L'Année littéraire, ou, Suite des lettres sur quelques écrits de ce temps, Volume 5

Couverture
1755
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 13 - Recevoir le meilleur , ère dit-on , votre envie , Et je ne ferois pas parti de Warfovie , Si vous aviez parlé de prendre le mieux fait.
Page 155 - Le coup de poing avertit feulement que la querelle eft férieufe ; & leur façon de parler en eft toujours fi voifine , que ce coup de poing ne fait pas un grand dérangement. Les Dévots d'entre le Peuple , le font infiniment dans la forme ; la vrai piété eft au-deffus de la portée de leur cœur Se de leur efprit. Une grofle voix , dans un Prédicateur , les perfuade.
Page 155 - Ils fe raccommodent & fe brouillent fans s'entendre. Les gens mariés d'entre le Peuple fe parlent toujours comme s'ils alloient fe battre. Cela les accoutume à une...
Page 185 - Comme il n'avoit guéres plus de reffentiment des injures , que de reconnoiflance des fervices , il puniffoit ou récompenfoit par intérêt. Lorfqu'il fe déterminoit à punir , il le faifoit avec la dernière févérité , parce que l'exemple doit être le premier objet du châtiment. La févérité de ce Prince fe tourna en cruauté fur la fin de fa vie : il foupçonnoit légèrement, & l'on devenoit criminel dès qu'on étoit fufpecl.
Page 193 - Jean , féduit par les bontés du Roi qui le faifoit fouvent manger avec lui, s'avifa de lui demander des Lettres de Noblefle. Ce Prince les lui accorda; mais lorfque ce nouveau Noble parut devant lui , il affefta de ne le pas regarder. Maître Jean furpris de ne pas trouver le même accueil , s'en plaignit. Al
Page 87 - Quel contraste, grands dieux! dès la plus tendre enfance, On étale à nos yeux la superbe opulence, On écarte de nous jusqu'à l'ombre des maux, On n'offre à nos regards que de riants tableaux; Pour ne point nous déplaire, on nous cache à nous-mêmes, On ne nous entretient que de grandeurs suprêmes; On ajoute à nos noms des noms ambitieux; Autant que l'on le peut, on fait de nous des dieux. Victimes des flatteurs, malheureux que nous sommes, Que ne nous apprend-on que les rois sont des hommes!
Page 150 - Eh bien, un jeune homme doit-il être le copiste de la façon de faire de ces auteurs? Non ! cette façon a je ne sais quel caractère ingénieux et fin dont l'imitation littérale ne fera de lui qu'un siuge, et l'obligera de courir vraiment après l'esprit, l'empêchera d'être naturel.
Page 14 - Ces habits nouveaux , qui ont long-tems lubrifié , étoient pareils à ceux des Dames de la Cour , c'eft-à-dire, des corps de robes à longues queues traînantes. De nos jours nous avons vu les femmes des...
Page 191 - Ce prince craignoit tant la mort, que dans les prières qu'il ordonnoit continuellement, il ne vouloit pas qu'on demandât à Dieu autre cîiofe pour lui que la faute.
Page 90 - Tu m'épargne l'affront dont je flétris Hector. Que mon fils à jamais en garde la mémoire , Et te rende les foins que tu prends de ma gloire. Sers-lui de père , ami ; qu'il te ferve de fils. Voilà fes derniers vœux , les avez-vous remplis ? De fes fiers ennemis j'affrontai la furie : Vous , en m'abandonnant , vous leur livrez ma vie.

Informations bibliographiques