Le colonel Cherif Cadi: serviteur de l'islam et de la République

Couverture
Maisonneuve et Larose, 2005 - 269 pages
Hadj Chérif Cadi, modeste berger des environs de Souk Ahras, devenu le premier polytechnicien algérien, fut à la veille du second conflit mondial une personnalité marquante de la société algérienne de l'entre-deux-guerres. Officier d'artillerie, il participa en 1916, en même temps que T. E Lawrence, à la lutte, contre les Turcs installés au Hedjaz. Au cours de cette expédition militaire à laquelle participaient de nombreux militaires algériens, Cadi n'eut de cesse de s'interroger sur l'évolution de l'Islam. Rendu à la vie civile, il voulut dans " Terre d'Islam, essai et relation de voyage ", concilier les dogmes essentiels du Coran avec les acquis du monde moderne, et notamment ceux de la société française. Ceci justifiait son attachement à la République et son souhait d'associer le destin de son pays natal à sa patrie d'adoption. Dans cet essai biographique, Jean-Yves Bertrand-Cadi, l'un de ses descendants, décrit sous forme de fresque les premiers soubresauts de l'Algérie en marche vers son indépendance et analyse les difficultés d'insertion des très rares officiers algériens dans la société militaire du début du vingtième siècle. C'est une manière de répondre à la question que ces hommes se posaient : pouvaient-ils échapper à leur origine, et donc à leur destin ?

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Informations bibliographiques