Les peintres français en 1867

Couverture
E. Dentu, 1867 - 173 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 111 - ... trop vite et de traiter ses tableaux trop en esquisses. Son faire n'est pas poussé à un point assez arrêté, son modelé manque de fermeté, et ces défauts s'accusent surtout chez lui dans le traitement des figures.
Page 109 - ... en apprennent toutes les roueries, et qui, ainsi préparés de longue main, se produisent au public dans des œuvres patiemment étudiées et laborieusement peintes. M. Manet a suivi une voie diamétralement opposée. Alors même qu'en débutant il ne connaissait le métier que très imparfaitement, il s'est mis à peindre spontanément, tirant tout de son propre fonds, sans se préoccuper des principes et des procédés connus dans les ateliers, et il a retracé de suite, sur la toile, de grandes...
Page 109 - ... simplement les œuvres d'un artiste dont les principaux défauts viennent de ce qu'il a commencé à peindre avant de savoir suffisamment manier le pinceau. Il est des hommes qui commencent fort jeunes à se servir d'un crayon, qui font un long apprentissage du métier dans les ateliers, qui en apprennent toutes les roueries, et qui, ainsi préparés de longue main, se produisent au public dans des œuvres patiemment étudiées et laborieusement peintes. M. Manet a suivi une voie diamétralement...
Page 108 - ... anathèmes dont il a été l'objet, les colères qu'il a suscitées, et qu'on se trouve en présence de son œuvre, on doit être fort étonné de n'y rien voir de véritablement extravagant. On devrait au moins s'attendre à trouver un homme s'essayant à peindre comme on ne l'a jamais fait sur la terre... tandis qu'on découvre tout simplement les œuvres d'un artiste dont les principaux défauts viennent de ce qu'il a commencé à peindre avant de savoir suffisamment manier le pinceau. Il...
Page 32 - Pour lui, les arbres ne sont pas simplement verts, les horizons simplement bleus, les nuages plus ou moins gris ou blanchâtres, le paysage à ses yeux n'a presque point de couleur en lui-même, mais il se revêt successivement de toute la gamme de...
Page 108 - Lorsqu'on a entendu tout le bruit qui s'est fait autour du nom de M. Manet, les anathèmes dont il a été l'objet, les colères qu'il a suscitées, et qu'on se trouve en présence de son œuvre, on doit être fort étonné de n'y rien voir de véritablement extravagant. On devrait au moins s'attendre à trouver un homme s'essayant à peindre comme on ne l'a jamais fait sur la terre... tandis qu'on découvre tout simplement les œuvres d'un artiste dont les principaux défauts viennent de ce qu'il...
Page 1 - Choiseul ; les expositions particulières de MM. Courbet et Manet ont mis cette année, sous les yeux du public, toute une série d'œuvres des peintres français, qui permet de porter sur eux un jugement d'ensemble et de les caractériser dans leurs traits principaux.
Page 109 - ... peindre comme on ne l'a jamais fait sur la terre... tandis qu'on découvre tout simplement les œuvres d'un artiste dont les principaux défauts viennent de ce qu'il a commencé à peindre avant de savoir suffisamment manier le pinceau. Il est des hommes qui commencent fort jeunes à se servir d'un crayon, qui font un long apprentissage du métier dans les ateliers, qui en apprennent toutes les roueries, et qui, ainsi préparés de longue main, se produisent au public dans des œuvres patiemment...
Page 117 - Les artistes deviennent aussi nombreux que les ouvriers qui forment certains corps de métier > ; à côté des véritables artistes - créateurs et inventeurs - il ya les hommes moins bien doués - dotés de certaines aptitudes de métier - qui envahissent le domaine de l'art. Cette dernière classe, de plus en plus nombreuse tend à se substituer presque entièrement à l'autre et dispose d'un grand public pour la juger et l'encourager ; ces artistes ne produisent des tableaux que pour satisfaire...
Page 10 - ... l'archaïsme le plus pittoresque au réalisme le plus savoureux. Sans doute, il ya dans le paysage quelque pauvreté et dans l'hippogriffe, comme dans le monstre quelques puérilités. Roger, avec sa lance lourdement fixée au corps, ne vaut pas le Saint Michel terrassant le Démon, de Raphaël, ailé, radieux, planant dans les airs et donnant réellement l'idée d'un être venu des régions célestes. Mais combien est grande la beauté de la femme attachée au rocher, en dépit du goitre qu'on...

Informations bibliographiques