Encyclopédie méthodique: ou par ordre de matières: par une société de gens de lettres, de savans et d'artistes ...

Couverture
Panckoucke, 1784
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 188 - C'est dans les pays de la liberté que le négociant trouve des contradictions sans nombre ; et il n'est jamais moins croisé par les lois que dans les pays de la servitude.
Page 336 - ... c'était un commerce ou un trafic établi sur .l'industrie, qui devait apporter l'or et l'argent dans le royaume. On a défendu de planter des vignes ; on a recommandé la culture des mûriers ; on a arrêté le débit des productions de l'agriculture et diminué le revenu des terres pour favoriser des manufactures préjudiciables à notre propre commerce.
Page 212 - Celle qui a acheté plus qu'elle n'a vendu, retire moins que fon intérêt - , parce qu'elle en a cédé une partie, pour s'acquitter avec la nation dont elle étoit débitrice. Celle qui a plus vendu aux autres nations qu'elle n'a acheté d'elles, ne retire pas feulement ce qui lui eft dû par...
Page 295 - C'est un caractère particulier de ces lois des Barbares, qu'elles ne furent point attachées à un certain territoire : le Franc étoit jugé par la loi des Francs, l'Allemand par la loi des Allemands, le Bourguignon par la loi des Bourguignons, le Romain par la loi romaine; et, bien loin qu'on songeât dans ces temps-là à rendre uniformes les lois des peuples conquérants, on ne pensa pas même à se faire législateur du peuple vaincu.
Page 248 - C'est ce qui a formé un génie de liberté, qui rend chaque partie très difficile à être subjuguée et soumise à une force étrangère, autrement que par les lois et l'utilité de son commerce.
Page 213 - ... qu'elles s'arrogent toutes à leur préjudice réciproque. Ces maximes font vraies , folides , utiles ; mais elles ne feront pas adoptées. En voici la raifon. Une grande révolution fe prépare dans le com.merce de l'Europe ; & elle eft déjà trop avancée pour ne pas s'accomplir. Tous les gouvernemens travaillent à fe pafler de l'induftrie étrangère.
Page 409 - Si rarement au-delà. Une couche de terre fablonneufe , connue dans le pays fous le nom de Saibro , avertit alors communément les mineurs qu'il feroit inutile de fouiller à une plus grande profondeur. Quoiqu'en général les veines fuivies , & qui ont une direction confiante...
Page 307 - SI DONNONS EN MANDEMENT à nos âmes & féaux Confeillers les Gens tenans notre...
Page 353 - Si l'on parcourt quelques-unes des provinces de la France, on trouve que non-seulement plusieurs de ses terres restent en friche, qui pourraient produire des blés et nourrir des bestiaux, mais que les terres cultivées ne rendent pas, à beaucoup près, à proportion de leur bonté, parce que le laboureur manque de moyens pour les mettre en valeur...
Page 70 - La véritable cause de la paresse du paysan opprimé est le trop bas prix du salaire et le peu d'emploi dans les pays où la gêne du commerce des productions fait tomber les denrées en non-valeur, et où d'autres causes ont ruiné l'agriculture. Les vexations, le bas prix des denrées, et un gain insuffisant pour les exciter au travail, les rendent paresseux, braconniers, vagabonds et pillards. La pauvreté forcée...

Informations bibliographiques