Histoire des salons de Paris: Salon de Madame Necker. Salon de Madame de Polignac. Salon de Monseigneur de Beaumont, archevêque de Paris. Salon de Madame la duchesse de Mazarin. Les matinées de l'abbé Morellet

Couverture
Société Belge de Librairie, 1837
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 117 - M. Pigalle doit, dit-on, venir modeler mon visage ; mais, madame, il faudrait que j'eusse un visage : on en devinerait à peine la place. Mes yeux sont enfoncés de trois pouces, mes joues sont du vieux parchemin mal collé sur des os qui ne tiennent à rien.
Page 139 - Corinthe , Sparte , Athènes , et mille autres villes disparues, sont repeuplées. Vous nous montrez, vous nous ouvrez les temples, les théâtres, les gymnases, les académies, les édifices publics, les maisons particulières , les réduits les plus intérieurs. Admis , sous vos auspices , dans leurs assemblées...
Page 22 - La reine ; Le comte d'Artois ; Le duc d'Orléans; Le duc de Chartres; Le prince de Conti...
Page 142 - ... dons de la nature et de la fortune , tous les citoyens sont du moins égaux aux yeux de la loi , et que nulle préférence ne vaut cette précieuse égalité , qui seule peut sauver du malheur de haïr ou d'être haï. Nous savons ; comme eux , qu'avant d'être à soimême , on...
Page 139 - Tous les édifices sont relevés sur leurs fondemens, toutes les colonnes sur leurs bases, toutes les statues sur leurs piédestaux ; chaque chose a repris sa forme, son lustre et sa place, et dans cette création récente, le plus aimable des peuples a retrouvé ses cités, ses demeures, ses lois, ses usages, ses intérêts, ses travaux, ses occupations et ses fêtes. C'est vous, Monsieur, qui opérez tous ces prodiges ; vous parlez, aussitôt la nuit de vingt siècles fait place à une lumière...
Page 140 - Dans ces tableaux nouveaux, parlans et vivans, tous les objets s'offrent à nous sous tous les aspects. Les hommes et les peuples, toujours en rapport, toujours aux prises les uns avec les autres, nous découvrent à l'envi leurs vices et leurs vertus. L'enthousiasme, la haine et l'impartialité tracent alternativement le portrait de Philippe. Les tristes hymnes des Messéniens accusent l'orgueil de Lacédémone. Les Athéniens laissent entrevoir leur corruption au travers de leurs agrémens. Le...
Page 99 - Lauzim dans un âge encore tendre « n'est pas due à la seule vertu; c'est à une pureté « intérieure, c'est au caractère de ses pensées qui se « peint dans tous ses mouvements, et dont sa physio« nomie est l'image , qu'elle doit l'estime et les égards
Page 174 - Que tu m'as fait verser de pleurs ! Comme ton Philoctète est touchant et terrible! Que j'ai souffert de ses douleurs ! Je ne sais pas le grec, mais mon âme est sensible, Et pour juger tes vers il suffit de mon cœur. La Harpe , c'est à toi de remplacer Voltaire : fl l'a dit en mourant; l'Hercule littéraire T'a choisi pour son successeur.
Page 70 - La conversation que j'ai eue avec M. de Maurepas ne me permet plus de différer de remettre entre les mains du roi ma démission. J'en ai l'âme navrée. J'ose espérer que...
Page 299 - P aris y sous le nom de Redoute chinoise. C'est vous qui avez donné deux abbayes à cette religieuse , concubine de M. de Brienne , réfugiée dans son palais à Paris , pendant son ministère , et qui vendait les grâces. On répand, il est vrai, quelquefois que vous ne faites pas ce que vous voulez dans votre ministère : on dit que le favori , le lecteur...

Informations bibliographiques