Images de page
PDF
ePub

A cette époque un grand nombre de familles des États-Romains pleuraient l'absence de leur fils, subissant dans l'exil la conséquence de coupables erreurs. La main de Pie IX, s'élevant pour bénir, laissa tomber l'amnistie (1).

Remarquable par la forme et par la pensée, cet édit fera monument dans l'histoire des papes : jamais noble concession ne fut faite d'une manière plus large, plus tendre et plus magnanime. Pie IX ne peut croire que des hommes égarés, auxquels il rend le bonheur du loyer domestique et le soleil de la patrie, lui refusent leur concours. En échange du pardon qu'il leur accorde sans condition, pour ainsi dire, il ne leur demande pour garantie contre l'avenir qu'une seule parole sanctionnant un engagement d'honneur, celui de n'abuser en aucune manière et en aucun temps de la grâce qu'ils reçoivent, et de remplir tous les devoirs de bons et de fidèles sujets. Un seul homme, le comte Mamiani, refuse d'y souscrire ; et cependant plus tard, il sera le seul qui, en apparence , lui restera fidèle.

L'effet que l'amnistie produisit en Europe fut énorme. On en trouve une preuve éclatante dans une dépêche adressée , le 5 août suivant, au comte Rossi, par un homme dont le nom seul est une autorité, dont l'opinion est une puissance. M. Guizot était alors en France le ministre des affaires étrangères. Voilà ce qu'il mandait à son ambassadeur:

« Ce que vous rapportez de ce qui se passa à la première audience que vous donna Sa Sainteté, prouve

(1) Voir les documents historiques. N. 1.

avec quelle rectitude de jugement et élévation d'esprit, le pape se rend compte de sa position et combien il connaît les temps où Dieu l'a appelé à accomplir, en sa double qualité de chef de l'Église catholique et de souverain des états de l'Église, une mission qui, si elle fut de tout temps admirable, est sublime de nos jours, après les tempêtes dont la religion a été assaillie et lorsqu'il s'agit de rendre à cette dernière, sur la société, l'empire salutaire qu'elle doit toujours exercer, quels que soient d'ailleurs les changements qui se font dans l'esprit des hommes et dans l'ordre intérieur des États.

« L'amnistie publiée le 16 juillet a fortifié les espérances qu'on avait conçues de son avénement et a inauguré glorieusement son règne. Profitez de la première occasion qui s'offrira pour présenter à Sa Sainteté les félicitations les plus vives et les plus sincères du roi et de son gouvernement; non-seulement au sujet de la pensée qui a inspiré ce grand acte de clémence mais encore pour le caractère et le style qui distinguent cet édit. On y sent d'un bout à l'autre une majesté pleine de douceur; on y trouve merveilleusement réunis, ladignitédu souverain qui pardonne à des sujets égarés et l'émotion d'un bon père qui ouvre ses bras à ses enfants.

« Cet acte a produit dans tout le monde, et surtout en France, un excellent effet, non-seulement parce qu'on y admire le pontife qui sut d'un seul trait faire un si grand bien, mais parce que dans cette mesure et son mode de publication, on peut juger du caractère et de la marche de tout un règne. On y reconnaît le prélude d'autres actes qui satisferont l'opimon publique sans affaiblir l'autorité, etc., etc. »

y

Dès Iqs premiers jours de son pontificat, Pie IX ouvre les portes de son palais. Représentant du Dieu souverainement bon qui se communique incessamment aux hommes de paix et de bonne volonté, il désire, à l'exemple de son divin maître, se mettre en communication direct avec ses sujets, qu'il appelle ses fils bien aimés; ne voulant past outefois entraver le cours des affaires de l'État, il choisit un jour de la semaine pour le consacrer entièrement à son peuple, le jeudi sera son jour d'audience. Accessible à tous, sans distinction de rang et de position, sa. voix console, son regard illumine et sa main, pleine de grâces, s'étend sur tous également avec amour.

