Histoire de la vie et du regne de Louis xiv, redigée sur les memoires de feu monsieur le comte de ***, publ. par mr. Bruzen de la Martiniere, Volume 3

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 147 - ... du parlement, de la chambre des comptes , de la cour des aides , de celle des monnoies , et de la ville de Paris.
Page 390 - Elle lui dit qu'elle la prenoit de sa main , parce qu'elle se fioit à lui : on lui fit prendre plusieurs drogues dans cette pensée de poison, et peut-être plus propres à lui faire du mal qu'à la soulager. Ce qu'on lui donna la fit vomir...
Page 401 - Et sans s'inquiéter d'aucunes peurs frivoles, La foi semble courir au-devant des paroles : La langue en peu de mots en explique beaucoup; Les yeux, plus éloquents, font tout voir tout d'un coup ; Et de quoi qu'à l'envi tous les deux nous instruisent, Le cœur en entend plus que tous les deux n'en disent.
Page 394 - Roi une relation particulière de cet accident fatal , et qui nous apporte le procès-verbal de la mort de cette princesse et de la dissection de son corps, signé des principaux médecins et chirurgiens de Paris, ne nous convainque pleinement que nous n'avons...
Page 392 - Si Madame a été empoisonnée , comme la plus grande partie du monde le croit, toute la France le regarde comme son empoisonneur, et s'étonne avec raison que le roi de France ait si peu de considération pour le Roi notre maître que...
Page 10 - Il me conta que ma sœur n'avoit eu d'envie de rompre son mariage de Toscane que lorsqu'elle avoit su que M. de Lorraine me vouloit marier avec son neveu ; qu'elle l'avoit été trouver chez La Haye; qu'elle s'étoit jetée à ses genoux, lui avoit dit : « Mon oncle, vous ne songez pas à ce que vous « faites de donner vos Etats à votre neveu pour « épouser ma sœur ; elle est fière et glorieuse : elle « croira vous faire trop d'honneur de les recevoir , « et elle vous eu chassera lorsqu'elle...
Page 401 - II prépare si bien l'amant et la maîtresse, Que leur âme au seul nom s'émeut et s'intéresse. On s'estime, on se cherche, on s'aime en un moment : Tout ce qu'on s'entre-dit persuade aisément ; Et sans s'inquiéter...
Page 306 - Naurouse dans un bassin de deux cents toises de longueur et de cent cinquante de largeur, revêtu de pierres de taille. C'est là le point de partage d'où les eaux se distribuent à droite et à gauche dans un canal de...
Page 406 - vous êtes le maître de mon repos, vous avez pitié « de moi : et vous n'avez pas la force de refuser aux « autres le sacrifice que vous leur en faites ! Ah ! sire, « Votre Majesté me tue, et elle se fait à elle-même le "- plus grand tort du monde. » Je sortis sans, regarder personne, pour courir chez moi y pleurer sans spectateurs. Un moment après...
Page 400 - ... me sentois pour tout le monde, et l'ennui dans lequel j'étois lorsque je ne le trouvois pas chez la Reine , me firent connoître tout ce que j'avois ignoré jusque là. Je n'avois d'occupation ni d'agitation que celles qui me venoient de ces réflexions : tantôt je voulois qu'il devinât mon état...

Informations bibliographiques