Leçons de philosophie: ou, Essai sur les facultés de l'àme, Volume 1

Couverture
Brunot Lạbbe, 1823 - 892 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 41 - , entre mille roseaux, Le Rhin tranquille, et fier du progrès de ses eaux. Appuyé d'une main sur son urne penchante, Dormait au bruit flatteur de son onde naissante, Lorsqu'un cri, tout à coup suivi de mille cris, Vient d'un calme si doux retirer ses esprits.
Page 94 - Enfin le mot pensée, plus général encore , comprend dans son acception toutes les facultés de l'entendement et toutes celles de la volonté. » Car, penser c'est sentir, donner son attention, comparer, juger, réfléchir, imaginer, raisonner, désirer, avoir des passions, espérer, craindre, etc.
Page 245 - OOIT que nous nous élevions, pour parler métaphoriquement, jusque dans les cieux, soit que nous descendions dans les abîmes, nous ne sortons point de nous-mêmes, et ce n'est jamais que notre propre pensée que nous apercevons.
Page 389 - Aussi, en poussant les recherches de plus en plus, on arrive nécessairement à des mots primitifs qu'on ne peut plus définir, et à des principes si clairs qu'on n'en trouve plus qui le soient davantage pour servir à leur preuve.
Page 195 - L'attelage suoit, souffloit, étoit rendu. Une mouche survient, et des chevaux s'approche, Prétend les animer par son bourdonnement, Pique l'un , pique l'autre , et pense à tout moment Qu'elle fait aller la machine...
Page 113 - Il ne suffit pas à l'homme de connaître. L'homme veut être heureux, il lui est impossible de ne pas le vouloir; et dans tous les moments de son existence, il tend vers le bonheur de toutes les puissances de son être. Quand un besoin nous tourmente, quand la privation de l'objet que nous jugeons propre à nous délivrer du besoin se fait sentir avec force ; alors surtout l'âme agit avec énergie : d'abord ce n'était qu'un léger malaise qui, sans porter le trouble au dedans de nousmêmes, nous...
Page 391 - On ne peut entreprendre de définir l'être sans tomber dans cette absurdité : car on ne peut définir un mot sans commencer par celui-ci , c'est, soit qu'on l'exprime ou qu'on le sous-entende. Donc pour définir l'être, il faudrait dire c'est, et ainsi employer le mot défini dans sa définition.
Page 108 - Or, c'est le raisonnement qui nous porte ainsi jusqu'aux principes; comme , des principes , il nous fait descendre jusqu'aux conséquences les plus éloignées-. Attention, comparaison, raisonnement $ * voilà toutes les facultés qui ont été départies à la plus intelligente des créatures; une de moins ; et ce ne pourrait être que le raisonnement , nous cesserions d'être hommes -, une de plus , on ne saurait l'imaginer. Par l'attention...
Page 58 - ... méthode. La nécessité d'une méthode provient donc de la faiblesse de l'esprit qui est borné dans sa capacité de sentir, dans sa faculté de penser, et dans sa mémoire. Les sensations trop fugitives sont inaperçues : un seul objet absorbe la pensée : la mémoire n'embrasse qu'un petit nombre d'idées ; et dans mille circonstances de la vie , dans l'étude des sciences surtout , nous éprouvons le besoin d'en retrouver un grand nombre, et de les avoir toutes présentes au même instant.
Page 113 - L'attention se concentre tout entière sur son idée ; la comparaison de sa privation avec le souvenir de sa jouissance en rend la privation plus douloureuse encore; et le raisonnement cherche tous les moyens de nous l'assurer. Cette direction des facultés de l'entendement vers l'objet dont nous sentons le besoin , c'est le désir (r).

Informations bibliographiques