Il réalise ainsi les vœux que le marquis d'Azeglio formula dans une petite brochure publiée lors de l'impuissante insurrection de Rimini et dont le succès fut considérable. Après avoir déploré les fatales et improductives tentatives de révolte, l'illustre écrivain s'adressant au pape Grégoire XVI, s'exprimait ainsi;

« Très-saint Père, soyez encore plus absolu s'il est possible, mais que nous sachions bien à quoi nous en tenir sur la volonté de votre gouvernement, et surtout, qu'un accès facile nous soit donné auprès de votre personne. »

Plus tard Pie IX réforme, en les fondant l'un dans l'autre, les deux tribunaux; il diminue l'impôt du sel, et supprime celui des patentes: sans cesse occupé des améliorations administratives et du soin des affaires , il crée, sous la présidence du cardinal secrétaire d'état, une junte nationale. Les préambules de tous ses actes sont empreints de l'esprit de justice, de charité, d'intelligence et d'amour que l'on remarque dans tousses écrits. Sous sa plume réformatrice, le présent ne devient jamais l'accusation du passé; à chacune de ses œuvres il associe le fait à l'intention, il invoque la mémoire de son prédécesseur,«et la fait communier aux actes de son cœur paternel. En s'occupant du bonheur de son peuple il réalise, dit-il, les vœux, les désirs et les espérances de Grégoire XYI; parfois même il s'efface dans l'abnégation et se regarde comme l'instrument de la pensée glacée par la mort, le 9 juin 1846, dans la cellule pontificale du Vatican.

Du sommet des sphères politiques, la pensée intelligente du nouveau pontife descend dans les diverses branches de l'administration, pour modifier les unes et simplifier les autres. Inspiré par la prière et pénétré de l'esprit de Dieu, Pie IX ouvre des salles d'asile, il fonde des écoles, il crée des dépôts de mendicité, il établit l'ordre dans les finances, l'économie dans le budget, l'équilibre dans les revenus et les dépenses de la fortune publique, la régularité dans les procès criminels et politiques, il révise le code civil et criminel. Sa sollicitude, paternelle se révèle chaque jour par un nouveau bienfait. Dépassés dans leurs espérances les Romains se trouvent surpris eux-mêmes de l'espace immense qu'ils ont déjà parcouru sans secousse et sans commotion sur la route des améliorations humaines.

Dans ce temps,là, un journal qui deviendra plus tard le Moniteur de la révolution, publie son premier numéro hypocritement calqué sur les instructions secrètes de Mazzini. Rien de plus habile que le programme du Contemporaneo. Après avoir solennellement déclaré qu'il repoussait les hommes impatients et avides de nouveautés qui veulent en un jour réaliser des réformes que le, temps seul peut amener sans danger, le journaliste fait un appel à la jeunesse intelligente, il la convie à une sainte croisade contre l'erreur, il la convoque dans ses bureaux, il lui ouvre dans ses colonnes le champ-clos de la pensée qui bientôt, hélas! fécondé par le crime, deviendra l'arène brûlante des passions les plus désordonnées.

En attendant le jour qui les transformera en clubs républicains, les bureaux de ce journal sont de pieuses sacristies où les tartuffes des sociétés secrètes organisent sur une vaste échelle les fonctions, les fêtes, les promenades aux flambeaux, les processions au Quirinal. les ovations populaires, les cérémonies hypocrites qui doivent surprendre la confiance du souverain pontife. Préparés à tous les rôles et rompus à l'obéissance passive, les affiliés agissent comme un seul homme, déguisent leur cri de haine sous les acclamations d'une reconnaissance calculée, ils se masquent le front et le cœur, ils se précipitent sous les pas de leur bienfaiteur, ils s'attèlent à son char, ils font de chaque rue un temple, de chaque pavé un autel en l'honneur du généreux Pie IX qu'ils trompent par de perfides démonstrations; et le peuple toujoursavide de fêtes, le peuple répond à son appel, il descend sur la place publique, il se couvre de fleurs, il badigeonne de soie, d'or et de velours les murs de ses palais et de ses maisons, il pare les rues sur le passage du pape, il fait retentir les airs de ses acclamations d'amour. Son cœur n'a plus qu'une seule pensée celle de Pie IX, son pied ne connaît plus qu'un seul

« PrécédentContinuer »