Lettres édifiantes et curieuses, écrites des missions étrangères [ed. by Y.M.M.T. de Querbeuf].

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 147 - ... le troupeau ; les Sauvages prirent la fuite , et passèrent la" rivière, partie à gué et partie à la nage : ils eurent à essuyer toute la fureur des ennemis jusqu'au moment qu'ils se retirèrent dans les bois qui sont...
Page 251 - abord; il ya des brûlots; ce sont de très-petits moucherons, dont la piqûre est si vive ou plutôt si brûlante, qu'il semble qu'une petite étincelle est tombée sur la partie qu'ils ont piquée. Il ya des moustiques; ce sont des brûlots, à cela près qu'ils sont encore plus petits; à peine les voit-on, ils attaquent particulièrement les yeux ; il ya des guêpes, il ya des taons; il ya en un mot omne genus muscarum: mais on ne parlerait point des autres sans les maringouins : ce petit animal...
Page 462 - Indiens me sollicitent continuellement , et me pressent d'envoyer chez eux des missionnaires pour y faire des établissemens semblables à celui de Kourou. Quelle ample moisson, si nous avions assez d'ouvriers pour la recueillir ! Le grand nombre des familles qui composent la peuplade, et dont les chefs sont encore jeunes , contribuent beaucoup au bon ordre et à la ferveur qu'on y voit régner. Depuis vingt-trois ans que je me suis attaché à la nation des Galibis, ils ont tous été sous ma conduite...
Page 216 - Dans les cruelles maladies dont il fut long-temps affligé , sa prière étoit continuelle , et il est mort depuis quelques années dans une grande innocence. Henri , son père, a passé pareillement par de rudes épreuves ; une longue et fâcheuse maladie acheva de purifier sa vertu , et l'a disposé à une mort qui nous a paru précieuse aux yeux de Dieu.
Page 26 - Du fort, à plus de trente et quarante lieues , il^n'ya point de bois franc. Cela vient sans doute des grands vents de mer qui soufflent ordinairement , des grands froids et des neiges qui y sont presque continuelles.
Page 177 - ... négligemment sur sa poitrine; le fusil appuyé sur son bras, le casse-tête à la ceinture, le calumet à la bouche, la lance à la main , la chaudière remplie à ses côtés. Sous cette attitude guerrière et animée, on l'a voit assis sur une éminence revêtue de gazon, qui lui servoit de lit de parade.
Page 251 - ... étouffe ensuite avec des feuilles vertes; il faut se mettre dans le fort de la fumée, si l'on veut éviter la persécution : je ne sais lequel vaut mieux du remède ou du mal. Après...
Page 137 - On n'a guère pour vivre que du blé de Turquie , des fèves et des citrouilles. Ils écrasent le blé entre deux pierres pour le réduire en farine ; ensuite ils en font de la bouillie , qu'ils assaisonnent quelquefois avec de la graisse , ou avec du poisson sec. Lorsque le blé leur...
Page 115 - Alors le chef se leva et commença sa harangue. Je vous avoue que j'admirai son flux de paroles, la justesse et la force des raisons qu'il exposa, le tour éloquent qu'il leur donna, le choix et la délicatesse des expressions dont il orna son discours. Je suis persuadé que, si j'eusse mis par écrit ce que ce Sauvage nous dit sur-le-champ et sans préparation, vous conviendriez sans peine que les plus habiles Européens, après beaucoup de méditation et d'étude, ne pourraient guère composer...
Page 146 - Rasles, averti par les clameurs et le tumulte, du péril qui menaçait ses néophytes, sortit promptement de sa maison, et se présenta sans crainte aux ennemis. Il se promettait, ou de suspendre par sa présence leurs premiers efforts, ou du moins d'attirer sur lui seul leur attention, et aux dépens de sa vie de procurer le salut de son troupeau. Aussitôt qu'ils l'aperçurent, il s'éleva un cri général qui fut suivi d'une grêle de mousqueterie qu'on fit pleuvoir sur lui.

Informations bibliographiques