Bibliothèque de l'homme public: ou, Analyse raisonée des principaux ouvrages françois et étrangers sur la politique en général, la législation, les finances, la police, l'agriculture, & le commerce en particulier, & sur le droit naturel & public, Volume 1,Parties 3 à 4

Couverture
Buisson, 1790
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 233 - ... coutume ne peut rien alors , parce qu'il eft dangereux qu'on ne l'applique mal , & qu'on ne veuille la diriger au lieu de la fuivre. X. Les cas qui dérogent au droit commun doivent être exprimés par la loi : cette exception eft un hommage qui confirme fon autorité ; mais rien ne lui porte atteinte comme l'extenfion arbitraire & indéterminée d'un cas à l'autre. Il vaut mieux attendre une nouvelle loi pour un cas nouveau , que de franchir les bornes de l'exception déjà faite. XI. C'eft...
Page 233 - Comme les loix ne peuvent prévoir ni marquer tous les cas , c'eft à la raifon à comparer les faits omis avec les faits indiqués. Le bien public doit décider quand la loi fe trouve muette ; la coutume ne peut rien alors , parce qu'il eft dangereux qu'on ne l'applique mal , & qu'on ne veuille la diriger au lieu de la fuivre. X. Les cas qui dérogent au droit commun doivent être exprimés par la loi : cette exception eft un hommage qui confirme fon autorité ; mais rien ne lui porte atteinte comme...
Page 208 - Les révolutions que le temps apporte dans le cours de la nature , arrivent pas à pas \ il faut imiter cette lenteur dans les innovations qu'on introduit. On rifque beaucoup à innover, parce que celui qui trouve fon avantage dans la révolution , l'efpéroit...
Page 221 - ... ou les richefles ? Cependant comme le mérite eft plus rare chez les grands , que parmi les hommes d'une extraction commune, foit que la vertu ne s'allie pas avec la fortune , ou que les talens ne foient pas un héritage purement gratuit de la nature , comme la...
Page 230 - Icfion mariifefle des droits du prince ou des droits du peuple, & c'eft aux magiftrats de les balancer perpétuellement, de façon que ceux-ci l'emportent toujours dans la concurrence; car le falut du peuple efl la.
Page 233 - L'incertitude & \'i nefficacïté des loix vient de leur multiplicité , de la précifion , ou de la prolixité de leur ftyle qui les rend obfcures , du partage des interprètes , & de la contradiction des jugemens. IX. Comme les loix ne peuvent prévoir ni marquer tous les cas , c'eft à la raifon de comparer les faits omis avec les faits indiquée.
Page 208 - Entre deux faâions , la moins nombreuie eft confiamment la plus opiniâtre, & vient à bout de l'autre, puis fe divife & fe déchire elle-même; il faut les balancer. Dans tous les partis, il ya des gens qui font du bruit & du ma), fans y rien gagner.
Page 240 - Les loix nouvelles (ont faites pour confirmer les anciennes , ou pour les réformer , ou pour les abolir ; toutes les additions ne font que charger & embrouiller le corps des loix : il...
Page 156 - ... pour deux ans avec leur famille. Tous ces ouvriers font diftribués en clafles ou familles champêtres , d'environ quarante perfonnes tant hommes que femmes , ayant chacun un chef ou directeur du labourage. Tous les ans , vingt de chaque famille retournent à la ville, & ce font ceux qui ont accompli leurs deux années de travail ; ils font remplacés par vingt autres, lefquels font formés au labourage parles derniers qui relient de la première divifion.
Page 28 - Xaintraille , ) d'un miracle compofé d'une fauiïe religion , qui eft la chofe du monde qui plus élève & anime les cœurs , & qui plus fait croire aux hommes, mêmement aux fimples, ce qui n'eft pas. Puis la faifon du tems étoit fort propre à recevoir telle fuperflition , étant le peuple fort dévotieux quand eft ruiné...

Informations bibliographiques