Théorie de nouvelle découverte en genre de physique et de chemie: pour servir de supplément à la théorie des êtres sensibles, Volume 2

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 174 - Ce ne font d'abord que des filets tendus - d'un bout à l'autre de la matrice } ces filets fe multiplient , fe ferrent , & forment enfin une véritable membrane. La formation de ce fac eft une merveille qui doit accoutumer aux autres. HARVEY ne parle point de la formation du fac intérieur , dont , fans doute , il n'a pas été témoin : mais il a vu l'animal qui y nage -fe former. Ce n'eft d'abord qu'un point ; mais un point qui a la vie , & autour duquel toutes les autres parties venant s'arranger...
Page 66 - Bufïbn , que des tournoiemens d'eau caufés par l'action de deux ou de plufieurs courans oppofés^; l'Euripe fi fameux par la 'mort jJ-Ariftote , abfotbe & rejette alternativement les eaux fept fois en vingt - quatre heures : ce 'gouffre eft près des côtes de la Grèce. Le Carybde qui eft près du détroit de Sicile , rejette & abforbe les eaux trois fois en...
Page 49 - ... mine les eaux de la pluie en arrêtant les va„ peurs. Ainfi dans un bois que l'on conferve„ roit bien long-tems fans y toucher , la couche „ de terre qui fert à la végétation augmenteroit „ confidérablement ; mais les animaux rendant „ moins à la terre qu'ils n'en tirent, & les.hom„ mes faifant des confommations énormes de „ bois & de plantes pour le feu & pour d'autres „ ufages, il s'enfuit que la couche de terre végé...
Page 37 - ... foixante pas, fa profondeur de vingt-cinq ou trente palmes , & dans certains fonds ou vallées , de cent vingt : la matière qu'il rouloit étoit femblableà l'écume qui fort du fourneau d'une forge , 6-c.
Page 175 - ... corps a pris la plus grande partie de son accroissement, et c'est par cette raison que les animaux ne sont en état d'engendrer que dans ce temps.
Page 37 - ... par plufieurs bouches de gros torrens de matières métalliques fondues & ardentes, qui fe répandoient dans la campagne & s'alloient jeter dans la mer.
Page 122 - Il me paroît que la raison de cette uniformité dans les hommes de l'Amérique vient de ce qu'ils vivent tous de la même façon ; tous les Américains naturels étoient, ou...
Page 175 - Lorsque cette matière nutritive est plus abondante qu'il ne faut pour nourrir et développer le corps animal ou végétal, elle. est renvoyée de toutes les parties du corps dans un ou dans plusieurs réservoirs sous la forme d'une liqueur ; cette liqueur contient toutes les molécules analogues au corps de l'animal, et par conséquent tout ce qui est nécessaire à la reproduction d'un petit être entièrement semblable au premier. Ordinairement cette matière nutritive ne devient surabondante...
Page 309 - ... pour être reconnu, et même pour fatiguer les conducteurs de bateaux sur les rivières. Si cette espèce de remous ne fait pas toujours un contre-courant , il produit nécessairement ce que les gens de rivière appellent une morte, c'est-à-dire, des eaux mortes, qui ne coulent pas comme le reste de la rivière, mais qui tournoyent de façon que quand les bateaux y sont entraînés , il faut employer beaucoup de force pour les en faire sortir. Ces eaux mortes sont fort sensibles dans toutes...
Page 39 - ... il doit produire des effets très-violens. Suppofons donc qu'à une profondeur très-confidérable, comme à cent ou deux cens toifes , ii fe trouve des pyrites & d'autres matières fulfureufes , & que par la fermentation produite par la filtration des eaux ou par d'autres caufes elles viennent à s'enflammer , & voyons ce qui doit arriver , d'abord ces matières ne font pas...

Informations bibliographiques