Cours d'histoire des états européens: depuis le bouleversement de l'empire romain d'occident jusqu'en 1789, Volume 20

Couverture
de l'imprimerie royale et chez Duncker et Humblot, 1832
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 81 - Dans les derniers temps, les jésuites, maîtres des cours par le confessionnal de presque tous les rois et de tous les souverains catholiques, de presque tout le public par l'instruction de la jeunesse, par leurs talents et leur art; nécessaires à Rome pour en insinuer les prétentions sur le temporel des souverains, et la monarchie sur le spirituel...
Page 19 - Ne peut aussi excommunier les officiers du roi, pour ce qui concerne l'exercice de leurs charges et offices : et s'il le fait, celui qui l'a...
Page 21 - ... par contrats illicites et usuraires, perturbation de repos public, soit par introduction de nouvelles sectes séditieuses ou hérétiques, quand il n'est question que de fait...
Page 39 - Jésus, une association libre de prêtres, « à laquelle le fondateur», ditBossuet, « n'a voulu donner d'autre esprit que l'esprit même de l'Église, d'autres règles que les saints canons, d'autres vœux que ceux du baptême et du sacerdoce, d'autres liens que ceux de la charité2 ». Le but de l'institution était de relever les études et de former des docteurs et des prédicateurs.
Page 15 - Que, quoique le pape ait la principale part dans les questions de foi, et que ses décrets regardent toutes les églises, et chaque église en particulier, son jugement n'est pas irréformable, si le consentement de l'église n'intervient.
Page 83 - ... d'y penser jamais. Les plus dissolus, comme les plus réguliers dans leurs mœurs, les plus philosophes, comme les plus superstitieux dans leurs croyances...
Page 76 - ... les talents et les occupations de chacun d'eux" vers une fin unique, la gloire de l'institut. Jamais les jésuites n'eurent l'intention de corrompre les mœurs ; mais ils vouloient gouverner les consciences des rois et des grands. Pour y parvenir, ils s'étoient fait une espèce de théologie, moitié chrétienne, moitié mondaine...
Page 76 - Jésuites n'eurent l'intention de corrompre les moeurs; mais ils voulaient gouverner les consciences des rois et des grands. Pour y parvenir, ils s'étaient fait une espèce de théologie, moitié chrétienne, moitié mondaine ; mélange adroit de rigorisme et de condescendance aux faiblesses des hommes : sans détruire le péché, elle facilitait le moyen de l'éviter , ou au moins d'en mériter le pardon. Ce système combiné avec art, qui a eu pendant cent cinquante ans le plus grand succès dans...
Page 18 - Les prélats de l'Église gallicane, encore qu'ils soient mandés par le pape pour quelque cause que ce soit, ne peuvent sortir hors du royaume sans commandement ou licence de congé du roi.
Page 19 - Les clauses insérées en la bulle de Cœna Domini, et notamment celles du temps du pape Jules II, et depuis, n'ont lieu en France, pour ce qui concerne les libertés et privilèges de l'Église gallicane, et droits du roi, ou du royaume.

Informations bibliographiques