.177 1.100

On voit qu'au moins d'après la comptabilité de l'établissement, l'actif moyen dans chacun des trimestres ci-dessus est toujours supérieur au passif. Dans certaines années et à certains trimestres de la môme année, l'écart entre les deux valeurs s'élargit ou se resserre, selon que le portefeuille s'élève ou s'abaisse, et que, par conséquent, la circulation des billets s'accroît ou diminue. En examinant avec quelque attention le tableau qui précède, on reconnaît les années de crise financière à la diminution, pendant ces années, des opérations de la Banque. On constate notamment un ralentissement sensible de ses avances au commerce dans les années 1847 et 1848. En 1852 et 1853, au contraire, elle en élève notablement le chiffre; elle les modère en 4854 pour se montrer plus libérale en 1855 et 1856. Dans le désir de faciliter la liquidation de la crise de 4857, crise qu'elle a cherché à prévenir jusqu'au dernier moment, même en obtenant du gouvernement l'autorisation de franchir la limite statutaire à ses émissions, elle porte, en 1858 et 1859, ses escomptes à la somme la plus considérable qu'ils aient encore atteinte.

On trouve des renseignements de même nature dans les chiffres des émissions de l'ensemble des banques du Royaume-Uni autorisées à mettre en circulation des billets payables à vue. Ces émissions sont indiquées dans le tableau ci-après pour la période 1846-59:

MOYENNE DES TRIMESTRES FINISSANT MOYENNE DES TRIMESTRES FINISSANT

1er mer». 91 juin. 15 wpt. 6 <Ue. 1er mari. 31 juin. 13 wpt. 6 die.

fr fp fp fr fp fp fp fp

[table]

Dans ces émissions, la Banque figure pour une moyenne de 525 millions de francs; les banques particulières de l'Angleterre proprement dite et du pays de Galles, pour 87 millions de francs; les banques par actions de la même partie du Royaume-Uni,pour 75 millions de francs; la banque d'Ecosse, les banques particulières et les banques par actions de ce pays, pour 87 millions de francs; la banque d'Irlande, pour le même chiffre; les banques particulières et par actions pour 62 millions 1/2 de francs.

§8. — Assistance Publique.

A) Angleterre. — Le tableau ci-après fait connaître le mouvement, dans cette partie du Royaume-Uni, de ce que nous appellerons le paupérisme officiel. Il indique, pour chaque année de la période de 1819-59 le nombre des indigents qui, au 1" janvier de cette môme année, recevaient l'assistance dans les maisons de travail à domicile.

2e Série, T. xxx. — 15 mot 1861. 16

« PrécédentContinuer »