Les armes et le duel

Couverture
Dentu, 1864 - 607 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 166 - Voulez-vous donc cultiver l'intelligence de votre élève, cultivez les forces qu'elle doit gouverner. Exercez continuellement son corps ; rendez-le robuste et sain pour le rendre sage et raisonnable; qu'il travaille, qu'il agisse, qu'il coure, qu'il crie, qu'il soit toujours en mouvement ; qu'il soit homme par la vigueur , et bientôt il le sera par la raison.
Page 144 - Celui-là est perdu dans le monde des lâches, qui n'a pas le cœur de se battre ; car alors les lâches, qui sont sans nombre, feront du courage sans danger à ses dépens ; celui-là est perdu dans ce monde, où l'opinion est tout, qui ne saura pas acheter l'opinion d'un coup de feu ou d'un coup d'épée ; celui-là est perdu dans ce monde d'hypocrites et de calomniateurs, qui ne saura pas se faire raison...
Page 115 - Leur arme est un couteau à gaîne qui pend toujours à leur ceinture ; mais si ce que l'on dit est vrai , ils portent jusque dans la fureur du duel le sang-froid qui leur est propre. On assure qu'avant de combattre , chacun lance son couteau contre une table , et que le point d'honneur , la loi du combat, leur défend d'enfoncer cette arme dans le corps de leur adversaire plus avant qu'elle n'est entrée dans le bois. On ne peut assez admirer tant de bonne foi dans la convention, et une précision...
Page 347 - Les hommes, la plupart, sont étrangement faits ! Dans la juste nature on ne les voit jamais; La raison a pour eux des bornes trop petites. En chaque caractère ils passent ses limites, Et la plus noble chose, ils la gâtent souvent, Pour la vouloir outrer et pousser trop avant.
Page 86 - Gardez-vous donc de confondre le nom sacré de l'honneur avec ce préjugé féroce qui met toutes les vertus à la pointe d'une épée, et n'est propre qu'à faire de braves scélérats.
Page 170 - Rousseau a merveilleusement saisi cette vérité. Les pages où il décrit l'enfant au maillot, corrige les soins mal éclairés qu'on lui donne , en indique de nouveaux, épie ses premiers instincts , l'expose à des fatigues calculées pour le fortifier, tout cela est admirable. Locke s'était...
Page 118 - ... lui portait, il avait la main toute » découpée de plaies ; et lorsqu'ils commencèrent à se battre, » Quélus lui dit : Tu as une dague, et moi, je n'en ai point.
Page 144 - ... ger à ses dépens; celui-là est perdu dans ce monde » où l'opinion est tout , qui ne saura pas acheter » l'opinion d'un coup de feu ou d'un coup d'épée; » celui-là est perdu dans ce monde d'hypocrites et * de calomniateurs, qui ne saura pas se faire raison, » l'épée au poing , des calomnies et surtout des » médisances. La médisance assassine mieux qu'une » épée nue ; la calomnie vous brise , bien plus à » coup sur, que la balle d'un pistolet. Je ne vou» drais pas vivre vingt-quatre...
Page 155 - Il se défendit avec beaucoup de valeur; mais enfin il fut accablé par le nombre , et tous ses soldats furent tués, excepté une vingtaine , qui , l'épée à la main, se jetèrent en désespérés au travers des ennemis pour se faire jour. Les barbares furent si étonnés de cette audace , que , pleins d'admiration , ils s'ouvrirent , et leur donnèrent passage. Ils arrivèrent heureusement à Carres.
Page 122 - ... vol devient légitime, la perfidie honnête, l'infidélité louable, sitôt qu'on soutient tout cela le fer à la main ; qu'un affront est toujours bien réparé par un coup d'épée, et qu'on n'a jamais tort avec un homme pourvu qu'on le tue. Il ya, je l'avoue , une autre sorte d'affaire où la gentillesse se mêle à la cruauté , et où l'on ne tue les gens que par hasard ; c'est celle où l'on se bat au premier sang. Au premier sang, grand Dieu! Et qu'en veux-tu faire de ce sang, bête féroce?...

Informations bibliographiques