Histoire de l'Académie royale des sciences et des belles-lettres de Berlin: avec les mémoires pour la même année, tirez des registres de cette Academie, Volume 13

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 290 - ... même réduit à rien, fi l'ouverture de quelque verre que ce foit étoit anéantie. Or quelques verres y contribuent par toute leur ouverture , pendant que d'autres n'y contribuent que par une partie -, ou bien l'ouverture de chaque verre entre en compte, ou entière, ou en partie ; & on peut même déterminer l'arrangement des verres en forte , que chacun contribue par une partie donnée de fbn ouverture au champ apparent. D fera donc bon de conduire le calcul en forte, qu'on puiflè d'abord...
Page 20 - SUR LA CONSERVATION DU SANG ET D'AUTRES 'CORPS LIQUIDES, SANS CORRUPTION, DANS LE ' VUIDE, PENDANT PLUSIEURS ANNÉES, PAR M.
Page 56 - ... commencer à fondre ; après quoi je l'en tirai avec la main gauche. Mais, à peine avois-je fait cela, qu'il parut un éclair dans la retorte, qui remplit tout...
Page 175 - Après cette remarque, voilà un problème bien important, qui eft de déterminer la déclinaifon de l'aiguille aimantée pour tous les lieux de la terre , lorsque les deux pôles magnétiques ne font pas diamétralement oppofes. Pour mieux épuHcr ce problème, qui eft, comme on verra, d'une fort grande étendue...
Page 56 - ... toire. Je trouvai que la partie inférieure de la retorte étoit couverte •n d'une matière faline blanche; mais l'ayant féparée toute entière, tant » avec le fecours de l'eau chaude qu'en raclant & lavant , je trouvai le • platine qui , après avoir été feché, fe montra fans altération après ce
Page 438 - Il rempliflbit tous (es devoirs avec la même ardeur ; il auroit voulu les multiplier , porter une partie du fardeau des autres, concourir à tout, embraffer tout. Cela lui avoit donné en peu de tems une routine des affaires qui le rendoit fécond en ouvertures , en...
Page 450 - L'on y verra ; que la Lettre citée par M. Kœnig ne s'y trouve point ; on jugera par celles qui dévoient la précéder & la fuirre s'il étoit vraifcmblable qu'elle s'y trouvât ; Enfin, pour ce qui eft en particulier du fragment cité, on verra fi fon exiftence a jamais été poflîble. Nous fommes bien 'éloignés de vouloir icy remuer les cendres de M. Kœnig. Les réflexions qu'on trouvera dans quelques notes ne tombent point fur fa perfonne ; elles ne regardent qu'une pièce dont ni lui ni...
Page 436 - à fa deftination , dans une fource qui a été longtems ouverte pour le bien des Lettres & de l'Egliiè..
Page 51 - Ce qui étoit demeuré de refte de Platine de ce premier travail avec le nitre, pefoit cinq dragmes & vint grains ; je le mêlai de nouveau avec trois onces du nitre le plus pur, & procédai de la même manière qui a été rapportée dans les § §. précédées.
Page 440 - AN quoi il ajoUtoit que ce qu'il y avoit de plus déraifbnnable , & qu'on dût regarder comme barbare dans leurs coutumes, étoit précifément ce que les François , les Allemans, de les autres Peuples du Nord, ont jugé à propos de confèrver.

Informations bibliographiques