Théàtre de Pierre et de Thomas Corneille: avec notes et commentaires ...

Couverture
Firmin Didot frères, 1844
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 240 - Ce héros de ma façon sort un peu des règles de la tragédie, en ce qu'il ne cherche point à faire pitié par l'excès de ses infortunes ; mais le succès a montré que la fermeté des grands cœurs, qui n'excite que de l'admiration dans l'âme du spectateur, est quelquefois aussi agréable que la compassion que notre art nous ordonne d'y produire par la représentation de leurs malheurs.
Page 187 - Que moi, qui n'en connais que la race et le nom. — Marquis, prenez ma bague, et la donnez pour marque Au plus digne des trois, que j'en fasse un monarque. Je vous laisse y penser tout ce reste du jour. — Rivaux ambitieux, faites-lui votre cour : Qui me rapportera l'anneau que je lui donne Recevra sur-le-champ ma main et ma couronne. — Allons, reines, allons, et laissons-les juger De quel côté l'amour avait su m'engager.
Page 80 - Je veux bien laisser chacun en liberté de ses sentiments ; mais certainement on peut dire que mes autres pièces ont peu d'avantages qui ne se rencontrent en celle- ci : elle a tout ensemble la beauté du sujet, la nouveauté des fictions , la force des vers , la facilité de l'expression , la solidité du raisonnement, la chaleur des passions, les tendresses de l'amour et de l'amitié; et cet heureux assemblage est ménagé de sorte qu'elle s'élève d'acte en acte.
Page 171 - Or s'il est vrai que ce dernier sentiment ne s'excite en nous par sa représentation que quand nous voyons souffrir nos semblables, et que leurs infortunes nous en font appréhender de pareilles, n'est-il pas vrai aussi qu'il y...
Page 316 - ... arracher une plainte. Elle y est combattue par la politique, et n'oppose à ses artifices qu'une prudence généreuse, qui marche à visage découvert, qui prévoit le péril sans s'émouvoir, et ne veut point d'autre appui que celui de sa vertu, et de l'amour qu'elle imprime dans les cœurs de tous les peuples.
Page 19 - Il est des nœuds secrets, il est des sympathies Dont par le doux rapport les âmes assorties S'attachent l'une à l'autre et se laissent piquer Par ces je ne sais quoi qu'on ne peut expliquer.
Page 80 - ... cette tragédie me semble être un peu plus à moi que celles qui l'ont précédée , à cause des incidents surprenants qui sont purement de mon invention , et n'avaient jamais été vus au théâtre...
Page 358 - Je n'appelle plus Rome un enclos de murailles Que ses proscriptions comblent de funérailles ; Ces murs , dont le destin fut autrefois si beau...
Page 338 - Dédaigne tout mélange avec leur folle ardeur. J'aime en Sertorius ce grand art de la guerre Qui soutient un banni contre toute la terre; J'aime en lui ces cheveux tout couverts de lauriers, Ce front qui fait trembler les plus braves guerriers, Ce bras qui semble avoir la victoire en partage : L'amour de la vertu n'a jamais d'yeux pour l'âge : Le mérite a toujours des charmes éclatants ; Et quiconque peut tout est aimable en tout temps '. THAMIBE.
Page 181 - Madame, je suis reine, et dois régner sur moi. Le rang que nous tenons, jaloux de notre gloire, Souvent dans un tel choix nous défend de nous croire, Jette sur nos désirs un joug impérieux, Et dédaigne l'avis et du cœur et des yeux. Qu'on ouvre. Juste Ciel, vois ma peine et m'inspire Et ce que je dois faire et ce que je dois dire 1 SCENE III.

Informations bibliographiques