Du dialecte blaisois et de sa conformité avec l'ancienne langue et l'ancienne prononciation française ...

Couverture
Coudret-Marçais, 1874 - 338 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 9 - Je pensois (car nous autres poètes Nous pensons extravagamment) Ce que , dans l'humeur où vous êtes, Vous feriez , si dans ce moment Vous avisiez en cette place Venir le duc de Buckingham; Et lequel seroit en disgrâce De lui ou du père Vincent.
Page 282 - ... caractères de la race. Mais c'est une langue claire, énergique, régulière, allant au fait et tout aussi propre à rendre les nuances que la nôtre. Nous pourrions par quelques innovations donner au français écrit un peu plus de logique et de clarté. Je sais que la règle est l'arche sainte ; mais je n'ai pas fait de grammaire, j'ai le droit de critique. Par exemple, que pensez-vous de ce subjonctif qui oblige un amoureux à dire en scène : Ah ! si j'étais sûr que vous m'aimassiez, que...
Page 209 - Mesme on néglige souvent de la prononcer devant une voyelle. Mais. . . dans la prononciation soutenue, comme lorsqu'on parle en public, ou qu'on déclame des vers, il faut, soit à la fin du sens ou du vers, soit devant une voyelle, faire tousjours sentir IV; et.
Page 43 - Jeltez luy deg lys et des rosés, Ayant fait de si belles choses, quand il fut arrivé à choses, il s'arrêta, craignant de faire une rime ridicule; puis, n'osant démentir sa nouvelle prononciation, il dit bravement chouse.
Page 100 - Mais depuis que les François ont esté en paix, ils ont commencé à parler plus doucement, et, si j'osois dire, plus mollement. Ne les avonsnous pas vus si sujets à leurs dames, qu'ils eussent cuidé estre peché mortel de prononcer autrement qu'elles ? ... Et de là est venu aimissions, parussions, donnissions?* (Livet, p.
Page 49 - Il démontre que l'u s'est jadis prononcé eu. « Telle a été, en effet, non » pas la seule prononciation de la voyelle, mais une des plus communément » employées depuis l'origine de la langue (!) » (p. 49). Il fonde cette étonnante affirmation d'un côté sur des exemples établissant la prononciation eu pour des mots qui depuis ont eu un u, mais qui se prononçaient d'abord eu et plus anciennement eu, ce qui ne prouve rien ; de l'autre sur le témoignage de Palsgrave qui note...
Page 234 - Muses, Roy en qui sont leurs sciences infuses, Roy plus que Mars d'honneur environné, Roy le plus roy qui fut onc couronné, Dieu tout puissant te doint pour t'estrener Les quatre coings du monde gouverner, Tant pour le bien de la ronde machine, Que pour autant que sur tous en es digne.
Page 117 - II est plus doux et plus commun entre les biendisans de prononcer je parlais ; toutefois ce n'est pas une faute de dire je parlais, puis qu'à Paris , dans le barreau et dans les chaires de Prédicateurs , il ya beaucoup de langues éloquentes qui ne refuyent pas cette prononciation2.
Page 207 - Cour le prononcent parfaitement bien dans le discours ordinaire, et que neantmoins en lisant, ou en parlant en public, elles le prononcent fort mal, et tout au contraire de ce qu'elles font ordinairement; car elles ont...
Page 177 - Th.; marque T., et remarque L.; marque, -er, *merque, *-er, remarquer, *remerquer 0.; «l'e est plus doux que l'a, mais il n'en faut pas abuser comme plusieurs, qui disent merque pour marque, » Vaugelas 3g i; xmerque pour marque» est une «corruption de langage, » Ghifflet 3, 7 ; «il faut dire...

Informations bibliographiques