Réapprivoiser la mort: Nouvelles recherches sur l'expérience de mort imminente

Couverture
Albin Michel, 1 juin 2016 - 400 pages
En 1986 paraissait La Source noire. Fruit de cinq années de reportage mené par Patrice Van Fersel en Amérique, ce livre abordait alors un sujet méconnu en France : l'accompagnement des mourants, ainsi que l'exploration scientifique des états de conscience à l'extrême limite entre la vie et la mort.
Onze ans plus tard, Patrice Van Fersel a repris son enquête, cette fois-ci en France où la situation dans ce domaine a radicalement changé sous l'impulsion, notamment, de Léon Schwarzenberg, de pierre Viansson-Ponté et de Marie de Hennezel, l'auteur de La Mort intime, préfacée par François Mitterrand.
Comment a-t-on réappris à s'accompagner les uns les autres dans les derniers instants de l'existence ? Comment les chercheurs étudient et interprètent-ils les fulgurantes irruptions de vitalité que la mort provoque chez certains ? L'auteur fait le point sur cet art de "réapprivoiser la mort" à propos duquel les Français ont apporté de nouveaux éléments : application de l'haptonomie aux mourants ; hypothèse superlumineuse émise par le Pr Régis Dutheil ; relecture de la NDE (expérience de mort imminente) à travers la grille psychanalytique de Didier Dumas, dont les schémas ont été bouleversés par sa rencontre avec le taoïsme.
Réapprivoisez- la mort se termine sur ce que l'auteur appelle "l'Acte III du grand théâtre final", c'est-à-dire sur les expériences de dialogues avec les morts dont nous parlent déjà les traditions anciennes, aujourd'hui reconsidérées comme des clés possibles pour lever le mystère du vivant.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

À propos de l'auteur (2016)

Membre de l'équipe fondatrice de Libération, en 1973-74, Patrice van Eersel a surtout fait partie de l'équipe du mensuel Actuel, de 1973 à 1995. Il a participé dès la première heure à la « communauté de journalistes » de Saint-Maur-des-Fossés, fondée par Jean-François Bizot en 1975.

Informations bibliographiques