Historie du procès de Louis XVI.

Couverture
L'auteru, Patris, 1814
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 369 - Je jure d'être fidèle à la nation et de maintenir la liberté et l'égalité, ou de mourir en les défendant.
Page 164 - Si le Roi se met à la tête d'une armée et en dirige les forces contre la nation, ou s'il ne s'oppose pas par un acte formel à une telle entreprise qui s'exécuterait en son nom, il sera censé avoir abdiqué la royauté.
Page xvi - Puisse, messieurs, un heureux accord régner dans cette assemblée, et cette époque devenir à jamais mémorable pour le bonheur et la prospérité du royaume ! c'est le souhait de mon cœur, c'est le plus ardent de mes vœux , c'est enfin le prix que j'attends de la droiture de mes intentions et de mon amour pour mes peuples.
Page 470 - Citoyen président, j'ignore si la Convention donnera à Louis XVI un conseil pour le défendre, et si elle lui en laissera le choix : dans ce cas-là je désire que Louis XVI sache que s'il me choisit pour cette fonction je suis prêt à m'y dévouer. Je ne vous demande pas de faire part à la Convention de mon offre, car je suis bien éloigné de me croire un...
Page 63 - Après l'abdication expresse ou légale, le Roi sera dans la classe des citoyens, et pourra être accusé et jugé comme eux pour les actes postérieurs à son abdication.
Page 220 - Toute société dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de constitution.
Page 127 - Ier ; car lorsqu'un peuple est assez lâche pour se laisser dominer par des tyrans, la domination est le droit du premier venu et n'est pas plus sacrée ni plus légitime sur la tête de l'un que sur celle de l'autre.
Page 126 - Juger un roi comme un citoyen ! Ce mot étonnera la postérité froide. Juger c'est appliquer la loi ; une loi est un rapport de justice : quel rapport de justice y at-il donc entre l'humanité et les rois ! Qu'y at-il de commun entre Louis et le peuple français pour le ménager après sa trahison...
Page 447 - Je vous ai écrit , mais c'était par la poste , » et je n'ai rien pu dire. Nous sommes ici deux » qui n'en font qu'un : mêmes sentiments , mêmes » principes , même ardeur pour vous servir.
Page 437 - Louis , la nation française vous accuse. La convention nationale a décrété, le 3 décembre, que vous seriez jugé par elle; le 6 décembre, elle a décrété que vous seriez entendu aujourd'hui à sa barre. Vous allez entendre la lecture de l'acte énonciatif des faits. Louis , asseyez-vous.

Informations bibliographiques