Les bagnes: Rochefort

Couverture
Gagniard, 1830 - 324 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 280 - ... commençâmes à nous mettre en marche, à travers les longs passages voûtés qui conduisaient de la grande salle à l'échafaud. Je vis les lampes qui brûlaient encore, car la lumière du jour n'y pénètre jamais; j'entendis les coups pressés de la cloche et la voix grave de l'aumônier, lisant, comme il marchait devant nous : « Je suis la résurrection et la vie, a dit le Seigneur; « celui qui croit en moi, quand même il serait mort, « vivra; — et quoique les vers rongent mon corps...
Page 281 - Je sentis encore une fois, je vis; et ce fut le dernier moment de complète perception que j'eus. Je sentis la transition brusque de ces passages souterrains, chauds, étouffés, éclairés par des lampes, à la plate-forme découverte et aux marches qui montaient à l'échafaud; et je vis l'immense foule qui noircissait toute l'étendue de la rue au-dessous de moi, les fenêtres des maisons et des boutiques vis-à-vis garnies de spectateurs jusqu'au quatrième étage. Je vis l'église du Saint-Sépulcre...
Page 275 - ... idées. Peu à peu , ma tête commença à divaguer et à s'égarer encore une fois. Je portai mes mains à ma gorge , je la serrai fortement comme pour essayer de la sensation d'étrangler; ensuite je tâtai mes bras aux endroits où la corde devait être attachée; je la sentais passer et repasser jusqu'à ce qu'elle fût nouée solidement; je me sentais lier les mains ensemble ; mais la chose qui me faisait le plus d'horreur était l'idée de sentir le bonnel blanc abaissé sur mes yeux et...
Page 265 - II est cependant aisé de démontrer à quiconque possède quelques légères connaissances de la construction et des forces vitales de notre corps, que le sentiment n'est pas entièrement détruit par ce supplice. Ce que nous avançons est fondé, non sur des suppositions et sur des hypothèses , mais sur des faits. » 1 °. Le siége du sentiment est dans le cerveau ;
Page 94 - ... par la brutale indiscrétion des agens subalternes de la police, le libéré est dans une inquiétude continuelle ; jeté d'atelier en atelier , de village en village, d'antichambre en antichambre, accusé partout , repoussé partout , il ne voit plus qu'un asile , c'est le bagne ; qu'une clef pour en ouvrir l'accès , c'est le fer ; qu'une recommandation pour y être admis , c'est le crime.
Page 273 - ... de trois pieds d'épaisseur, et que lors même que j'aurais pu passer à travers une crevasse, plus petite que le trou d'une aiguille, je n'avais pas la moindre chance de salut. Au milieu de tous ces efforts, je fus saisi d'une faiblesse, comme si j'eusse avalé du poison, et je n'eus que la force de gagner, en chancelant, la place qu'occupait mon lit.
Page 267 - Voïard , célèbre médecin d'Allemagne , a vu se mouvoir les lèvres d'un homme dont la tête était abattue. » Leveling a souvent, sur les lieux du supplice, fait l'expérience d'irriter la partie de la moelle épinière qui...
Page 281 - Je me rappelle le ciel nuageux, la matinée brumeuse, l'humidité qui couvrait l'échafaud, l'immense masse noire des édifices, la prison même qui s'élevait à côté, et semblait projeter son ombre sur nous ; la brise fraîche et froide, qui, lorsque j'en sortis, vint frapper mon visage. Je vois tout encore aujourd'hui ; l'horrible perspective est tout entière devant moi ; l'échafaud, la pluie, les figures de la multitude, le peuple grimpant sur les toits, la fumée qui se rabattait pesamment...
Page 279 - Un vieillard maigre, à cheveux blancs, lisait haut à l'un d'eux ; il vint à moi et me dit quelque chose.... Que nous devrions nous embrasser , à ce que je crois ; je ne l'entendis pas distinctement. » La chose la plus difficile pour moi était de me retenir de tomber. J'avais cru que ces momcns seraient pleins de rage et d'horreur, et je...
Page 256 - En foi de quoi le présent lui a été expédié , pour lui servir et valoir ce que de raison, sous la condition qui lui a été notifiée, lorsqu'il a été remis aux autorités civiles, de se conformer aux dispositions du décret du 17 juillet 1806.

Informations bibliographiques